Israël signale un risque pour la sécurité alors que les États-Unis autorisent des images satellite HD d’Israël

Un responsable israélien a signalé lundi un risque potentiel pour la sécurité à la suite d’une décision des États-Unis d’autoriser les fournisseurs américains à vendre des images satellites plus claires d’Israël et des territoires palestiniens.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

En vertu d’une réglementation américaine de 1997 connue sous le nom d’amendement de Kyl-Bingaman, les images satellites d’Israël et des territoires palestiniens utilisées dans des services comme Google Earth pourraient montrer des éléments d’au moins 2 mètres (6,56 pieds) de diamètre.

Israël, veux empêcher les ennemis d’utiliser des informations du domaine public pour espionner ses sites sensibles. Mais le bureau américain des affaires réglementaires de télédétection commerciale a déclaré le 25 juin qu’il autoriserait des résolutions améliorées de 0,4 mètre. Dans un communiqué à Reuters, l’agence a indiqué que « plusieurs sources étrangères » produisaient et diffusaient déjà moins de 2 millions de dollars d’imagerie d’Israël.

Amnon Harari, responsable des programmes spatiaux au ministère israélien de la Défense, a déclaré qu’il pensait que cette décision était destinée à atténuer la concurrence internationale pour les satellites commerciaux américains, ajoutant : « Je ne pense pas qu’ils (les Américains) nous l’ont demandé » à l’avance.
« Nous sommes en train d’étudier ce qui y est écrit exactement, quelles sont exactement les intentions, ce à quoi nous pouvons répondre, en fin de compte », a déclaré Harari à la station de radio publique israélienne Kan.

« Nous préférerions toujours être photographiés à la résolution la plus basse possible. Il est toujours préférable d’être vu flou plutôt que précisément. »

Publicité 

Israël craint que le Hezbollah libanais et les militants du Hamas de Gaza puissent utiliser des images satellites commerciales pour planifier des tirs de roquettes sur des infrastructures civiles et militaires clés.

Des images à plus haute résolution pourraient également aider à suivre l’expansion des localités juives en Judée Samarie, ce que les opposants considèrent comme entravant les espoirs d’un État palestinien.

Hagit Ofran de Peace Now, un observateur israélien anti-colonisation, a salué la perspective d’images plus nettes. Avec des photos de moindre qualité, dit-elle, « il est difficile de savoir si ce que vous voyez est une nouvelle maison ou simplement un poulailler ».

Google Earth a référé Reuters à des fournisseurs tiers lorsqu’on lui a demandé si la décision américaine affecterait les images satellites d’Israël et des territoires palestiniens qu’elle publie.

Une de ces sociétés américaines, Planet, a déclaré dans un communiqué: « Lorsque le changement de politique entrera en vigueur, nous suivrons les nouvelles dispositions pour fournir des images haute résolution de la région. »

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦