Etude de scientifiques israéliens : « Facebook provoque des troubles mentaux »

 

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Soyez très prudent avec les réseaux sociaux.


C’est la conclusion à laquelle ont pris part un groupe de scientifiques israéliens concernant l’utilisation du réseau social populaire. Les chercheurs ont examiné les patients qui avaient des problèmes de solitude et qui se réfugiaient dans des relations virtuelles.

🟦 ANNONCE 🟦

« Facebook et d’autres réseaux sociaux peuvent conduire à des troubles mentaux », c’est la conclusion d’une enquête menée par un groupe de scientifiques israéliens.

L’étude, publiée dans «psychiatrie et sciences connexes» du magazine israélien, démontrent des symptômes psychotiques chez les patients ayant une dépendance à Internet et des hallucinations causées par des relations virtuelles qui surgissent souvent dans les réseaux sociaux.

Publicité 

«Étant donné que l’Internet est de plus en plus répandu, on peut constater de plus en plus souvent des troubles mentaux, et les plateformes comme Facebook sont une des causes les plus importantes », a déclaré l’un des chercheurs de l’Université de Tel Aviv.

Pour effectuer cette recherche, les scientifiques ont étudié un groupe de patients qui avaient des antécédents liés à des problèmes de solitude, aucun n’avait des antécédents de psychose. « Tous les patients qui cherchent refuge dans la solitude trouvent du réconfort dans les relations virtuelles intenses», a déclaré le Dr Uri Nitzan, qui a dirigé l’étude.

« Le principal problème avec les relations en ligne est qu’ils finissent inévitablement par une rupture. Bien que ces relations soient positives au début, elles se terminent souvent avec des sentiments de mépris, de trahison et d’atteinte à la vie privée, » a-t-il ajouté.

« Dans chaque cas, nous avons constaté une relation étroite entre les utilisateurs des réseaux sociaux et constaté un développement progressif de l’exacerbation des symptômes psychotiques comme les délires, de l’anxiété, de la confusion et de l’utilisation excessive des nouvelles technologies de l’information », a déclaré Nitsan.

Habituellement, cela est dû à la confusion qui est générée par le partenaire virtuel, puisque la communication est exclusivement via l’ordinateur, indique l’étude.

« Un autre problème est l’incapacité de connaître les indices non verbaux de l’autre personne, et la tendance à idéaliser la personne avec qui on communique tout en établissant un contact plus étroit, bien qu’ils ne se soient jamais rencontré face à face », a ajouté le Dr.

Inspiré de la source cronica.com

 
🟦 ANNONCE 🟦