« De papa, il ne reste qu’une mare de sang « 

Le survivant de l’Holocauste Aharon Weiss, un habitant d’Afula, âgé de près de 93 ans, est décédé vendredi dernier. Nous avons parlé de l’histoire de sa vie avec l’écrivain Emanuel Ben Sabo qui a écrit un livre pour enfants inspiré de l’histoire d’Aharon.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

« Je connaissais Aharon depuis trois décennies en tant que collecteur en chef de la synagogue ‘Beit Shalom’ à Afula, mais l’histoire de sa vie dans l’Holocauste flottait dans l’air. Il n’a pas non plus raconté son histoire à sa femme Leah, décédée environ il y a un an et demi, ou à ses enfants. Aharon a catégoriquement refusé d’en parler.

Mais un jour, le changement a eu lieu et la cause en était un autre livre pour enfants écrit par Emanuel Ben Sabo sur un survivant de l’Holocauste et un résident du kibboutz Shlouch. Le regretté Aharon a feuilleté le livre et a demandé à Emanuel Ben Sabo s’il était intéressé à entendre son histoire. Emanuel Ben Sabo a immédiatement accepté, bien sûr, mais il n’avait pas de feuilles pour écrire l’histoire. Aharon a décroché le calendrier du mur, l’a retourné et a demandé à Emanuel Ben Sabo d’écrire l’histoire sur les pages vierges derrière.

Pendant quatre heures, les deux se sont assis et Aharon a raconté son histoire difficile, l’histoire d’un garçon dont le père lui dit qu’à partir de maintenant, il n’est plus Aharon mais ‘Andor’, ce même garçon qui entend les coups de feu des Allemands qui ont tué son père. Il s’enfuit avec sa mère dans un chariot de paille chez une personne, et vivra dans le  sous-sol où ils sont restés avec neuf autres familles, de là il est sorti pour leur voler de la nourriture.

Dans la suite de cet article, nous apporterons l’histoire complète d’Aharon telle qu’elle a été enregistrée par Emanuel Ben Sabo.

Depuis lors, Emanuel et Aharon se sont rencontrés à de nombreuses reprises au cours desquelles il a raconté de plus en plus de parties de l’histoire de sa vie. Ils se sont rencontrés samedi dernier. Aaron, comme à son habitude, a lu tout le livre des Psaumes avec une loupe rapprochant de lui les lettres du livre. « Je me tenais à côté de son stand. Je lui ai dit que cette année nous fêterions son anniversaire et il a éclaté de rire. C’était un rire qui ne correspondait pas à la situation. Je lui ai demandé pourquoi tu ris et il a dit : « Je n’ai pas eu de fête d’anniversaire en 92 ans. J’ai fêté ceux de ma femme et mes enfants, mais ils ne m’ont pas célébré. Je suis né le jeûne de Gedaliah et la Brith Mila était à Yom Kippour. » Emanuel Ben Sabo a répondu que le lendemain du jeune de Gedaliah, Aaron fêterait ses 93 ans, « Il y aura des ballons, on fera un gâteau et si tu te comportes bien on viendra te chercher, lui dis-je et il éclata de rire. J’ai vu que même le strict Aaron se permettait de rire. Il a ri et a dit : ‘Seigneur, laisse-moi atteindre cette date.' »

« C’était presque la dernière conversation. Jeudi, j’ai appris qu’il avait été hospitalisé. Je l’ai appelé et lui ai demandé comment il allait. Il a dit qu’il allait bien et qu’il avait du mal à voir. Je lui ai rappelé que c’était notre anniversaire. Il a dit que nous nous rencontrerions encore », raconte Ben Sebo et ajoute : « Vendredi, je l’ai rencontré à l’enterrement ».

Au fil des ans, Aharon ZL était le « grand-père des bonbons » dans la synagogue et, bien qu’il soit de coutume de donner un bonbon à chaque enfant, il s’est assuré de donner à chaque enfant une poignée de bonbons. Après avoir quitté le ghetto et les endroits horribles où ils se trouvaient, il est arrivé chez sa tante et la tante lui a donné un avant-goût de quelque chose qu’il ne connaissait pas. Il a demandé ce que c’était et la tante lui a dit de le goûter. Il a mis dans sa bouche ‘C’était délicieux et sucré. Elle a dit que c’était des bonbons. Je n’ai jamais rien mangé de tel. J’ai dit qu’il n’y aura pas un enfant que je connaîtrai qui n’appréciera pas la douceur des bonbons' », a dit Ben Sabo citant Aaron.

Vers le dernier Shabbat, le président du conseil religieux d’Afula a contacté Emanuel Ben Sabo et a suggéré que toutes les synagogues distribuent des paquets de bonbons à la mémoire d’Aaron, mais en pratique, il n’y avait pas assez de temps pour mettre en œuvre l’idée. Les bonbons ont été placé sur la chaise d’Aaron et les enfants de la synagogue se sont alignés pour prendre du sac à la mémoire de Aharon zal.

שקית סוכריות לזכר הגבאי-הסבא

Emanuel Ben Sabo souligne que l’histoire de la vie d’Aharon comprenait non seulement un Holocauste mais aussi une résurrection. « Il était inspecteur principal à Solel Bona, construit à Emek, en Galilée, et a construit l’hôpital Rambam, il a servi dans l’armée et enseigné la dévotion. Son fils aîné Yossi a été capturé pendant la guerre de Yom Kippour. C’est l’histoire de la Terre d’Israël renouvelée, qui implique à la fois un Holocauste et un renouveau. C’est une histoire de victoire. Lors de la mila de son 13e arrière-petit-fils qui a eu lieu dans la Grande Synagogue d’Afula, je lui ai dit qu’il avait gagné et il m’a répondu : « Je le sais et je m’en souviens tous les matins. » »

Voici le texte de l’histoire de Aharon tel qu’enregistré par Emanuel Ben Savo :

 » Je suis né en septembre 1930 en Transylvanie dans la ville de Kalacha, mon père Mordechai Ze’ev et ma mère Rela, mon jeune frère s’appelait Gershon et ma sœur aînée s’appelait Zehava. Mon père était un juif pieux qui, pour la famille avait comme gagne-pain la coupe des arbres, donc tous les deux ans, la famille déménageait avec mon père vers son nouveau lieu de travail près d’une nouvelle forêt .

Quand mon frère Gershon est né, nous avons déménagé dans la ville de Valery, une ville où seule ma famille était une famille juive. J’ai atteint l’âge de trois ans, j’ai dit au revoir à ma mère en larmes, et mon père m’a emmené dans une charrette à 31 km jusqu’à Haydar dans la ville de Yada, où j’allais étudier pendant trois ans sans voir ma famille dans la maison du rabbin avec un certain nombre d’autres enfants à qui le rabbin a enseigné la Torah, nous avons mangé à sa table et le rabbin s’est occupé de tous nos besoins mais pendant un moment ma famille n’a pas cessé de me manquer et j’ai beaucoup pleuré .

Quand j’ai atteint l’âge de six ans, mon père est retourné en ville pour me ramener à la maison , pendant trois mois, j’étais redevenu l’enfant de ma mère, puis mon père a décidé que nous ferions 42 km dans notre chariot pour étudier dans une yeshiva .

Encore une fois, j’ai dit au revoir en larmes, mais un garçon juif n’ose pas se rebeller ou critiquer son père. Je suis arrivé à la yeshiva qui n’était rien de plus qu’une petite cabane où vivaient plusieurs autres enfants. Comme c’était la coutume à l’époque, nous prenions un repas par jour, le déjeuner, chaque jour dans une maison différente. Chaque jour à la maison, je mangeais des haricots d’une manière différente .

Après deux ans et demi et j’ai huit ans et demi, je suis rentré chez moi à Kfar Yara. A quatre heures les Allemands sont arrivés à Yara, ils nous ont tirés du lit, effrayés,  ne sachant pas où ils nous emmenaient. Les Allemands nous ont sortis sauvagement et ont jeté les enfants sur la charrette. Soudain, j’ai vu plus de chariots pleins d’enfants et plus de chariots et à côté d’eux les adultes marchaient, tous choqués et surpris. J’étais considéré comme un adulte et je devais marcher .

Le froid était terrible, la neige recouvrait tout, nous avec les vêtements dans lesquels nous étions tirés de nos lits glacials et silencieux. Nous avons marché à pied dans la neige à 42 km de Yara jusqu’à la ville de Torda, où se trouvait un champ ouvert. En chemin, les chaussures que je portais et elles avaient des clous ont été écrasées par la neige, mes pieds ont gelé et il ne me restait plus que mes chaussettes. Ils entrèrent dans l’immense usine de marbre de Torda, à côté se tenait une petite synagogue, une femme âgée avec une très longue robe avec des jambes bleues s’occupa avec un bol d’eau chaude, mit une substance rouge et mit mes jambes dans l’eau. Les jambes ont dégelé. Nous avons commencé à nous habituer à une nouvelle vie dans le camp . Mon père m’a calmé et m’a invité à aller avec lui à la petite synagogue .

Au lieu de cela, les parents se sont organisés pour que les enfants étudient avec le rabbin dans la synagogue, et trente enfants sont venus étudier avec le rabbin la Parachat Shabbat, Taskee et Gemara .

Un jour, le rabbin m’a demandé d’aller chez lui et de demander, un traité de Gemara de Baba Metzia. J’allai joyeusement chez le rabbin, à une distance relativement courte .

Le rabbin grimpa sur une échelle et décrocha de la bibliothèque le traité de Baba Metzia, je pris la grande Gemara sous mon aisselle et me précipitai vers la petite synagogue où le rabbin enseignait. J’arrivai haletant, puis le silence,, aucun enfant n’a été retrouvé, du coup j’ai vu une traînée de sang, je me suis approché de la chaise du rabbin, j’ai vu qu’il était complètement couvert de sang, sa tête était baissée et il était mort, avec la grosse gemara dans ma main, j’ai couru à la maison, j’ai dit à mon père ce que j’avais vu, mon père m’a serré dans ses bras en essayant de me calmer. Plus tard dans la journée, nous avons réalisé que les Allemands avaient pris les trente enfants avec qui j’étudiais .

Une semaine seulement s’est écoulée, je me sentais agité à la maison. Un jour papa m’appelle et me dit qu’il doit couper mes peot, j’ai beaucoup pleuré, papa a coupé mes peot, enlevé mon pompon, pris ma casquette, mis un chapeau sur ma tête et changé mes vêtements . « A partir de maintenant, tu es Hongrois »  m’a t’il dit.

Le lendemain matin, papa m’a emmenée main dans la main dans un endroit tranquille où nous pouvions prier, papa m’a dit : « Aaron, si par hasard quelque chose nous arrive ou qu’un soldat allemand vient vers nous, tu dois courir, courir et ne pas te retourner . » Papa vient de finir de me guider et il y avait trois soldats allemands devant nous, papa m’a dit « Cours, cours maintenant », j’ai commencé à courir et comme papa a dit sans se retourner, après cent vingt mètres de course, j’ai entendu des coups de feu, j’ai arrêté, c’était le silence, le silence. J’ai regardé en arrière et je n’ai rien vu.

Je suis retourné à l’endroit où j’ai dit au revoir à mon père, il y avait une flaque de sang sur le sol, depuis je n’ai jamais revu mon père, je ne savais pas ce qui était arrivé à son corps. À ce jour, j’entends les coups de feu, vois papa et regarde avec des larmes aux yeux ce qui reste de papa, une mare de sang .

J’ai couru vers le camp, j’ai dit à maman ce qui s’était passé, maman a pleuré, nous avons tous pleuré. Mon père est mort. Je ne savais pas qu’une femme hongroise avait été témoin du meurtre de mon père par les soldats allemands . Cette femme se nommait Jamus,  avec une charrette tirée par une vache noire.

Après plusieurs nuits depuis que mon père a été assassiné, la femme hongroise, dont je ne connais toujours pas le nom, est venu chez nous, a parlé à ma mère à côté et a quitté la maison peu de temps après. Maman n’a pas voulu me dire ce que la femme hongroise lui avait dit. Très tard dans la nuit, la femme hongroise est revenue avec une charrette pleine de meules de foin. Maman nous a fait sortir un par un avec la femme hongroise qui nous a mis au centre de la charrette et nous a recouverts de foin.

Gershon, Zahva, moi et ma mère sommes sortis en dernier. Nous sommes restés longtemps silencieux, soudain un poste de contrôle de soldats allemands devant nous. Les Allemands ont commencé à poser des questions à la femme hongroise, ils ont mis des fourches dans la paille, nous sommes restés silencieux dans une grande peur jusqu’à ce que la charrette continuent sa marche rapide. Puis la femme hongroise est descendue du chariot et a commencé à nous déplacer un par un dans le sous-sol de sa maison. La cave qui servait à entreposer les tonneaux de bière et de vin était vide. Après la mort de son mari, la Hongroise l’évacua et le nettoya. Chaque jour, nous rencontrions de nouvelles familles juives, elle conduisait dix familles dans l’immense sous-sol. J’ai remarqué que chaque famille n’avait qu’un seul petit enfant, il y avait des rabbins là-bas et très pieux. En même temps les trains n’arrêtaient pas de fonctionner, les juifs étaient envoyés à la mort et nous ici au sous-sol essayons de survivre grâce à une femme dont je ne connaissais pas le nom.

Il est maintenant temps de s’occuper de la nourriture des dix familles. Moi, Aaron, dix ans, j’ai pris sur moi la tâche de m’occuper de la nourriture de base, et ma mère et les autres femmes du sous-sol ont préparé le « délice ».

Tous les soirs je sortais du sous-sol à une heure après minuit, je ressemblais à un garçon hongrois, j’entrais dans les maisons des juifs qui en étaient expulsés, les maisons étaient saccagées mais je savais toujours où les juifs cachaient de la nourriture,  le premier jour, j’ai apporté de la farine de maïs, au sous-sol, ils en ont fait du mameliga. Je n’avais que dix ans et tous les soirs je sortais chercher de la nourriture, je voyais des parkings qui étaient pillés et cambriolés, j’y cherchais de la nourriture, seule la nourriture nous intéressait. J’ai fouillé dans les poubelles, j’ai trouvé des épluchures de pommes de terre avec une odeur épouvantable, j’ai trouvé du pain sec, je l’ai apporté à ma mère.

Mère a pris de l’alcool d’oignon avec du sucre et a allumé un feu sur lequel elle a brûlé le pain sec, c’était le dîner. Les jours suivants, comme je ressemblais à un garçon hongrois, j’allais au magasin et demandais à acheter un produit et tandis que le vendeur allait l’apporter, je remplissais mes poches et ma chemise de beurre, de pommes de terre et je me suis enfui. Je n’ai pas toujours eu de chance, j’ai été sévèrement et brutalement battu quand les soldats allemands m’ont vu, heureusement ils ne savaient pas que l’enfant hongrois qui volait la nourriture n’était qu’un enfant juif. Je n’oublierai jamais le jour où j’ai emmené mon frère Gershon avec moi pour chercher de la nourriture. Nous sommes partis à deux heures du matin dans le noir, un froid glacial et avec une grande peur dans nos cœurs.

Nous sommes entrés dans un magasin qui avait été cambriolé, puis un soldat allemand nous a attrapés. Nous tremblions de peur, le soldat allemand savait que nous étions finis. J’ai pleuré dans mon cœur pour nous mais plus pour maman, comment va-t-elle vivre sans père et sans les deux fils. Je me suis demandé comment nous allions réussir à nous échapper et je savais que si nous n’agissions pas vite, les Allemands nous tireraient dans le dos et nous mourrions comme notre père. Comme toujours dans les situations de danger, j’ai prié dans mon cœur « Seigneur du monde, sauve-nous ». Pendant que nous marchions avec les Allemands, nous entendîmes la voix d’une gitane qui, à la vue du soldat allemand, souleva sa robe. L’Allemand nous a ordonné d’attendre et est allé vers elle, ils sont entrés dans le bâtiment et mon frère et moi avons commencé à courir vers la maison jusqu’au sous-sol. Nous avons été sauvés à nouveau.

Une femme a dit à sa mère dans le sous-sol que l’usine de spiritueux avait été cambriolée. J’ai attendu que la nuit tombe, j’ai pris deux seaux et je suis allé vers la fabrique d’alcools pour apporter le trésor à ma mère. J’ai réussi à remplir les deux seaux  et soudain je sens une grosse main sur mon épaule. Je me suis figé sur place, je me suis retourné et j’ai vu un officier allemand au-dessus de moi. L’officier allemand prit les seaux et les vida. Il a tenu ma petite main et mon cœur a palpité de peur. Je montai les escaliers avec lui et devant nous se trouvaient des dizaines de petites bouteilles d’alcool. L’officier allemand a rempli mes seaux de petites bouteilles d’alcool et a de nouveau tenu le seau d’une main et la petite main de l’autre. J’ai commencé à prier ‘Seigneur du monde sauve-moi’, pendant quelques instants je n’ai même pas remarqué que l’officier allemand était avec moi j’ai senti que seul Dieu était avec moi. Je savais que l’Allemand n’était pas satisfait du massacre d’un Juif et qu’il allait avec moi découvrir la cachette des membres de la famille et que ce serait la prochaine tragedie. J’ai dit dans mon cœur : « Écoute Israël, le Seigneur est notre Dieu, le Seigneur est un ».

Et Hans est arrivé, un autre officier allemand conduisant une moto, puis s’arrête à côté de nous au milieu du pont. Il l’appelle ‘Hans viens’, Hans a mis le seau de sa main, a libéré ma main et s’est dirigé vers la moto, à ce moment j’ai ramassé le seau et j’ai commencé à courir jusqu’à ce que je sois sous le pont, mes mains étaient plein de sang des fers par le seau qui m’a blessé. L’officier allemand me cherchait mais j’étais déjà au fond de la forêt sombre. Au sous-sol tout le monde dort, les deux seaux pleins de bouteilles d’alcool sont à côté de ma mère, maintenant il nous faut le pain. Maman m’a donné quelques sous et m’a dit d’aller à la boulangerie pour acheter du pain. Après tout, je suis un garçon hongrois. J’ai pris deux paniers et quelques sous, j’arrivais à la boulangerie, la file était longue, je faisais la queue, l’odeur du pain d’Harry me rendait ivre.

Soudain, le bombardement de l’armée russe a commencé, les gens se sont dispersés partout, y compris le boulanger, je suis resté seul, j’ai couru à la boulangerie, j’ai chargé autant de challahs dans les paniers, je me suis rapidement approché du tiroir où se trouvait l’argent, j’ai pris l’argent et a commencé à retourner vers le sous-sol, la route était vide, les gens se cachaient des bombardements .

Quand ils ont vu les paniers au sous-sol, ils ont été très heureux. J’ai aussi montré l’argent à ma mère, ma mère m’a regardé avec un visage sévère et m’a demandé si j’avais volé l’argent. J’ai dit à ma mère que je n’avais pas volé, j’avais juste pris pour que nous puissions vivre .

Voyant que ma chance était au rendez-vous, je suis allé au marché qui s’est à nouveau rempli, j’ai acheté un sac de farine de maïs, des pommes de terre et je suis rentré content au sous-sol .

Un jour en fouillant dans les poubelles j’ai découvert une cache, un trésor, je suis venu chercher des épluchures de pommes de terre et j’ai trouvé un gros morceau de saucisson. Je tremblais de tout mon corps, ce seront des vacances pour la mère et les familles au sous-sol, de la chair, un rêve. J’avais faim, j’avais une forte envie de manger de la viande, de manger le saucisson et puis au dernier moment j’ai laissé le saucisson à la poubelle et je me suis dit : ‘je ne mangerai pas et je ne nourrirai pas les juifs de charogne ‘.

Pendant trois ans, les dix familles du sous-sol ont mangé de ce que j’apportais à maman tous les soirs. Quand j’ai eu treize ans, j’ai célébré une Bar Mitzvah au sous-sol. Un des rabbins qui faisaient partie des dix familles m’a appris à lire le Haftar, un autre m’a donné ses téfilines et au sous-sol avec un repas de mamliga, du pain sec et des pelures de pommes de terre bouillies j’ai célébré ma Bar Mitzvah. Deux jours plus tard, les Russes ont pris la ville de Torda, nous avons quitté le sous-sol, nous avons commencé à reconstruire nos vies à partir des ruines, sans père qui a été assassiné par les Allemands.

Un jour, le message est venu à ma mère que mon frère était vivant et qu’il avait survécu au camp de la mort d’Auschwitz pendant que sa femme et ses deux enfants étaient assassinés. Mon oncle était boucher, dès qu’il a appris que ma mère, ma sœur et ses enfants étaient vivants, il est immédiatement allé nous voir dans la ville de Torda. L’oncle est venu nous chercher et nous sommes allés avec lui dans la ville de Dez. Nous vivions chez mon oncle, j’ai travaillé deux ans dans des travaux de tailleur pour un goy  Hongrois, j’ai appris le métier de tailleur au sous-sol auprès d’un des juifs qui s’était caché avec nous

À l’âge de seize ans, j’ai dit à ma mère que je voulais immigrer en Israël. Maman a accepté le cœur lourd que je devais aller à l’entraînement, il y avait trente-deux filles et garçons à l’entraînement. Pendant la période de formation, nous avons travaillé dans toutes sortes de travaux, j’avais l’air beaucoup plus petit que mon âge, alors ils m’ont laissé défaire les tissus. Un jour, ils ont découvert que j’étais un tailleur professionnel et les nombreux emplois sont venus. J’ai gagné beaucoup d’argent dans lequel j’ai financé des repas, des films et des voyages pour les enfants de mes amis en formation .

En 1947, j’ai immigré en Israël et j’ai été envoyé à Chypre. J’ai immigré en Israël avec mon frère Gershon, ma mère et Zhava ma sœur est arrivée plus tard. Nous sommes arrivés à Kfar Giladi .

Ici en Israël, nous avons élevé des familles, nous avons eu des enfants, nous avons eu la chance d’avoir des petits-enfants et des arrière-petits-enfants, chaque jour je vois mon père, j’entends les coups de feu, je pleure quand mon père coupe mes peot et je remercie Dieu pour la grande bonté qu’il a fait pour moi et ma famille, Dieu m’a sauvé . »

Telegram  

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !