« Beït Shemesh, la Maison du Soleil…serions-nous retournés aux affres de la Tour de Babel ?? » par l’excellent Marc Lev

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

L’état d’Israël qui n’a de cesse d’être montré du doigt, d’être accusé, jugé, condamné, rejeté, sali… aurait-il également besoin de la main des israéliens tous courants de croyances confondus afin d’assister ( ceux qui par ailleurs n’ont aucunement besoin d’aide, se débrouillant parfaitement dans la non reconnaissance de cet état et sa délégitimation perpétuelle) ce jeu de massacre par médias et politiques interposés ? Des appels à…, des groupes pour ou contre, des mouvements divers quant à la volonté de faire passer son message sans tenir compte de l’autre, « du différent », quant aux lois civiles ou dogmes religieux, quant à un rejet de l’autre, de ses « manières d’être »…se retrouvent confrontés par l’intermédiaire des médias nationaux et internationaux à des problématiques similaires de vie au journalier mais aux interprétations totalement différentes pour ne pas dire: opposées… Ainsi l’on se verra rappeler qu’il ne peut y avoir de bus communs, que les femmes se doivent de respecter l’autre population sans tenir compte de leurs propres croyances, que le partage d’une cité, d’un quartier ne peut indubitablement se faire qu’en obligeant l’autre (laïc comme religieux) à accepter ses propres modes de vie… S’il y a à la base une même volonté de prouver son attachement à Israël, à cette terre, pourquoi ces sons discordants, parfois totalement contradictoires, sans unité du message, sans voir si celui-ci aidera de facto l’image internationale d’Israël, le devenir d’Israël ou tout au contraire nous montrera du doigt…Serait-on retourné à l’époque de la Tour de Babel ? Vous savez celle qui a perdu l’unité de la langue adamique, langue immédiate et transparente ; ce lieu par lequel les sons et les sens se sont brouillés pour donner naissance à une pluralité d’idiomes devenus hermétiques les uns par rapport aux autres… Beït Shemesh serait-elle la concrétisation d’un cataclysme de la Tour de Babel !? Doit-on voir dans ces messages parfois diamétralement antagonistes un signe d’une non cohésion des discours juifs, un signe que d’autres sauront sans l’ombre d’aucun doute saisir…et qui de-même nous amènent à nous questionner quant au devenir d’Israël, et ce derrière la bannière d’une obligation d’acceptation de l’autre ? Certes il est bien évident que tout un chacun a parfaitement le droit de s’exprimer, de faire connaitre ses propres opinions, mais le besoin de médiatiser, d’en appeler d’autres à s’identifier à ses idées ( laïques comme religieuses), au final ne va-t-il pas nuire à l’image de l’état d’Israël qui n’en a peut-être pas obligatoirement un besoin impérieux ? La « confusion » (la diversité) des langues et du langage médiatique israélien quant à la politique religieuse intérieure israélienne a-t-elle un apport positif au débat ou tout au contraire crée-t-elle une cacophonie digne d’une tour de Babel ? Le mythe de la Tour de Babel qui comme nous le savons, met en scène des hommes qui essayent, non seulement d’assouvir leur désir de gloire et de puissance, mais qui surtout, tentent de se transcender, alors même qu’il leur est impossible de se détacher de leur essence : ils ne sont que des hommes, pas des dieux, s’est-il déjà effectivement concrétisé dans certaines ville israéliennes, dans des quartiers spécifiques..? S’il est un devoir auquel peut-être toute la population israélienne et peut-être juive pourrait se plier, ce serait de ne plus se sentir obligée de parler un langage d’une certaine catégorie juive, de persuader l’autre de la justesse de celui-ci, de ne pas tenir compte des différences (des autres juifs) d’appréciation du comportement journalier…Il parait incontestable à mes yeux qu’une personne aisée et un SDF, un religieux et un hippie, un habitant de Mea Shéarim et un kibboutznik, un jeune et une personne âgée…ne feront pas obligatoirement une analyse similaire des manières journalières de vie, des traditions, des acquis passés… par contre parvenir à faire entendre une seule voix juive unie, à l’intérieur comme à l’International, ne serait-ce pas le plus grand cadeau que le judaïsme pourrait faire à Israël comme au monde ? N’attendons pas que l’humanité israélienne et juive soit frappée d’une amnésie linguistique qui entrainerait une confusion pratiquement à son insu, qui, elle-même, appellerait une division pour ne pas dire : une cassure sociale comme politique qui ne profiterait au final qu’aux détracteurs d’Israël.

Marc Lev.

Publicité 
🟦 ANNONCE 🟦