Exclusivité : Interview entre Julian Assange (Wikileaks) et Hassan Nasrallah (Hezbollah)

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

C’est une exclusivité que Alyaexpress-News veut vous faire découvrir.

Il est quasiment impossible de trouver le moyen de contacter le n° 1 du Hezbollah au Liban : Hassan Nasrallah qui est souvent terré dans des abris anti-bombe de peur de représailles israéliennes.

Un seul homme est arrivé a interviewer le chef du Hezbollah, et ce n’est pas un simple journaliste,  c’est le fondateur de Wikileaks, le fameux espion « des câbles » qui a révélé des secrets militaires, familials ou tout autre sur de nombreux pays dans le monde : Julian Assange.

Voici la vidéo qui n’est qu’en anglais où l’on peut écouter cet échange étonnant entre ces deux hommes.

Voici un résumé de ce qui a été dit en français :

Le Hezbollah a parlé de l’opposition en Syrie :

« Nous voulons le dialogue, mais les États-Unis et Israël veulent la guerre civile. Le Hezbollah a exhorté l’opposition syrienne à engager un dialogue avec le régime d’Assad, mais ils ont refusé. »

Hassan Nasrallah a dit soutenir la président syrien Bachar al-Assad en Syrie et selon lui la résistance au Liban « n’a pas reculé face à la pression israélienne et américaine. » Nasrallah, se dit être un « combattant de la liberté »  avec sous ses ordres des millions de terroristes aux États-Unis, Israël,  Canada et les Pays-Bas. Il ajoute que selon lui le  régime d’Assad « a servi la cause palestinienne. »

C’est pourquoi le Hezbollah a soutenu le soi-disant printemps arabe en Tunisie, au Yémen, en Égypte et ailleurs, mais quand il est arrivé en Syrie, le Hezbollah a exhorté l’opposition à engager un dialogue avec le président Bachar al-Assad.

«C’est la première fois que je dis cela – Nous avons contacté […] l’opposition afin de les encourager et de faciliter le processus de dialogue avec le régime. Mais ils ont rejeté le dialogue, « at-il révélé. «Dès le début nous étions prêt à subir des réformes et accepté le dialogue. De l’autre côté vous avez une opposition qui n’est pas préparé pour le dialogue et ni prête à accepter les réformes. Tout ce qu’ils veulent, c’est faire tomber le régime. Il s’agit d’un problème réel.  »

Nasrallah a appelé à l’équilibre sur la question syrienne comme «ces groupes armés en Syrie qui ont tué de nombreux  civils « . « Plusieurs pays arabes et non arabes financent l’armement et le financement des rebelles. Pour le chef du Hezbollah, c’est Al-Qaïda qui veut que la Syrie soit un champ de bataille ».

« Il y a des combats en Syrie puis des retraites, et les conflits recommencent, ça va continuer tant que les portes du dialogue seront fermées», at-il dit à Assange.

Soulignant que le Hezbollah soutient le dialogue, Nasrallah souligne que, « la guerre civile est la seule alternative. »

Dans ses propres mots, il ajoute : « c’est exactement ce que l’Amérique et Israël veulent … les États arabes sont prêts à attendre des dizaines d’années pour un dialogue avec Israël, mais ils n’attendront pas deux mois pour tenter une solution politique en Syrie. »

Copyright Alyaexpress-News : Reproduction autorisée avec le lien de la source : https://infos-israel.news/