Ehud Barak : une attaque israélienne donnera à l’Iran la légitimité de faire exploser la bombe

Les États-Unis et l’Iran se précipitent vers un accord, le dénominateur commun des deux étant le désir d’éviter des décisions difficiles. L’accord en 2018 n’a pas donné grand-chose ● Pendant ce temps, au niveau de l’élite politique en Israël, la position de Gantz semble être la plus réaliste ●

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Quel est l’optimisme en Iran concernant la signature d’un nouvel accord nucléaire avec l’Occident – la valeur du réal iranien en témoignera. Depuis début août, le riyal s’est renforcé de 15 % par rapport au dollar, passant d’un taux de change de 330 000 riyals pour un dollar à 280 000. Les fuites de ces derniers jours et l’inquiétude en Israël ne font que renforcer l’appréciation que l’accord est proche, même si à Washington on veut refroidir l’atmosphère.

Le chef du MLA, Eyal Hulta, est actuellement aux États-Unis pour essayer d’influencer les positions américaines dans ce qui semble être la formulation finale. Les deux parties – les États-Unis et l’Iran – se précipitent vers un accord. Le dénominateur commun des deux est le désir d’éviter les décisions difficiles.

Sans accord, les États-Unis devront choisir entre deux mauvaises décisions : permettent-ils à l’Iran de devenir un État du seuil nucléaire et renoncent-ils en fait à la promesse des trois derniers présidents de ne pas le permettre ? Ou bien place-t-il une menace militaire réelle sur la table afin de dissuader Téhéran de faire exploser la bombe et de le forcer à annuler le plan. Aucune de ces décisions ne peut être prise par le président Joe Biden.

Sans accord, les États-Unis devront trancher entre deux mauvaises décisions : permettre à l’Iran de devenir un État du seuil nucléaire ; Ou bien place-t-il une menace militaire réelle sur la table

En ce qui concerne l’Iran, sans accord, il devra décider s’il poursuit le projet nucléaire et en fait – même s’il ne l’annonce pas publiquement – devient un État du seuil nucléaire avec toutes les implications en termes de sanctions et d’exposition à action militaire. Un accord est la solution commode pour Téhéran et Washington, il y a donc de fortes chances qu’il soit finalement signé.

Dans une longue chronique d’opinion que l’ancien Premier ministre Ehud Barak a publiée il y a trois semaines dans le magazine « Time », il a qualifié le désir des deux parties de signer l’accord de « parapluie de déni » – chacun des présidents pour ses besoins internes.

« Le moment est venu de regarder la réalité actuelle et de comprendre : l’Iran est un État du seuil nucléaire », écrit Barak. « D’une distance de 17 mois à une bombe avant 2018, elle a atteint une distance de 17 jours à une bombe. Dans cet état de choses, seule une menace d’attaque américaine réelle peut l’arrêter, et j’espère qu’une telle décision est encore réaliste. »

L’esquisse de Barak sur la situation ne laisse pas beaucoup de place à l’imagination. Tout au long de l’année écoulée, il a répété avec insistance l’affirmation selon laquelle, même aujourd’hui, Israël n’a pas la capacité d’arrêter le projet nucléaire de l’Iran par une action militaire, mais dans le meilleur des cas seulement de le retarder – et même alors, cela fonctionnera principalement à son détriment. Dans une conversation hier soir avec Zeman Israel, Barak a affirmé qu’une attaque israélienne ne ferait que légitimer l’Iran à ce stade pour lancer une bombe.

En fait, depuis le départ unilatéral américain de l’accord nucléaire en 2018, ni Israël ni les États-Unis n’ont soutenu le départ de l’accord dans une démarche qui aurait empêché les Iraniens d’aller de l’avant.Sans réelle menace militaire, il a fallu quelques mois aux Iraniens pour se ressaisir et se rendre compte qu’ils ont désormais la légitimité internationale pour aller de l’avant avec le nucléaire, puisque l’accord avec eux a été unilatéralement violé.

Le gouvernement israélien sous Naftali Bennett a tenté d’augmenter la pression par des opérations discrètes, en particulier dans le domaine de la cyber. Mais certains affirment qu’au-delà de la preuve d’une capacité de pénétration impressionnante, peu de choses ont été réalisées.

« Que pense le citoyen iranien quand Israël ferme toutes les stations-service du pays ? dit Barack. « Après tout, cela blesse le citoyen ordinaire et le pousse à s’unir derrière le gouvernement même s’il ne sympathise pas avec lui. Il y a ici des mesures de Rahab qui n’ont aucune efficacité réelle. »

« Que pense le citoyen iranien quand Israël ferme toutes les stations-service du pays ? Après tout, cela blesse le citoyen ordinaire et le pousse à s’unir derrière le gouvernement même s’il ne sympathise pas avec lui. Il y a ici les mesures de Rahab qui n’ont aucune efficacité réelle. »

Le ministre de la Défense Benny Gantz ainsi que Bennett ont laissé entendre l’année dernière qu’Israël a en fait gelé sa capacité militaire ces dernières années et doit maintenant la préparer à nouveau. C’est pourquoi le ministre de la Défense – avec la prudence qui s’impose de son point de vue – soutient l’accord.

Gantz prétend qu’Israël ne pourra pas empêcher les États-Unis de signer un nouvel accord parce que c’est un intérêt américain distinct.Selon lui, dans cet état de choses, le système de sécurité israélien devrait maximiser les bénéfices. L’Iran, dans le cadre d’un accord, s’abstiendra de pénétrer dans une bombe en termes de quantités d’uranium et de capacité d’enrichissement.

En même temps, tout le monde comprend que les connaissances accumulées jusqu’ici seront impossibles à effacer. Mais encore, en vertu d’un accord, une situation sera créée qui permettra à Israël de mieux se préparer militairement pour le lendemain.

Le Premier ministre Yair Lapid et son prédécesseur Bennett se sont fermement opposés à cette position de Gantz. Cependant, dans l’état actuel des choses, il semble que la position de Gantz soit la plus réaliste.

Telegram  

Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !