Les incidents antisémites représentaient 22% des crimes de haine enregistrés l’année dernière dans la région paneuropéenne, bien que les Juifs y représentent moins de 1% de la population.

Les données sur les crimes de haine proviennent d’un rapport sur 5954 incidents enregistrés en Europe, en Russie et en Asie centrale par le Bureau des institutions démocratiques et des droits de l’homme, ou ODHIR, de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, ou OSCE, a-t-il déclaré. l’ODHIR dans son rapport annuel publié la semaine dernière. Le rapport est basé sur les données transmises par les gouvernements et les groupes de surveillance.

Sur le total des incidents, 1311 étaient antisémites, selon le rapport intitulé «2019 Hate Crimes Facts».

L’antisémitisme était la catégorie avec le deuxième plus grand nombre d’incidents après 2 371 incidents dans la catégorie plus générale du racisme et de la xénophobie.

Les personnes agressées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle (1 277 cas) constituaient le troisième groupe le plus important, suivies des chrétiens (573) et des musulmans (507).

Publicité 

Lors d’un incident antisémite enregistré dans le rapport, une femme s’est fait tirer violemment les cheveux et le chapeau par derrière alors qu’elle parlait en hébreu dans un bus à Berlin, en Allemagne. Dans un autre, un musulman irakien portant une kippa et plusieurs couteaux cachés a été intercepté par des gardes qui tentaient d’entrer dans une synagogue anversoise en juin. L’homme avait utilisé des insultes antisémites contre les Juifs avant l’incident.

Le rapport indique que ces chiffres ne sont pas définitifs et peuvent en fait être inférieurs au nombre de crimes de haine commis ou enregistrés en Europe.

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.