L’Autorité palestinienne (AP) en Judée Samarie et le Hamas dans la bande de Gaza semblent avoir approuvé la bannière des rivaux politiques de Netanyahu en Israël : «N’importe qui sauf Bibi (le surnom de Netanyahu)». Les deux groupes palestiniens perçoivent Netanyahu comme une menace majeure à leur rêve de détruire Israël et comme quelqu’un qui a encore renforcé la position d’Israël sur la scène internationale.

Dans une tentative de dernière minute, apparemment désespérée, de saper les chances de l’actuel Premier ministre israélien de remporter de nouvelles élections, l’Autorité palestinienne avait décidé de lancer une campagne de relations publiques pour expliquer au public israélien pourquoi il ne devrait pas voter pour Netanyahu.

La campagne, orchestrée personnellement par le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, qui a visé à effrayer les électeurs israéliens en les avertissant que voter pour Netanyahu signifierait la fin du «processus de paix» au Moyen-Orient – un euphémisme pour les Palestiniens qui reprennent des territoires «de [Jordanie] Vers la mer [méditerranéenne] »- ou, en d’autres termes, tout Israël, comme indiqué dans le plan progressif de 1974 de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP), qui préconise d’accepter n’importe quelle terre et de l’utiliser comme base à partir de laquelle pour acquérir le reste.

La dernière tentative d’Abbas pour effrayer le public israélien a commencé plus tôt ce mois-ci, quand il a envoyé 20 responsables palestiniens à une réunion avec des «activistes de la paix» israéliens à Tel Aviv. Organisée par un groupe anti-Netanyahu de gauche appelé Parlement de la paix israélien, la réunion s’est tenue sous la bannière : «Deux États pour deux peuples» et «Non à l’annexion». (L’«annexion» fait référence au plan de Netanyahu d’appliquer la loi israélienne à certaines parties de la Judée Samarie, en particulier la vallée du Jourdain et plusieurs communautés juives).

Abbas a envoyé ses fonctionnaires à Tel Aviv pour la réunion non pas pour promouvoir la paix avec Israël, mais pour convaincre évidemment les Israéliens de ne pas voter pour Netanyahu. C’est ce que l’on conclut en écoutant les déclarations des Palestiniens qui ont assisté au rassemblement de «paix». Ces responsables comprenaient d’anciens ministres et membres du parlement palestiniens, ainsi que de hauts responsables de la faction du Fatah au pouvoir, d’Abbas.

Bien que la réunion de Tel Aviv ait également eu lieu sous la bannière «Oui à la paix», les orateurs palestiniens (et israéliens) ont consacré la plupart de leurs discours à condamner le plan récemment dévoilé par le président américain Donald Trump pour la paix au Moyen-Orient.

Les orateurs ont également passé une grande partie de leur temps a maudire Netanyahu et à le décrire comme une  « menace » pour la paix et la stabilité dans la région. Les Palestiniens qui ont assisté à la réunion n’ont pas proposé d’alternative au plan de paix. Le seul «plan» qu’ils ont proposé à Tel Aviv est celui qui voit Israël se soumettre sans condition à toutes les demandes d’Abbas : pour le moment, un retrait israélien complet des lignes d’armistice de 1949, la création d’un État palestinien indépendant avec Jérusalem « Est » comme sa capitale.

Le message que les Palestiniens espéraient envoyer aux électeurs israéliens pendant la réunion semblait être : «Votez pour un candidat qui acceptera toutes nos demandes et dictées, sinon nous, les Palestiniens, nous regretterons de ne pas l’avoir  fait. « 

Abbas a ordonné à son soi-disant Comité palestinien d’interaction avec la société israélienne, un groupe composé de plusieurs responsables et experts de l’OLP et du Fatah, d’inviter d’éminents journalistes israéliens (juifs) à Ramallah, l’actuelle capitale palestinienne de facto en Judée Samarie pour une visite de la ville et des réunions avec de hauts responsables palestiniens.

Abbas et ses associés se sont mis en quatre pour chouchouter les journalistes et s’assurer qu’ils se sentaient heureux et à l’aise à Ramallah, au point que des journalistes fidèles se sont même vu offrir de la nourriture casher commandée dans un village juif voisin.

Pourquoi Abbas a-t-il invité les journalistes à Ramallah ? Pour les informer que les Palestiniens veulent la paix – et sont même prêts à signer un accord de paix avec Israël dans les deux prochaines semaines ! Prêts, c’est-à-dire si – et seulement si – le gouvernement israélien accepte les demandes d’Abbas et se retire sur les lignes d’avant 1967, où en 1949, les combats avaient cessé. Abbas et ses fonctionnaires, en bref, disent aux Israéliens : «Écoutez, nous avons un problème ici. Cet homme, Netanyahu, ne se rendra pas à nous – et c’est pourquoi vous devez élire un nouveau chef. »

Bien que les responsables palestiniens ne l’aient pas dit ouvertement, ils ont clairement indiqué qu’ils préféreraient voir les rivaux de Netanyahu au sein du Parti bleu et blanc au pouvoir.

Les Palestiniens sont apparemment convaincus qu’il serait plus facile d’extorquer des concessions à des politiciens inexpérimentés tels que Benny Gantz, Moshe Ya’alon et Gabi Ashkenazi.

Pour les Palestiniens, Netanyahu est un écrou difficile à casser. Sa position ferme contre leurs tactiques d’intimidation a été une source de préoccupation.

Abbas et ses responsables ont clairement fait savoir qu’ils ne voulaient rien à voir avec un dirigeant israélien qui les dénoncerait pour leurs mensonges et leurs bavardages.

Abbas, sans surprise, préférerait sans aucun doute les Israéliens à remplacer Netanyahu par un leader faible qui respecterait toutes ses demandes et ramènerait Israël aux lignes d’armistice indéfendables d’avant 1967 – une décision qui aboutirait très probablement au Hamas, au Jihad islamique et à l’Iran. assis sur les collines de Cisjordanie surplombant l’aéroport international Ben Gourion d’Israël.

Les Palestiniens semblent vouloir un dirigeant israélien qui ne les appellera pas non plus pour payer les salaires et les allocations aux terroristes palestiniens et à leurs familles pour le meurtre de Juifs, et qui ne les appellera pas pour leur incitation hostile continue contre Israël. Ils semblent également vouloir un dirigeant israélien qui n’aura pas de relations aussi fortes et étroites avec les États-Unis.

En outre, les Palestiniens semblent espérer un dirigeant israélien qui ne sera pas en mesure de promouvoir la normalisation entre Israël et divers États arabes – comme Netanyahu a réussi à le faire au cours des dernières années, et qui ne renforcera pas la position d’Israël dans la communauté internationale ou entretiennent des liens étroits avec des dirigeants mondiaux tels que le président russe Vladimir Poutine et le président américain Donald Trump, comme le fait l’actuel Premier ministre israélien.

De même, l’Iran et ses mandataires palestiniens, le Hamas et le Jihad islamique palestinien, semblent désespérés de voir Netanyahou victorieux. Pour eux, Netanyahu est un cauchemar : il bloque activement et efficacement leurs tentatives en cours pour étendre leur contrôle sur la région, en Syrie, au Yémen, au Liban et en Irak. Les Iraniens sont en colère contre les frappes aériennes israéliennes sur leurs bases et celles de leurs alliés du Hezbollah et du Jihad islamique palestinien en Syrie . Netanyahu a fait tout son possible pour empêcher l’Iran de prendre le contrôle de la Syrie et de rapprocher sa menace contre Israël de la frontière israélienne.

Il semble que l’Iran ait ordonné au Hamas et au Jihad islamique palestinien de reprendre leurs attaques terroristes contre Israël depuis la bande de Gaza une semaine avant les élections. Les groupes terroristes dans la bande de Gaza et leurs maîtres à Téhéran semblent persuadés que la mise à niveau de leurs attaques contre Israël terrorisera les Israéliens en faisant voter Netanyahou hors de ses fonctions.

En tirant des dizaines de roquettes sur Israël cette semaine, les terroristes palestiniens ont apparemment cherché à envoyer un message aux électeurs israéliens selon lesquels ils devaient élire un nouveau chef parce que Netanyahu ne pouvait pas leur apporter sécurité et calme.

L’Iran et ses alliés palestiniens et libanais au Moyen-Orient semblent penser que si un leader faible remplace Netanyahu, ils peuvent continuer à amasser des armes et achever leur projet d’étendre leur contrôle sur la Syrie, le Liban et la bande de Gaza. Ils semblent considérer Netanyahu comme un obstacle à la réalisation de ces objectifs.

Comme de nombreux Arabes, les Palestiniens considèrent clairement Netanyahu comme un chef dur qui résiste aux menaces et aux attaques des terroristes, mais ils n’aiment pas qu’il ait réussi à gagner beaucoup de respect dans la communauté internationale – même le président du Conseil de la souveraineté du Soudan, Abdel Fattah al-Burhan, l’a rencontré ouvertement en public.

Les terroristes du Moyen-Orient ont toujours méprisé Netanyahu. Ils prient pour le jour où il est évincé de ses fonctions – que ce soit par les urnes ou par les tribunaux, pour avoir accepté les cigares et le champagne de ses amis. Si cela se produit, l’Iran, le Hamas, le Jihad islamique palestinien et le Hezbollah se réjouiront sans aucun doute – distribuant publiquement des bonbons, comme ils le font souvent chaque fois qu’un Juif est tué ou blessé dans une attaque terroriste.

La tentative des Palestiniens d’influencer les électeurs israéliens n’est pas seulement une tentative d’ingérence dans les affaires intérieures d’Israël, mais aussi une tentative dangereuse de persuader les Israéliens de choisir un leader faible et inexpérimenté qu’ils croient pouvoir jouer pour un idiot et contrôler par le terrorisme et menaces.

C’est aux électeurs d’Israël de savoir dans quelle direction ils iront et ce qu’ils ont fait hier a montré clairement que le petit jeu du Fatah, et du Hamas n’a eu aucune résultats si ce n’est renforcer la position de Bibi.

Nous avons lancé une chaîne officielle Telegram avec les informations les plus importantes et les articles les plus intéressants. Rejoignez le lien:  https://t.me/infoisraelnews

🔯Visitez nos autres sites🔯

✔️RakBeIsrael.buzz :   Les bonnes nouvelles d’Israël et les meilleurs conseils

✔️Ougasheli.com : Les recettes faciles pour toute la famille et les gourmands ! ✔️CQVC.online : Ce qu'on vous cache sur les médias (contre la désinformation) ✔️Alyaexpress.News : Tous nos sites réunis ✔️SOS NETIVOT : Toutes nos opérations avec la Roulotte du Hayal (soutien à Tsahal) ✔️IsraelChrono.com : Vos achats pour booster les petites entreprises israéliennes
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr