L’homme qui a commis un attentat terroriste hier au commissariat de la banlieue parisienne de Rambouillet s’est avéré être originaire de Tunisie qui a reçu un titre de séjour avec le droit de travailler en France depuis 2019.

Hier soir, Jamel G., un migrant légal tunisien de 36 ans, est venu au poste de police avec un grand couteau et a attaqué le travailleur. Il l’a poignardé deux fois au cou et a été abattu sur place par un policier.

Une policière administrative de 49 ans a quitté le bâtiment de la police sans armes pour se rendre au parking de sa voiture. Le terroriste l’a attaquée à son retour et est entré dans le couloir avec elle. Le couteau a touché l’artère carotide et la femme est morte sur le coup. «Il l’attendait», a déclaré la chef de l’administration du district d’Ile-de-France. Deux filles sont restées sans mère – 13 et 18 ans.

Ce n’est pas la première fois que le département des Yvelines, proche de la capitale française, devient le théâtre d’attentats terroristes. En 2016, un islamiste s’est rendu au domicile de deux policiers, un homme et une femme, et les a poignardés à mort devant leur fille de 3 ans.

Dans le même département se trouve la ville de Conflans Saint-Honorine, où en octobre 2020, le professeur d’histoire et de géographie Samuel Pati a été poignardé et décapité après avoir montré à des enfants des caricatures de Muhammad.

Publicité 

Le journal Le Figaro rapporte que Jamel G. est arrivé en France en 2009, et 10 ans plus tard a reçu un titre de séjour spécial, donnant le droit de travailler, malgré le chômage dans le pays. Il vivait avec sa tante à Rambouillet et travaillait comme chauffeur de camion de livraison.

Ses anciens voisins disent qu’il n’était pas une personne religieuse, mais selon les informations des médias sociaux, en avril 2020, il y a eu un changement. Il a commencé à publier des versets du Coran et des prières sur son Facebook. Huit jours après le meurtre brutal de Samuel Pati, Jamel a rejoint la campagne en ligne « Respect the Prophet Muhammad ». Il a publié des articles contre «l’anti-islamisme», comme ils appellent la critique de l’islam.

Tous les signes – l’utilisation de couteaux, le cri d’Allah Akbar avant de le poignarder avec un couteau et le choix de la victime – indiquent qu’il s’agissait d’un attentat terroriste, l’affaire a donc été renvoyée au parquet antiterroriste.

🔊 Abonnez vous à la nouvelle Newsletter !

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE



IMPORTANT 

Facebook nous censure depuis quelques semaines. La solution ? Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News Sans censure, rejoignez moi sur l'application Telegram : https://t.me/infoisraelnews