De nombreux Juifs quittent l’Europe ; se sentir moins en sécurité

Une nouvelle étude publiée par l’Association juive européenne (EJA), une alliance de communautés et d’organisations juives, montre clairement que l’antisémitisme est profondément enraciné – et même croissant – dans l’Union européenne quelque 80 ans après l’Holocauste. L’information est basée sur une enquête menée auprès de 16 000 personnes dans 16 États membres de l’UE menée par l’agence IPSOS. Cela a été rapporté sur la chaîne allemande DW.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le rabbin Shlomo Kobs de Hongrie a déclaré aux médias allemands qu’il constatait un déclin progressif de l’antisémitisme en Hongrie au fil des ans – mais il rencontre toujours des étudiants qui demandent désespérément s’ils doivent rester juifs simplement parce que leurs parents sont juifs. « Mon rêve », dit le rabbin Cobes, « est que nous n’aurons pas d’enfants européens qui se sentiront menacés d’être juifs, aucun enfant juif ne devrait avoir peur de vivre selon son identité juive, et je rêve qu’aucun garçon en Europe ne pense que le mot juif est un gros mot. »

Selon la nouvelle étude, il existe encore de nombreux préjugés antisémites en Europe. Ils comprennent des théories du complot mondiales, accusant les Juifs d’avoir crucifié le même homme et des allégations de « pratiques commerciales douteuses ». Des chercheurs de l’Université de Budapest ont mené une enquête composée de 70 questions pour révéler les attitudes dominantes des non-Juifs envers les Juifs dans les pays européens.

Les positions antisémites étaient les plus fortes en Grèce, en Pologne, en Slovaquie et en Roumanie. La Suède, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, en revanche, ont montré des signes encourageants. L’Allemagne était classée au milieu, cependant, c’était le pays avec le nombre d’attaques antisémites les plus violentes dans l’UE en 2020, avec au moins 59 cas signalés.

Les auteurs de la nouvelle étude disent que la plupart des gens en Grèce, en Pologne et en Autriche ont des positions antisémites fortes, le chiffre s’élève à 28 % en Allemagne, tandis qu’en Suède et aux Pays-Bas il n’y en a que 10 % et 8 % respectivement.

Publicité 

La semaine dernière, la Commission européenne a dévoilé son premier plan politico-stratégique de lutte contre l’antisémitisme, elle prévoit d’interdire le commerce de souvenirs nazis et d’intensifier la lutte contre les discours de haine antisémite sur Internet.

Neuf Juifs sur dix en Europe considèrent l’antisémitisme comme un problème grave, selon la Commission européenne. La France est le pays qui compte le plus de citoyens juifs après Israël et les États-Unis. Joel Margie, chef de l’Association des centres juifs de France et représentant toutes les communautés juives du pays, a déclaré aux journalistes à Bruxelles : « Les Juifs quittent l’Europe. Selon lui, les jeunes, notamment, ont immigré en Israël ou aux États-Unis parce qu’ils ne se sentaient plus en sécurité en Europe.

Margie a déclaré que « les Juifs devraient pouvoir vivre leur vie sans avoir besoin d’une protection policière continue dans les synagogues, les écoles et les jardins d’enfants. Malheureusement, nous y sommes habitués, mais ce n’est pas normal ».

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦