Crédit photo: Lehigh Hillel via Flickr

Les chances que les survivants de l’Holocauste de développer une démence sont 1,21 fois plus élevées que celles de ceux qui n’ont pas vécu l’Holocauste, selon une nouvelle étude menée à l’Université de Haïfa.

Dans cette étude, publiée le 17 juin dans le Journal of Traumatic Stress      ( Exposition au génocide et au risque de démence ), le Dr. Arad Kodesh, le Prof. Yitzhak Levav et le Prof. Stephen Z. Levin de l’Université de Haifa ont examiné le risque de développer une démence, qui se caractérise par une diminution de la capacité cognitive et une diminution des activités quotidiennes chez les survivants de l’Holocauste – Un sujet qui n’a pas été examiné auparavant.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

«Il existe différentes approches contradictoires de la question des effets psychologiques de la terreur de la Shoah sur les survivants», a déclaré le professeur Levin. «D’une part, les survivants de l’Holocauste ont peut-être développé des mécanismes leur permettant d’être immunisés contre les maladies neurodégénératives telles que la démence. D’autre part, le traumatisme de l’Holocauste peut en réalité augmenter le risque de développer de telles maladies. Dans notre étude, nous avons constaté que les survivants sont plus vulnérables au développement de la démence. «

Des hypothèses contradictoires affirmant que l’exposition au génocide passé réduit (en raison de la résilience) au lieu de l’augmentation (en raison de la vulnérabilité) le risque de démence n’ont pas encore été prouvé. Cette étude a testé ces hypothèses concurrentes.

Les données du registre ont été extraites sur 51 752 résidents israéliens sans démence de septembre 2002 à janvier 2012 ; les personnes sont nées entre 1901 et 1945, vivantes en janvier 2012 et suivies pour le risque de démence entre janvier 2013 et octobre 2017.

Les groupes ont été classés comme exposés à l’Holocauste européen, sur la base de la reconnaissance gouvernementale, ou non exposés. Les ratios de risque (HR) des modèles de régression de Cox ont été utilisés pour quantifier le risque de démence entre les groupes, en ajustant les covariables démographiques et diagnostiques ; De plus, 12 analyses de sensibilité ont été calculées.

Au total, 10 780 participants (20,8%) ont été exposés à l’Holocauste et 5 584 (10,8%) ont reçu un diagnostic de démence au cours du suivi. Les taux de démence étaient de 16,5% dans le groupe exposé à la Shoah et de 9,3% dans le groupe non exposé.

Parmi les 40 792 sujets qui n’ont pas survécu à l’Holocauste, 3803 sujets, représentant 9,3% de cette population, ont également développé une démence.

Après avoir pris en compte divers facteurs tels que le sexe, l’âge et le décès au cours de la période de suivi, les survivants de l’Holocauste étaient 1,21 fois plus susceptibles de développer une démence que les personnes n’ayant pas vécu l’holocauste.

«Les résultats de l’étude ont une signification clinique dans l’identification à long terme de la démence chez les survivants de l’Holocauste et peuvent également être pertinents pour les auteurs de crimes contre l’humanité en général», a conclu le professeur Levin. «Cela accentue la nécessité de surveiller de près le retrait cognitif dans une population à risque ayant subi un traumatisme extrême et continu en général et les survivants de l’Holocauste en particulier.»

« En plus des résultats, il est important d’étudier les situations de stress prolongées en tant que facteur de risque de démence », a-t-il noté.

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !