Aujourd’hui, de nombreux étrangers dans la société israélienne reconnaissent déjà qu’une menace réside non loin de notre pays en mer rouge…

Alors que l’Iran cherche à se sortir des sanctions économiques imposées par les États-Unis, il tente également de s’extirper par la capture de pétroliers dans le détroit d’Hormuz.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Un responsable de la sécurité israélienne a averti qu’Israël serait très vulnérable si l’Iran étendait cette tactique à un autre détroit stratégique.

Le Prof. Shaul Horev , un officier en chef à la retraite de l’armée israélienne, qui dirige le centre de recherche stratégique et de politique maritime de l’université de Haïfa, a indiqué qu’en août dernier, les rebelles Houthi soutenus par l’Iran avaient attaqué deux pétroliers saoudiens dans le détroit de Bab al-Mandab situé à l’entrée sud de la mer Rouge.

Cet événement a poussé le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à avertir directement l’Iran de son intention de bloquer les détroits stratégiques, alors que Netanyahu avait averti à l’époque qu’Israël et la « coalition internationale était déterminée » et l’en empêcheraient.

Un tiers des accords commerciaux internationaux conclus par Israël avec l’Extrême-Orient, a noté Horev, s’élève à des milliards de dollars d’échanges commerciaux passant par le détroit de Bab Al-Mandav. Israël doit donc « s’inquiéter » de ce qui se passe là-bas.

Dans une récente étude stratégique réalisée par le Centre de recherches marines qu’il dirige, Horev a assuré qu’Israël formulait une stratégie globale pour faire face à la menace:

« Par une coalition navale avec les forces occidentales opérant dans la région ou de manière indépendante. »

Horev, qui était le commandant de la flotte de sous-marins, le commandant de la flotte de missiles et le commandant adjoint de la marine, a noté dans une interview qu’Israël ne naviguait pas vers le détroit d’Ormuz : « Israël navigue dans le détroit de Bab al-Mandav ».

« Et nous sommes vulnérables là-bas. [L’Iran] peut nous manipuler « , a-t-il averti.

Horev, 72 ans, qui dirigeait de 2007 à 2015 la Commission de l’énergie atomique, a même averti lors d’une interview publique que l’Agence des Nations Unies pour la sûreté nucléaire, l’Agence internationale de l’énergie atomique, était incapable de déjouer le programme d’armement nucléaire clandestin de l’Iran. Téhéran décidera de se doter de l’arme nucléaire, et il y arrivera. Horev a également affirmé :  » je ne peux pas assurer que l’Iran ne possède plus d’armes nucléaires » .

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !