Biden annule les sanctions de Trump contre le procureur de la CPI, Bensouda

L’administration Biden révoquera dès cette semaine les sanctions du président Trump contre la procureure en chef de la Cour pénale internationale, Fatou Bensouda, a rapporté mercredi la politique étrangère  (Exclusif: Biden envisage d’abroger les sanctions de l’ère Trump contre la CPI ). Cela supprimera une autre source de frictions entre les États-Unis et leurs alliés européens, selon FP, qui cite deux sources proches de cette décision.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Selon FP, l’administration Biden subit depuis son inauguration en janvier d’énormes pressions de la part de groupes de défense des droits de l’homme et de gouvernements européens, qui a abouti à une lettre ouverte envoyée à la Maison Blanche en février par plus de 80 groupes, qualifiant les sanctions de Trump de «Trahison de l’héritage américain dans la mise en place d’institutions de justice internationale.»

En septembre dernier, le secrétaire d’État Mike Pompeo a annoncé que les États-Unis imposaient des sanctions à Bensouda et à l’un de ses principaux collaborateurs. Il a accusé le tribunal de «tentatives illégitimes de soumettre les Américains à sa juridiction». Il a fait valoir que, puisque ni les États-Unis ni Israël ne sont membres de la Cour pénale internationale, ils ne devraient pas être soumis à ses actes.

Dans le décret 13928, publié le 11 juin 2020, plusieurs mois après que les juges de la Cour ont autorisé une enquête sur des crimes de guerre présumés commis par des membres des services américains et des agents du renseignement, le président Trump a déterminé que «toute tentative de la CPI d’enquêter, d’arrêter, de détenir, ou poursuivre tout personnel des États-Unis sans le consentement des États-Unis, ou du personnel de pays alliés des États-Unis et qui ne font pas partis au Statut de Rome ou qui n’ont pas autrement consenti à la juridiction de la CPI, constitue une menace inhabituelle et extraordinaire pour le la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis, et je déclare par la présente une urgence nationale pour faire face à cette menace. »

Le décret faisait suite à une décision prise en avril 2019 de révoquer un visa de voyage américain pour Fatou Bensouda, une avocate gambienne qui exerce les fonctions de procureur en chef de la CPI. Le département d’État a par la suite limité la délivrance de visas à tout membre du personnel de la CPI impliqué dans «les efforts d’enquêter sur le personnel américain».

Publicité 

Selon Pompeo en septembre, il prenait «l’étape suivante parce que la CPI continue de viser les Américains, malheureusement». Les sanctions étaient une réponse à une enquête de la CPI sur des crimes de guerre présumés commis par des soldats américains en Afghanistan.

Les sanctions comprennent un gel des avoirs détenus aux États-Unis, ou soumis au droit américain, appartenant à Bensouda et Phakiso Mochochoko, le chef de la Division de la compétence, de la complémentarité et de la coopération de la CPI. Pompeo a également averti que «les individus et les entités qui continuent de soutenir matériellement ces personnes risquent également d’être exposés à des sanctions».

L’administration Biden doit répondre d’ici le 5 avril à un procès en octobre lancé par l’Open Society’s Justice Initiative et quatre professeurs de droit qui affirment que le décret exécutif de Trump viole la constitution, en particulier la liberté d’expression. FP cite James Goldston, un ancien avocat de la CPI qui occupe le poste de directeur exécutif de l’Open Societies Justice Initiative, qui a déclaré : «Le décret Trump, une attaque contre la première institution de justice internationale, est en contradiction avec l’objectif déclaré de l’administration Biden de réaffirmer le soutien de l’Amérique aux droits de l’homme dans le monde. Il est plus que temps que l’ordre soit annulé. »

Malgré la décision annoncée de supprimer les sanctions Trump, l’administration Biden, à l’instar des administrations Bush et Obama, ne reconnaît pas la juridiction de la CPI sur les États-Unis et Israël. Le secrétaire d’État Antony Blinken a critiqué la décision de la CPI d’ouvrir une enquête sur les crimes présumés d’Israël dans les zones «palestiniennes». Blinken a déclaré : «Les États-Unis s’opposent fermement et sont profondément déçus par cette décision. La CPI n’a aucune compétence sur cette question. Israël n’est pas partie à la CPI et n’a pas consenti à la compétence de la Cour, et nous sommes sérieusement préoccupés par les tentatives de la CPI d’exercer sa juridiction sur le personnel israélien.

Et qu’en est-il de l’enquête de la CPI sur les « crimes de guerre » américains ? En mars 2020, la Cour pénale internationale a décidé que son procureur en chef pouvait ouvrir une enquête sur les allégations de crimes de guerre en Afghanistan, y compris ceux qui auraient pu être commis par des Américains.

Ce serait la première fois que la CPI désigne les forces américaines comme défendeurs dans une poursuite pour crimes de guerre, dans le cadre de sa mission de rechercher justice pour les victimes de crimes de guerre, de crimes contre l’humanité et de génocide. Le secrétaire Pompeo a déclaré aux journalistes à Washington que les décisions étaient une «action vraiment époustouflante de la part d’une institution politique irresponsable se faisant passer pour un organe juridique».

La procureure Bensouda a déclaré que la cour disposait de suffisamment d’informations pour prouver que les forces américaines avaient «commis des actes de torture, des traitements cruels, des atteintes à la dignité personnelle, des viols et des violences sexuelles» en Afghanistan en 2003 et 2004, puis dans les prisons noires de la CIA en Pologne, en Roumanie et la Lituanie. Elle a déclaré que l’enquête inclurait également des allégations selon lesquelles les forces gouvernementales afghanes auraient torturé des prisonniers, y compris des talibans et des groupes antigouvernementaux.

Incidemment, même si les États-Unis ne font pas partis du traité de Rome qui a créé la CPI, les citoyens américains sont sous la juridiction de la Cour dans les pays qui ont adhéré au traité, qui comprend l’Afghanistan, la Lituanie, la Pologne et la Roumanie.

Pour reprendre les mots d’Oliver Hardy à Stan Laurel : « Eh bien, voici un autre beau gâchis dans lequel vous m’avez mis. »

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦