Peu à peu, de plus en plus de nouveaux détails sur la mort dans une cellule de prison d’un officier de l’AMAN, soupçonné d’avoir failli révéler un grand secret militaire, deviennent clairs.

Jeudi, Tsahal a publié les premières données fragmentaires d’un examen toxicologique réalisé le 17 mai.

On rapporte que des « résidus » d’antidépresseurs et d’antipsychotiques ont été trouvés dans le sang du policier. Les noms des drogues ne sont pas signalés, on ne sait pas non plus quel était leur dosage et s’ils pouvaient causer la mort d’un officier à un tel dosage.

La cellule du policier était sous surveillance vidéo 24 heures sur 24 et les gardiens ont vu que le policier prenait des pilules, mais n’ont pas réagi. Selon Hadashot 12, du Ritalin et d’autres médicaments psychiatriques utilisés dans les attaques de panique ont été retrouvés dans les poches du défunt.

Comme on l’a appris vendredi , l’ officier a été admis au service des urgences de l’hôpital Rambam à Haïfa environ deux mois avant sa mort.

Publicité 

L’officier a été hospitalisé lorsqu’il ne se sentait pas bien. Après avoir été examiné, diagnostiqué et traité aux urgences, l’officier a été relâché à la prison. La famille de l’officier n’a pas été informée du traitement à l’hôpital, et lui, pour sa part, n’a pas informé ses proches de l’incident inhabituel. La raison de l’hospitalisation n’est pas tout à fait claire.

On sait que el’officier du renseignement a été condamné à 15 ans de prisont s’est vu proposer une négociation de plaidoyer.

🔊 Abonnez vous à la nouvelle Newsletter !

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE



IMPORTANT 

Facebook nous censure depuis quelques semaines. La solution ? Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News Sans censure, rejoignez moi sur l'application Telegram : https://t.me/infoisraelnews