Accueil Actualité en Israël La marche féministe à Paris s’est transformée en une immense manifestation contre...

La marche féministe à Paris s’est transformée en une immense manifestation contre Israël

La station “Nation” a annoncé l’annonceur électronique de la ligne numéro un du métro parisien. Les portes se sont ouvertes et la plupart des passagers ont été éjectés du train. Près de la gare, deux femmes ont noué des rubans violets dans les cheveux de leurs filles. Telle une nuée de fourmis, les passagers sont sortis du labyrinthe souterrain jusqu’à la célèbre Place de la Nation.

C’était le 25 novembre, journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. La marche qui quitte la place est considérée comme le deuxième événement féministe le plus stimulant en France, mais un rapide coup d’œil sur la place cette année a montré qu’elle était pleine de drapeaux palestiniens, ce qui a soulevé la question de savoir s’il s’agissait réellement d’une marche pour les droits des femmes.

De l’autre côté de la place se sont rassemblées des femmes juives de l’organisation “Nous Vivons” (” Nous vivrons “), venues ici manifester contre les organisations de femmes qui ignorent les atrocités du Hamas. Elles portaient des pantalons tachés de rouge et brandissaient des pancartes de protestation avec la photo de Naama Levy, kidnappée à Gaza, et lisaient : « Nous vous croyons, à moins que vous ne soyez juif ».

Des manifestants pro-palestiniens et des Antifa masqués se sont rassemblés à côté d’elles. La police a encerclé les manifestants juifs, qui les ont remerciés aux cris de « merci à la police ». “La police nous a demandé d’attendre un peu que la marche principale avance avant de partir”, a expliqué Carolyn, l’une des fondatrices de l’organisation juive. Finalement, la police ne les a pas autorisés à défiler.

Carolyn a déclaré au site Zeman Israel que la manifestation avait été coordonnée avec l’une des organisations féministes de la marche principale – et qu’elles avaient été surprises d’apprendre qu’il leur était interdit de participer à la marche. Elle a également été surprise par le fait que la marche était une manifestation anti-israélienne. Les publications des organisateurs de la marche indiquent que ce sont eux qui ont empêché « Ano Nachaya » de participer à la marche, affirmant qu’il s’agissait d’une organisation d’extrême droite.

« Même si nous luttons contre la propagande, nous sommes accusés d’être une [organisation] d’extrême droite pour nous priver de notre voix », déclare Carolyn. Récemment, le New York Times a publié une enquête incluant des preuves d’agressions sexuelles systématiques le 7 octobre. Des schémas d’action systématiques peuvent également être trouvés dans la réponse des organisations de femmes aux crimes du Hamas, tout en blanchissant les atrocités.

À Paris, par exemple, certaines organisations à l’origine de la marche ont annoncé que « les allégations de crimes contre les femmes juives sont un outil entre les mains d’un gouvernement colonialiste qui tente de légitimer le génocide et le nettoyage ethnique ».

Selon l’enquête Zeman Israel basée sur la documentation de la marche féministe, l’analyse des publications des organisations depuis le 7 octobre, des interviews et des informations disponibles sur Telegram et les réseaux sociaux, il semble que certaines organisations féministes mènent ouvertement une campagne de déshumanisation contre les femmes israéliennes, tout en coopérant avec des organisations palestiniennes qui soutiennent le terrorisme..

“Le fait que les organisateurs des marches en France aient interdit aux mouvements juifs d’y participer n’est pas surprenant”, a déclaré D., une militante sociale parisienne, fille d’une mère catholique et d’un père musulman. « La marche féministe était unie à la manifestation hebdomadaire pro-palestinienne quittant la Place de la République », a-t-elle déclaré à Zaman Israel.

D., qui a demandé à rester anonyme par crainte de nuire à ses moyens de subsistance, a ajouté qu’elle était choquée par les “abus” de la lutte féministe. L’organisation a également affirmé que des organisations féministes juives étaient présentes à la marche à Paris aux côtés des autres organisations. L’organisation a même ajouté et affirmé avoir déclaré que la marche incluait également la lutte des victimes du Hamas.

“Arrêtez les attaques contre le mouvement féministe !” C’est ce qu’écrit le titre du communiqué de presse de l’organisation Nous toutes, qui a dirigé les organisations qui ont dirigé la marche du 25 novembre à Paris et qui a reçu l’approbation de son existence.

Dans un communiqué publié quelques jours après la marche, il était notamment écrit : “Nous refusons l’instrumentalisation de nos luttes. La manifestation du 25 novembre a été un grand succès populaire.” L’organisation s’oppose aux allégations de « négation de la violence sexuelle et du meurtre de femmes juives en Israël par le Hamas » et à l’interdiction faite aux Juifs de participer à la manifestation.

“Tout d’abord, nous souhaitons réaffirmer que nous luttons collectivement contre toutes les [formes de] violences, abus et féminicides commis contre toutes les femmes et les minorités de genre – quelle que soit l'[identité des] agresseurs. Nous condamnons sans équivoque les crimes sexuels et de genre, le viol et féminicide perpétré par le Hamas”.

L’organisation a également affirmé que des organisations féministes juives étaient présentes à la marche à Paris aux côtés des autres organisations. L’organisation a même ajouté et affirmé avoir déclaré que la marche incluait également la lutte des victimes du Hamas. “La campagne de diffamation de l’extrême droite”, comme ils ont qualifié les différentes publications, “a réussi à convaincre beaucoup de personnes, y compris des femmes juives et des féministes”.

En pratique, l’organisation Koulanou a combiné la marche du 25 novembre avec la marche anti-israélienne hebdomadaire de l’organisation Urgence Palestine (« Urgence palestinienne »), récemment créée et à l’origine de la plupart des manifestations anti-israéliennes en France.

“Vive la lutte des femmes palestiniennes – vive la lutte pour la libération de la Palestine”, a écrit “Urgence Palestine” dans le titre de l’invitation à la marche féministe. “Parce que nous sommes contre toutes les formes d’oppression patriarcale, nous marcherons le 25 novembre pour crier haut et fort : arrêtez le génocide en cours, vive la résistance.Le long message antisémite, publié la veille de la marche, disait également :

L'organisation "Smidion", qui a participé à une Intifada mondiale et a glorifié les crimes du Hamas, annonce qu'elle participera à la marche féministe (photo : capture d'écran, utilisation conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

L’organisation “Smidion”, qui a participé à une intifada mondiale et glorifié les crimes du Hamas, annonce qu’elle participera à la marche féministe à Paris (Photo : “X”, utilisation conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

« Parce que nous sommes tous Palestiniens, nous luttons contre le sionisme – un régime de suprématie colonialiste, raciste et sexiste qui encourage, entre autres choses, la culture du viol. Le mythe du sionisme est un produit de la modernité occidentale raciste, capitaliste, impérialiste et patriarcale.

Le sionisme a été créé en prenant par la force des terres palestiniennes pour fournir une « terre sans peuple aux colons juifs du monde entier.. Dans leur projet d’effacer le peuple palestinien, les dirigeants sionistes ont toujours méprisé le ventre palestinien, la matrice de la naissance et de la culture palestiniennes. »

Selon le site Internet de l’organisation, il s’agit d’un mouvement qui rassemble des influenceurs et des organisations qui se sont unis, affirment-ils, pour mettre fin au « régime colonialiste israélien ». L’organisation fait partie du mouvement BDS et travaille en collaboration avec “Smidion” – une organisation de prisonniers palestiniens – qui a été interdite en Allemagne après avoir glorifié les crimes de jurons en octobre.

Le même jour, l’organisation Revolution Permanente (“Révolution Permanente”), l’un des organisateurs de la marche et membre d’Urgence Palestine, a publié une publication intitulée “Meurtre massif de femmes en Israël”. Là, ils ont affirmé que le préjudice – entre guillemets – causé aux femmes israéliennes n’était rien d’autre que la propagande d’un État colonialiste..

"Meurtre massif de femmes en Israël" : publication de Révolution Permanente la veille de la marche à Paris (photo : capture d'écran, utilisation conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

“Meurtre massif de femmes en Israël” : publication de Révolution Permanente la veille de la marche à Paris (photo : “X”, utilisation selon l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

La publication a été partagée par des organisations politiques et des mouvements féministes tels que Du Pain Et Des Roses (“Pain et Roses”). Il a été récemment révélé qu’un militant clé de la « Révolution perpétuelle » avait été arrêté par la police française, soupçonné de soutenir le terrorisme.

L’organisation “Kulana”, qui a organisé la marche et l’a unie aux organisations mentionnées ci-dessus, affirme qu’elle a été lésée. Cependant, contrairement aux affirmations de l’organisation, aucune organisation juive n’a participé à la marche, du moins pas officiellement.

“Personnellement, je n’ai pas terminé la marche et je sais qu’il était difficile pour d’autres de la terminer aussi parce que des pancartes antisémites étaient levées”, déclare Ella Cohen, membre de l’organisation ” ORAAJ ” – une organisation révolutionnaire juive contre le racisme et le racisme. patriarcat.

Elle et ses amis sont venus à la marche à Paris pour protester contre le blanchiment des crimes du Hamas et contre l’antisémitisme de gauche. Ils ont parlé à des personnes et à des organisations qui brandissaient des pancartes antisémites et leur ont expliqué qu’ils insultaient des slogans contre les Juifs, mais ils ont répondu par un rejet. “Sans savoir ce qu’est le sionisme, ils l’utilisent pour rejeter toute critique et la rendre illégitime.”

Elle a ajouté que même si l’antisémitisme vient également de l’extrême gauche, elle continue de défendre ses idéaux et ses positions politiques.. “Nous ne pouvons pas laisser la lutte contre l’antisémitisme devenir le monopole de l’extrême droite – et nous ne pouvons pas laisser l’extrême gauche s’en sortir innocente.”

Cependant, Cohen a clairement indiqué qu’elle avait un problème avec des organisations comme « A Jewish Voice for Peace » : « Quand ils disent « pas en mon nom », ils font la promotion de l’antisémitisme. C’est horrible et dangereux parce qu’ils prétendent que nous, les Juifs du monde entier sont responsables de l’injustice ou de la guerre à Gaza, qui en soi est une logique antisémite”.

Les organisations à l’origine de la marche ont affirmé dans diverses publications qu’elles refusaient de s’approprier la lutte féministe. Mais ils ont eux-mêmes profité de la marche du 25 novembre pour manifester contre Israël et propager l’antisémitisme – et pas seulement à Paris.

Selon “Perpetual Protest”, les organisateurs des marches en France ont réussi à transformer les événements à travers le pays en une manifestation anti-israélienne.Des milliers de participantes ont appelé à une Intifada, à une guerre sainte et à une effusion de sang. Les femmes terroristes – qui ont assassiné ou tenté d’assassiner des Juifs – ont obtenu un statut honorable sous le slogan « Freedom Fighters ».

Une affiche de la marche féministe avec le drapeau de la Palestine et l'inscription : "De la mer au fleuve, la Palestine sera libérée"  En arabe (photo : capture d'écran, utilisation conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Une affiche de la marche féministe avec le drapeau de la Palestine et l’inscription : « De la mer au fleuve, la Palestine sera libérée » en arabe (photo : utilisation conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

Lors de la marche à Paris, les manifestants ont vandalisé le magasin McDonald’s, l’ont harcelé – et y ont même fait irruption en criant aux convives – y compris aux jeunes enfants – “Massassins, McDonald’s est complice du génocide à Gaza”. Les manifestants ont même vandalisé des magasins avec des graffitis anti-israéliens.

Une Intifada mondiale

On a déjà beaucoup parlé de l’absence de réaction des organisations de femmes face aux crimes du Hamas – depuis l’Organisation des Nations Unies pour les femmes jusqu’aux petites organisations du monde entier qui ont transformé la lutte pour les droits des femmes en un outil contre Israël. Les organisations de gauche et les organisations féministes radicales et LGBT existantes révèlent une image dangereuse de soutien au terrorisme et un lien direct avec l’idée de l’Intifada mondiale.

Depuis l’attaque brutale du Hamas, certaines organisations comme “Smidion” s’efforcent d’encourager le terrorisme palestinien en coopération avec des organisations féministes et des organisations d’extrême gauche, afin d’ouvrir des fronts supplémentaires – violents et non violents – contre Israël.

Les collaborations en France sont un exemple qui indique une tendance mondiale – et montre le lien entre les prétendues cellules anti-impérialistes et proterroristes opérant au sein des universités, les organisations féministes, LGBTQI et les organisations d’extrême gauche contre Israël et pour une Intifada mondiale.

L'annonce d'une Intifada mondiale sur le site Smidion (photo : capture d'écran, utilisation conformément à l'article 27a de la loi sur le droit d'auteur)

Annonce d’une Intifada mondiale sur le site Internet de Smidion (photo : capture d’écran, utilisation conformément à l’article 27a de la loi sur le droit d’auteur)

L’ « Intifada mondiale » a été déclarée au cours de la 37e année de la « Grande Intifada » (la première Intifada) et était destinée à rejoindre les fronts de Gaza, du Yémen, de la frontière syrienne, de la Cisjordanie et du Liban. “De New York à Gaza, de Vancouver à Gaza, de Berlin à Gaza, de Londres à Gaza, du Cap à Gaza, de Sao Paulo à Gaza, de Paris à Gaza, l’Intifada sera mondiale !” C’est ce qui a été écrit dans une affiche publiée sur le site Internet de l’organisation faîtière du Smidion.

Entre autres choses, l’affiche indique que les chants entendus, « alors que des millions de personnes marchent contre le génocide sioniste en cours contre le peuple palestinien à Gaza, ne sont pas seulement une expression de sympathie envers le peuple palestinien et sa résistance héroïque, mais aussi le reflet d’une du caractère international, arabe et palestinien de la cause palestinienne.

“L’Intifada avait pour but de calibrer la boussole et de mettre la lutte palestinienne sur la bonne voie. Avant le 7 octobre, la campagne de normalisation avec le régime sioniste semblait inévitable à beaucoup, tandis que d’autres déploraient la désunion du mouvement palestinien. La lutte d’aujourd’hui a une fois de plus clarifié le rôle des forces dans la région et dans le monde – et unifie le peuple palestinien et ses alliés arabes et internationaux vers la libération et le retour. »

Crise de confiance

“En tant que travailleuse du sexe, je suis choquée par cette déclaration unilatérale, ignorante et immorale, qui n’a rien à voir avec nos droits”, déclarent Desa Hink , une Israélienne vivant à Berlin et Domintrix (“Sado Queen”), une militante professionnelle pour les droits des travailleuses et travailleurs du sexe.

Hink a été surpris d’apprendre que le syndicat des travailleuses du sexe de Berlin avait émis une interdiction anti-israélienne. “Pourquoi une organisation qui se consacre à aider les travailleuses du sexe exprime-t-elle une opinion sur un événement international qui n’a rien à voir avec les droits des travailleuses ?Selon le texte, il est clair qu’il s’agit d’une déclaration superficielle et sans fondement, je ne veux pas faire partie d’un mouvement qui publie des slogans pour gagner en popularité“.

Dans une interview depuis Berlin, elle confie à Zeman Israel qu’elle traverse une crise de confiance “à cause de la politisation des travailleuses du sexe et des mouvements féministes”. Selon elle, ce qui rend les choses “encore plus obscènes”, c’est le fait qu’il y a encore de très jeunes femmes en captivité, et qu’il y a des raisons de croire que certaines d’entre elles sont même agressées sexuellement.

“Une telle négligence des problèmes des femmes par le syndicat des travailleuses du sexe ne fait que rendre cette déclaration encore plus sinistre.” Hink pense que les crimes du Hamas étaient si horribles que les gens ressentent le besoin de les justifier. “Ils comprennent que les Israéliens qui ont été assassinés au festival Nova, par exemple, sont de belles personnes comme eux, épris de paix, qui consomment les mêmes drogues, aiment danser sur la même musique. Ils doivent donc croire qu’ils méritent cela..”

Elle dit que déjà l’été dernier, elle a remarqué que les manifestations de l’organisation de défense des droits des travailleuses du sexe étaient devenues une sorte d’unification de luttes qui ne sont pas liées les unes aux autres.. “Il s’agit de politiser le mouvement des travailleuses du sexe, tout en combinant ces luttes avec d’autres luttes ‘progressistes’. Des idées à moitié cuites qui n’ont rien à voir avec la réalité.”

“C’est vraiment exaspérant”, ajoute-t-elle, “j’avais l’impression que le Hamas arrivait et attaquait de face – et que les autres nous poignardaient dans le dos. Est-il difficile de condamner l’utilisation du viol comme arme de guerre ? Pourquoi ? C’est juste quelque chose que je n’arrive toujours pas à comprendre.

“En tant que jeune étudiant en Israël, dans la vision du monde que je me suis formée, j’ai réalisé que pour changer le monde, nous devons entrer en politique en tant qu’élus”, explique Nitzan Senior, qui a lancé le projet ” Jeunes politiciens “. Lors d’un appel téléphonique depuis son domicile à Sharon, elle explique qu’elle a décidé de lancer ce projet visant à encourager les femmes à entrer en politique et à être élues aux autorités locales et à la Knesset.

“Je n’ai pas démarré le projet avec le désir de promouvoir les femmes dans le seul but de promouvoir les femmes, mais de rendre Israël meilleur grâce à la participation d’un plus grand nombre de femmes dans les centres de prise de décision et d’influence pour le bénéfice du pays.”

En 2010, Senor a commencé ses études à l’Université hébraïque de Jérusalem. Tout en poursuivant son baccalauréat en sciences politiques et relations internationales puis sa maîtrise en communication politique avec spécialisation en études de genre, elle a participé à un accélérateur d’entrepreneuriat pour le compte du syndicat étudiant du campus. Grâce à cela, elle a mis en œuvre l’idée d’un programme de leadership pour les femmes, axé sur l’espace politique.

Depuis lors, le projet s’est étendu à d’autres universités et collèges en Israël – et est devenu un mouvement national indépendant. Aujourd’hui, les « jeunes femmes politiques » comptent plus de 600 femmes diplômées provenant de tous les coins de la société israélienne. “Mon objectif était d’amener autant de femmes israéliennes que possible dans le discours politique.

“Dans un monde où chaque organisation a un agenda, j’ai toujours préféré les espaces d’apprentissage indépendants et sans interférence.” D’après elle, au fil des années, elle a soigneusement choisi les organismes avec lesquels elle a coopéré, afin de neutraliser toute influence politique sur le contenu et l’activité..

L’organisation tente de créer un foyer pour chaque femme israélienne qui souhaite s’impliquer politiquement, sur la base du concept selon lequel les femmes représentent plus de 50 % de la population, mais ne sont pas représentées en conséquence. “Les femmes agissent également en comprenant leurs besoins et sont donc capables de prendre soin d’une population diversifiée – et de faire entendre leur voix dans les centres de décision.

“D’ailleurs, sur le plan démocratique, comment un pays peut-il fonctionner correctement quand la moitié des femmes ne sont pas correctement représentées ?” Senior considère l’activité publique comme une mission et, à son avis, une représentation égale est importante. “C’est la mission des jeunes femmes politiques. C’est notre essence.

“En pratique, nous permettons aux femmes de tous les secteurs et de toutes les religions d’étudier avec nous, donc sur le plan personnel, je ressens une très grande rupture avec le mouvement féministe mondial.”Elle dit que la fracture est née de l’attente d’une solidarité générale : « Tout ce qu’on nous a enseigné au fil des années a volé en éclats lorsque j’ai vu le mépris et le déni du mal causé aux femmes juives, combinés à des programmes pleins de haine pour Israël.

“Je l’ai eu, comme on dit, avant”, ajoute-t-elle. “Je suis heureuse de n’avoir aucun engagement envers les organisations internationales, à l’exception des femmes extraordinaires d’Israël. Ce n’est pas que j’avais de grandes attentes à l’égard du mouvement, je connais les préjugés anti-israéliens des organisations.

“Néanmoins, j’espérais une réaction moins choquante, ou plutôt une absence choquante de réaction de la part des principales femmes féministes du monde. Ce n’est pas mon féminisme, l’antisémitisme est légitimé grâce aux organisations de “droits de l’homme et des femmes” qui promeuvent un agenda anti-israélien et anticolonialiste et permettez ainsi à votre sang

“Depuis que j’ai vu comment se comportent les femmes qui se disent féministes après les attentats du 7 octobre, je me demande si je peux me définir comme féministe.”

La mobilisation des « organisations de défense des droits de l’homme » pour la lutte contre Israël est devenue une tendance mondiale au-delà des frontières de Paris et de Berlin. Le rêve des organisations terroristes de déclencher une Intifada mondiale et d’unir autant de fronts que possible contre Israël et ses alliés devient de plus en plus tangible et dangereux. Certains de ces « érudits et progressistes » déshumanisent Israël et les Juifs – et prennent même une part active à l’Intifada mondiale.

Cependant, sans prendre le danger à la légère, il faut se rappeler que c’est une minorité bruyante et violente qui contrôle l’espace – et fait taire ceux qui s’opposent au mouvement mondial contre Israël.

De retour à Paris, environ un mois après la « marche féministe » qui s’est transformée en manifestation de haine antisémite, Lulu Ferrara (nom de scène), une artiste burlesque juive, est montée sur une petite scène dans un espace aux arches de pierre rappelant d’un sous-sol classique de Jérusalem mais que l’on trouve en réalité dans l’un des clubs de cabaret de Paris.

“J’avais peur de la foule et ce n’est pas naturel pour moi”, a-t-elle déclaré. “Je ne savais pas si les gens seraient bouleversés par la série ou se comporteraient violemment, mais j’ai dû protester contre le silence et la négation des crimes du 7 Octobre par les organisations de défense des droits des femmes et les organisations féministes.“.

Les réponses l’ont surprise. Certains l’ont accusée de justifier le génocide – et ont même rompu les liens avec elle, mais elle a découvert qu’elle avait aussi des partisans. “Des artistes drag, queers et activistes, qui trouvaient important de dire qu’ils étaient à nos côtés, m’ont contacté. Il est important que nous sachions que nous ne sommes pas seuls et qu’il y a beaucoup de gens qui ont peur d’exprimer leur opinion.

“Mais si nous continuons à élever la voix, de plus en plus de gens se réveilleront – et petit à petit, de plus en plus de gens oseront exprimer leur opinion et protester contre l’injustice qui nous est faite.”

Le spectacle de quatre minutes a commencé. Ferrara se déplaçait dos à la foule, vêtue d’une robe blanche à cœurs rouges. Alors qu’elle se déshabillait sous les hurlements de la foule, une alarme enregistrée a commencé à retentir. Elle sortit une bougie, l’alluma et l’agita, laissant la cire rouge couler sur la chemise blanche tandis qu’elle lisait les noms de certaines des victimes de la fête de Nova.

Le silence régnait dans la petite salle. “Les mots sont épuisés”, a-t-elle dit à voix haute en hébreu et traduit en français, juste avant que la lumière dans le hall ne s’éteigne.. Un cri de douleur s’est fait entendre dans l’obscurité – et immédiatement après, la mélodie de l’espoir a commencé à se faire entendre.

La lumière s’allume. Ferrara se leva et continua de se déshabiller. Elle a agité la chemise. Sur la couverture de l’un des tétons, il était écrit “Live” et sur l’autre, une étoile de David était dessinée. Sur la poitrine et le ventre était inscrite une inscription : “Nous danserons encore”. Nous danserons encore !



La Roulotte du Hayal organise et cuisine et nourrit les soldats à la frontière de Gaza. Il y a beaucoup de réservistes et ils n’ont aucun organisme de financement et tous les bénévoles de la Roulotte du Hayal ne reçoit pas de salaire. Tous sont bénévoles et le font pour les soldats uniquement !! Ils nous faut des dons et le nombre de soldats qui ont besoin de nourriture chaude et cuite à la maison ne fait qu'augmenter , et avec cela les dépenses. Frères, remplissons leurs réfrigérateurs, aidons-les à continuer à nourrir les guerriers du front sud avec de la nourriture faite maison.👏 Chaque shekel donné va à 100 % aux soldats Cliquez ici et devenez partenaire : 👇👇👇

Pour faire un don par Paypal ou CB , cliquez sur le bouton "Faire un don" par PAYPAL OU CARTE BANCAIRE :

 

REJOIGNEZ NOUS

Vous pouvez nous joindre sur notre canal Telegram afin de mettre fin à la censure sur Facebook qui vous empêche de voir notre fil d'actualités depuis plus de deux années ! : https://t.me/infoisraelnews

De vous réabonner à ma timeline sur Facebook : https://www.facebook.com/alyaexpress/
De vous réabonner sur notre page Facebook :
De vous joindre sur notre Twitter : https://twitter.com/InfosIsraelNews
Ce sont les liens de tous nos sites d'informations :
Alyaexpress-News : https://alyaexpress-news.com/
Infos Israel.News : https://infos-israel.news/
Rak Bé Israel : https://rakbeisrael.buzz/
CQVC.online : https://cqvc.online/
La Roulotte du Hayal : https://sosnetivot.com/
 
Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/