La journaliste arabe, mariée à l’acteur à succès Tzachi Halevi, parle de l’alliance qu’ils ont conclue pour leur fils et de la décision de l’inscrire sur l’acte de naissance comme non religieux. « Il y avait une belle scène quand nous avons quitté l’hôpital, quand nous sommes allés enregistrer notre fils au comptoir du ministère de l’Intérieur », décrit Aharish.

Après la naissance de leur fils il y a environ un mois et demi, la médiatrice arabe, Lucy Aharish, mariée à l’acteur à succès Tzachi Halevi, raconte dans une interview avec le supplément « Seven Days » la décision d’épouser un juif, la réaction des parents et l’enregistrement du fils, Adam Aharish-Halevi.

Dans le passé, Aharish a déclaré qu’elle avait renoncé à sortir avec un homme arabe et avait même promis à ses parents de ne pas épouser un homme juif.

Comment a-t-elle alors épousé Halevi ?

« Les hommes arabes ne s’entendaient pas très bien avec moi. J’étais trop pour eux. Et d’un autre côté, je suis sortie avec des hommes juifs qui avaient un problème avec mes opinions politiques. J’étais avec un gars de gauche, qui à la fin a rompu avec moi parce qu’il m’a dit que j’étais de droite. Toute ma vie, je voulais juste être libre de choisir, et je n’étais tout simplement pas disposée à faire toutes les corrections moi-même pour m’intégrer comme la femme de quelqu’un. C’est pourquoi mon amour pour Tzachi est une sorte de miracle. Il y a une union naturelle entre nous. « 

Publicité 

Selon Aharish, ses parents ont appris à vivre avec celui qu’elle a finalement épousé, un juif. « C’est la même chose avec les parents. En effet, c’était difficile pour les deux pères au début avec l’idée que leurs enfants sortent avec des membres de religions différentes. » Au début, ils s’inquiétaient tous les deux de ce qui allait arriver aux enfants, mais quelle beauté c’est devenu au fil des ans, nous vivons juste ensemble avec les coutumes de l’autre. »

L’actrice arabe a raconté comment ils avaient décidé que dans l’acte de naissance de leur fils, en vertu de la clause de nationalité, qu’il apparaîtrait comme non religieux. «Quand nous sommes allés enregistrer Adam au comptoir du ministère de l’Intérieur. Le greffier a écrit « Nationalité : Juif », et j’ai vu les yeux de Tzachi, et elle s’est rendue compte qu’il y avait un problème, alors elle regarde Tzachi et dit au greffier- quoi, il n’est pas juif ? Je lui dis : «Seulement, lui,». Pour rappel, dans la religion juive, si la mère n’est pas juive, les enfants ne sont pas juifs.

Elle demande, « alors quoi écrire, musulman ou non religieux » ? Et nous avons choisi « sans religion » en vertu de la clause de nationalité dans l’acte de naissance, c’est ce qu’il faut écrit pour Adam. « 

En ce qui concerne les réactions que le couple a reçues après la circoncision, elle a déclaré : « Il y avait une photo de mon père debout avec la kippa, et Tzachi l’enveloppant dans son talith avec son fils « .

Mais malgré toute cette romance de la journaliste arabe, l’enfant reste musulman, même si le père est juif.

🔊 Abonnez vous à la nouvelle Newsletter !

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE



IMPORTANT 

Facebook nous censure depuis quelques semaines. La solution ? Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News Sans censure, rejoignez moi sur l'application Telegram : https://t.me/infoisraelnews