De nombreux Arabes de Judée-Samarie qui auraient été révélés comme des collaborateurs d’Israël auraient été torturés par l’Autorité palestinienne. Certains d’entre eux ont décidé de déposer plainte pour violation des droits de l’homme contre l’Autorité palestinienne devant la Cour pénale internationale (CPI) de La Haye, selon Israël Hayom.

Lundi prochain, des témoins arabes de l’Autorité palestinienne qui ont été brutalement agressés par des responsables de l’Autorité palestinienne présenteront leur témoignage à La Haye.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Dans une décision rendue il y a deux ans par le juge Moshe Drori du tribunal de district de Jérusalem, l’Autorité palestinienne a été reconnue coupable de sévices graves, notamment de meurtre, enlèvement, emprisonnement, torture et viol de 52 citoyens israéliens et palestiniens de Judée-Samarie.

Le verdict décrivait une torture horrible comprenant des décharges électriques, une pendaison prolongée avec la tête de la victime, du plastique bouillant sur le corps, le retrait des ongles et des dents, la stérilisation, le manque de sommeil, le manque de nourriture et le meurtre et le viol de membres de la famille.

Suite à la décision, qui a déclaré que l’Autorité palestinienne était responsable des actes de meurtre et de torture, le tribunal a ordonné à l’Autorité palestinienne de verser aux plaignants une indemnité partielle d’un montant de 14 millions de shekels (4 millions de dollars) pour le déni de liberté, ainsi que des frais juridiques d’un montant de 1,5 million de shekels (415 000 dollars).

L’Institut de justice de Jérusalem et l’avocat Barak Kedem, qui représen-taient les plaignants devant le tribunal de district de Jérusalem, ont uni leurs forces pour «présenter au monde la cruauté de l’Autorité palestinienne à l’égard de ses prisonniers».

L’avocat Uri Morad, directeur du département juridique international de l’Institut de justice de Jérusalem, a expliqué : «En février, nous avons demandé au tribunal de La Haye d’ouvrir une enquête pénale contre le président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas, pour des crimes qu’il avait commis contre son propre chef. Personne, y compris une campagne systématique et généralisée d’assassinats, de tortures et d’arrestations illégales contre la population palestinienne. Les témoignages, qui seront soumis demain, suggèrent un mécanisme systématique et bien huilé qui opprime la population civile par des moyens violents. « 

« Le fait qu’il y ait des gens qui ont expérimenté cet enfer devrait choquer chaque être humain, peu importe la nation à laquelle vous appartenez et quelles que soient vos opinions politiques », a déclaré l’avocat Kedem. «Nous ne pouvons rester les bras croisés devant les horreurs de l’Autorité palestinienne. J’espère qu’après l’appel à La Haye et aux dirigeants mondiaux, les États se demanderont s’ils veulent continuer à faire partie du mécanisme de transfert de fonds à l’Autorité palestinienne et que le tribunal de La Haye exigera des comptes de leurs auteurs. des atrocités commises dans l’Autorité palestinienne. « 

« Il est important que le monde sache et reconnaisse à quel point l’Autorité palestinienne est cruelle », a déclaré Flavia Sevald, directrice générale de l’Institut de justice de Jérusalem. «Dans les lettres, nous avons demandé aux dirigeants du monde d’utiliser leur influence pour mettre fin aux dommages causés à la vie, à la sécurité et à la liberté des habitants de l’Autorité palestinienne. Nous demandons également aux dirigeants d’aider à faire pression sur les dirigeants de l’Autorité palestinienne pour qu’ils dédommagent les plaignants palestiniens victimes de terrorisme et de torture et appelons le monde à ouvrir les yeux et à agir. « 

Certains des demandeurs ont accepté de raconter leurs expériences devant une caméra.

«Je voulais mourir plus de 20 fois par jour à cause de la souffrance», a déclaré un témoin. «La torture était horrible. Une fois qu’ils m’ont mis dans un fauteuil électrique, j’étais sûr de mourir.

Un autre témoin a déclaré : «Un officier supérieur m’a montré une ceinture d’explosifs et m’a dit : je mettrais ma ceinture d’explosifs et commettrais une attaque en Israël, ou ils me tueraient sur place.»

Un témoin a déclaré qu’après son infiltration en Israël et son départ pour commettre une attaque, il avait été grièvement blessé dans un accident de voiture. Il a été transporté à l’hôpital en Israël, où il a été soigné jusqu’à ce qu’il soit hors de danger. Après le traitement médical qu’il a reçu en Israël, il a changé d’opinion et est devenu un collaborateur, aidant Israël à lutter contre le terrorisme.

« La vengeance de l’Autorité palestinienne a été particulièrement cruelle », a déclaré le personnel de la JIJ. «Sa femme, qui avait accouché le septième mois, et le bébé qui avait besoin d’un incubateur, ont été libérés immédiatement de l’hôpital. Le bébé prématuré souffrait de graves handicaps physiques et cognitifs. Aujourd’hui, elle a 17 ans et vit à l’hôpital de réadaptation de Beit Levinstein. »

Le père a eu une crise cardiaque en voyant sa petite fille qui était devenue paralysée, parce que l’Autorité palestinienne l’avait sortie de l’incubateur pour punir son père.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !