C’est ainsi que Tsahal se prépare pour la prochaine guerre à Gaza

Au milieu des échos des explosions et de l’odeur de la poudre à canon, le commandant de la 401e brigade blindée, le colonel Ohad Maor, se tenait sur une dune dans les sables de Tze’elim et a expliqué au chef d’état-major, Aviv Kochavi, l’exercice qui a duré pendant la nuit. « Ne vous laissez pas impressionner par le bruit et la fumée des chars », a-t-il déclaré. « L’artillerie, la masse de feu qui accompagne la manœuvre en territoire palestinien, n’est pas moins importante qu’eux. La combinaison de tous l’ensemble rend tout mortellement puissant. »

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Avec la fin de l’opération Wall Guard en mai 2021, le chef d’état-major a demandé au commandement sud de faire avancer un nouveau plan opérationnel créatif pour une future guerre contre les organisations terroristes à Gaza, tout en remplissant les cibles à attaquer. Le chef d’état-major a exigé que le plan soit « autre chose », mette en œuvre toutes les leçons de l’opération et inclue des arnaques nouvelles et surprenantes, « avec un maximum de réussite et un minimum de prix ».

La phase de planification et la série d’approbations des plans d’état-major se sont terminées il y a environ deux mois.  » Les exercices devraient passer par toutes les divisions, qui le jour de la guerre seront manœuvrées profondément dans la bande de Gaza.

Publicité 

Dès réception du permis, le commandant du commandement sud, le général de division Eliezer Toledano, a été tenu de former les commandants de peloton, les commandants de compagnie et les commandants de bataillon de la manière la plus proche d’une véritable image du champ de bataille et de la manière la plus appropriée pour un plan opérationnel précis. Ceci en dépit du fait que certains n’ont jamais connu la guerre.

Le colonel Ohad Maor a servi comme commandant de char à la fin de la deuxième Intifada et a pris part à des opérations telles que Téchouva et Amud Anan, qui comprenaient des manœuvres dans la bande de Gaza. Pendant la Seconde Guerre du Liban, il a combattu dans le Saluki Wadi, et pendant l’opération Tsouk Eitan, il était le commandant du 46e bataillon blindé. « Il ne s’agit pas seulement de contrôler le char, il s’agit de combattre ensemble dans le cadre d’une équipe de combat de brigade », a-t-il déclaré. « J’ai besoin de voir comment un bataillon blindé APC (Armored Forces), un Tiger Corps Tiger Corps, un char Mark 4 et des chars d’infanterie se connectent au combat, puis les connectent au plan opérationnel. »

Lorsqu’on lui a demandé si l’échelon politique en Israël et les hauts gradés de Tsahal avaient confiance dans la manœuvre au sol, il a choisi de répondre avec un sourire : « Je suis une victime de l’opération Pillar of Cloud », a-t-il dit, faisant référence à une opération dans laquelle le Tsahal a recruté des dizaines de milliers de réservistes à Gaza mais pour se contenter de frappes aériennes. Il dit avoir compris « très vite » pourquoi Tsahal a choisi de ne pas manœuvrer : « Nous avons atteint le niveau requis, il n’y avait pas besoin de manœuvres terrestres », a expliqué Maor. Au fait, je vis dans le même sentiment maintenant. « Je dois être préparé du mieux que je peux, car peut-être qu’ils me jetteront sur le champ de bataille », a-t-il déclaré.

« Je ne rentre pas dans les clichés et les explications inutiles, mais regardez ce que j’ai fait dans cette formation », a-t-il ajouté. « J’ai demandé aux forces de revenir en arrière et de recommencer ; des munitions ? Nous en apporterons plus. Du temps d’entraînement ? Nous nous entendrons. » Maor a déclaré qu’il avait l’intention de manœuvrer dans une éventuelle guerre à Gaza. « Je n’abandonne pas », a-t-il expliqué. » Le message à mes subordonnés est que pour eux c’est le dernier entraînement avant la guerre, vous n’aurez pas le temps de vous préparer car vous allez bientôt entrer dans un emploi opérationnel en Judée-Samarie. » De l’apparition des troubles dans la région, des affrontements sur le Mont du Temple et du barrage nocturne de roquettes depuis Gaza, on peut conclure que ses propos sont exacts.

A sept minutes de route de la zone d’attaque, le commandant de la compagnie du Shaked Regiment, le capitaine David Ben Saadoun, 24 ans, s’est préparé pour la prochaine phase de l’exercice. « Mon défi en tant que commandant de compagnie est de construire une procédure de combat ordonnée », a-t-il expliqué. »Tout est dans mon esprit – combattants, tigres, administrateurs et plus encore. »

Il a également été interrogé sur la confiance des échelons supérieurs dans la manœuvre et a répondu qu’il était conscient que Tsahal entrerait dans la manœuvre à Gaza et en paierait le prix – mais il se sentait prêt à le faire. Mais pour commencer, si tu me demandes ? Nous sommes prêts. Je me sens libre de manœuvrer », a-t-il déclaré.

Saadon s’est enrôlé en mars 2017 comme combattant dans la brigade Givati. Depuis lors, il a été commandant de peloton à Givati ​​​​et BAD 1, commandant de compagnie à la base des novices de Givati ​​et, au cours des deux derniers mois, commandant de compagnie au Shaked Regiment. Il n’a pas beaucoup vécu une bataille ni rien de proche. Son plus grand défi était de commander des forces divisées en emploi opérationnel dans la division Judée et Samarie. Le message de Saadoun à ses guerriers – « Si vous êtes prêts, vous serez les meilleurs », a-t-il déclaré. « Nous avons participé à un exercice nocturne de tir réel de la compagnie, c’est complexe et chargé. Les combattants doivent constamment penser dans leur esprit aux combinaisons avec les chars et l’ingénierie. Il y a toujours place à l’amélioration. »

Le moment le plus complexe de l’exercice, selon Saadoun, est le départ à l’attaque. « Vous donnez des ordres, 100 combattants écoutent la façon dont vous commandez une attaque et ils veulent la sécurité dans la relation », a-t-il déclaré. Il a témoigné qu’il avait beaucoup plus de « maux de tête ».  « J’ai des combattants très motivés qui veulent marcher. » Dans le même temps, il se décrit comme un « commandant technologique », qui doit parler dans des systèmes numériques, piloter des skimmers, diriger le feu et transmettre des informations précises au commandant de bataillon grâce à diverses aides technologiques. l’aide de techniques et d’exercices professionnels jusqu’au niveau du département », a-t-il expliqué.

Selon lui, la partie la plus difficile de l’attaque est en fait la chute de tension à la fin. « Préparer la défense de la cible, la transition vers une routine de défense est plus difficile », a-t-il expliqué. Il a ajouté que le principal défi auquel sont confrontés les combattants est l’incertitude et la difficulté mentale, ainsi que de longues heures sans sommeil ni effort physique. « Personnellement, le principal défi pour moi est de contrôler les chars et toutes les forces, non seulement pour savoir, mais aussi pour enseigner », a-t-il noté. « Des choses apparemment simples sont complexes, comme la gestion d’une caserne. » Saadoun a dit qu’il était heureux d’entendre les commandants de département parler entre eux sur le réseau de communication.

Il était clair pour le commandant du Commandement Sud Toledano et son adjoint en cas d’urgence, le major-général (Rés.) Yossi Bachar, un officier possédant une vaste expérience du combat et du commandement, que les divisions devraient être tenues de mener une formation de manière précise. Ceci, afin de combler les lacunes dans les forces combattantes, après près de 20 ans au cours desquels Tsahal n’a pas manœuvré profondément en territoire ennemi.

Parmi les officiers supérieurs figurent le général de brigade (Rés.) Chico Tamir, qui a servi comme général de brigade Golani dans l’opération Bouclier défensif, commandant de la division de Gaza dans l’opération Hiver chaud et assistant général du PDM dans l’opération Plomb durci ; (Rés.) Ofer Levy, qui a occupé son dernier poste de chef d’état-major du commandement sud, et connaît la bande de Gaza en profondeur et en profondeur grâce à ses postes précédents, notamment celui de commandant de la brigade Givati ; Le colonel (rés.) Mordechai (Moti) Kidor, qui a commandé la 401e brigade pendant la Seconde guerre du Liban et a servi comme commandant adjoint de la division de Gaza, et d’autres officiers supérieurs, dont Oren Avman, Mordechai Kahana et Ron Weissl. , Sans grades.

Les étapes de préparation des « passages de feu » et des exercices d’initiation ont été menées par le général de brigade (Rés.) Chico Tamir, qui était présent sur le terrain lors de la visite du chef d’état-major. « L’installation que vous voyez à Tze’elim est l’une des trois, nous l’avons aménagée exactement comme le plan opérationnel semble, exactement selon ce qui attend cette brigade dans la bataille de Gaza », a-t-il noté. « Nous avons pensé ici à chaque détail – des combats dans une zone bâtie, en passant par un axe humanitaire pour évacuer une population, à la manière de se déplacer correctement dans la zone avec un APC afin qu’une cargaison de sangsues ne colle pas au ‘tigre’ mur, comment procéder dans une ruelle avec un bulldozer à couvert », a-t-il expliqué.

Tamir a ajouté que les combattants se rencontreraient pendant les exercices avec des tireurs d’élite, des explosifs, des obus de mortier, des tirs antichars et des tunnels. »Comme vous pouvez le voir, je suis ici pour apporter mon expérience », a-t-il déclaré. Tout le monde a des enfants dans l’armée. « J’ai aussi quatre fils dans l’armée israélienne, deux réguliers et deux en réserve », dit-il fièrement. Selon lui, Tsahal n’était pas assez préparé pour l’opération Eitan Cliff.

« Il n’y a pas de miracle ici, mais une traduction du plan opérationnel en méthodes d’opération précises dans les ‘passages de feu' », a-t-il expliqué. « Chaque unité et ses mission. Notre objectif est d’amener la force avec le plus petit écart sur le champ de bataille. « 

Lors d’un des jours de l’exercice, Tamir s’est entretenu avec les combattants du bataillon de patrouille de la brigade Golani et a posé de nombreuses questions. « On sent la soif de savoir sur notre expérience, l’envie de gagner », a-t-il déclaré. « Mes messages sont simples. La différence entre les unités prêtes à l’emploi et non préparées est la question mentale, le professionnalisme et la simulation d’entraînement ou non. Le but ici est de réduire l’écart avec la guerre. La guerre, c’est l’enfer. Vous ne pouvez pas vraiment vous préparer à l’enfer, vous ne pouvez que réduire les écarts. »



Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !
 

🟦 ANNONCE 🟦