Dans le village palestinien de Dir-Kadiz, on célèbre la libération du suspect Mahmoud Katusa, suite au viol d’une fillette de sept ans.

Dans la maison de sa famille, un bouquet de fleurs l’attendait avec des félicitations de familles de la même localité religieuse où vit la famille de l’enfant qui a été violé. Le message de bienvenue selon Ynet est celui ci :

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

«Chère famille Katusa. Continuez à être de bonnes personnes. Nous sommes heureux que Mahmoud ait été libéré. C’est un homme bon et honnête.

Officiellement, Mahmoud Katusa est toujours suspect. Mais aujourd’hui, il s’est adressé aux habitants de son village natal en tant que personne soustraite à des accusations graves. Katusa a déclaré que pendant l’enquête, il était particulièrement inquiet du fait que le véritable violeur se promène librement et que la police mentait et « arrangeait l’affaire » à sa guise contre un innocent.

Katusa a déclaré qu’il n’avait été arrêté que deux semaines après que la famille eut déposé une plainte auprès de la police. Pendant deux semaines, il avait continué à travailler à l’école, ce qui serait «inconcevable» après avoir commis un crime aussi grave.

La police a signalé l’arrestation après que le bureau du procureur militaire eut inculpé le détenu. L’organisation ultra-droite «Honenu» a annoncé que Katusa n’avait pas simplement violé l’enfant, mais l’avait fait avec ses complices et uniquement dans le but d’indigner la jeune fille juive.

L’accusation de viol d’une fillette de sept ans contre ce palestinien de 46 ans a été l’occasion d’une bruyante campagne politique.

Les militants de Benzi Gopstein ont organisé une manifestation au village de Dir Cadiz pour exiger le licenciement des travailleurs palestiniens et le « transfert » de tout le village.

Le Premier ministre Netanyahu a exhorté le tribunal à imposer la peine la plus sévère au Palestinien et à ses complices présumés.

Gilad Erdan, le ministre de la Sécurité intérieure, a appelé le Shabak à participer à l’affaire et à enquêter sur celle-ci en tant qu’acte terroriste.

Le dirigeant du NDI, Avigdor Liberman, a déclaré avec encore plus de confiance que « ceci n’est pas de la pédophilie, mais de la terreur pure, une attaque bien planifiée contre une petite fille innocente et sans défense ». Liberman a ajouté qu’il ne s’agissait que de l’un des cas dans lesquels il «exigerait sans hésiter la peine de mort» pour le criminel.

Mahmoud Katusa a expliqué au reporter de la chaîne 12 à Rafi Reshef pourquoi le test polygraphique ne confirmait ni sa véracité, ni son innocence.

Katusa a déclaré qu’il était très nerveux, car toutes les questions avaient été posées uniquement en hébreu, qui n’est pas sa langue maternelle, la photo de la jeune fille blessée ne lui avait pas été montrée et l’ensemble du test était «trompeur». Lors d’une conversation avec un journaliste israélien, il a souligné qu’il travaillait dans une colonie religieuse depuis sept ans et qu’il « a beaucoup d’amis là-bas ».

Un de ces amis juifs a envoyé aujourd’hui un bouquet de fleurs et des félicitations pour son retour chez lui.

Les résultats du test polygraphique constituaient la seule preuve contre Katusa, en plus de «l’identification» de la fille blessée, qui, comme il s’est avéré au procès, l’avait signalé à la sollicitation de sa mère.

Mahmud Katusa reste un suspect de viol après que le bureau du procureur militaire ait retiré ses accusations et que la police a commencé à enquêter et à interroger des témoins dès le début.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !