La pandémie en Europe bat les records : 1200 patients meurent par jour !

Le COVID-19 frappe des records pour la période de près de deux ans depuis la pandémie. La croissance du nombre de personnes infectées sur le Vieux Continent a débuté dès la première semaine d’octobre et a atteint des proportions inédites : sur la semaine dernière, 2 millions 125 mille 775 personnes ont été infectées en Europe, soit plus de 303 mille par jour. C’est 13 % de plus que la semaine précédente.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le précédent maximum hebdomadaire – 1 million 988 mille – est arrivé entre le 2 au 8 novembre 2020. Il convient de noter que beaucoup plus de tests sont effectués en Europe maintenant qu’en novembre 2020.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

Le Royaume-Uni (plus de 40 000), l’Allemagne (plus de 45 000), la Russie (plus de 40 000), l’Ukraine (plus de 24 000) et la Turquie (plus de 23 000) sont en tête en termes de nombre de nouvelles infections.

Dans tous les pays, l’augmentation de l’incidence a un effet différent sur le système de santé. Dans les pays à forte proportion de vaccinés, cela n’entraîne pas de surcharge hospitalière et de mortalité élevée. Ainsi, au Royaume-Uni au cours de la semaine dernière, de 145 à 260 patients COVID par jour sont décédés, en Allemagne 180-228. A l’autre extrême, les pays d’Europe de l’Est, où la population refuse de se faire vacciner massivement, en Russie – avec le même nombre officiellement de personnes infectées – sont décédées cette semaine à 1188-1235 patients par jour, en Ukraine à 750-815 par jour.

Dans plusieurs pays d’Europe occidentale, la nouvelle vague sur le continent n’a pas encore entraîné une forte augmentation de l’incidence. En Espagne, de 2 800 à 4 300 personnes ont été contaminées ces derniers jours, et le taux de mortalité n’a pas dépassé 51 par jour. Au Portugal, il y avait 1500-1600 nouveaux par jour, et 5-9 personnes sont mortes.

Au milieu se trouve l’Italie, où la croissance est modérée – de 4 500 fin octobre à 8 500 le 12 novembre. Le taux de mortalité est relativement faible – 39-51 par jour. Pendant la même période en France, le nombre de personnes infectées est passé de 6329 à 12600. La situation dans les hôpitaux reste sous contrôle : la mortalité quotidienne oscille entre 39 et 74.

Les gouvernements tentent d’éviter la sursaturation du système de santé par une vaccination accélérée et des mesures restrictives. En France, le président Macron a annoncé le début d’une vaccination « de rappel » pour les plus de 65 ans.

En Autriche, le chancelier Schallenberg a déclaré qu’il y avait une « proportion honteusement faible » de personnes vaccinées dans le pays (65 %), de sorte que les autorités introduisent un verrouillage pour les non vaccinés.

En Russie, le gouvernement a adopté vendredi des lois introduisant des « passeports verts » pour entrer dans les restaurants et les transports publics.

Aux Pays-Bas vendredi, le gouvernement a annoncé un confinement partiel : les magasins fermeront à 18h et les bars, restaurants et magasins vitaux à 20h. Les matchs de football se jouent sans public. Le Premier ministre Mark Rutte a exhorté les citoyens à ne pas se rassembler dans les maisons de plus de 4 personnes et, si possible, à travailler en ligne. « Heureusement, la majorité de notre population est vaccinée, sinon les hôpitaux seraient désormais dans un état catastrophique », a déclaré le Premier ministre dans son discours à la nation. Au cours des 12 jours de novembre, l’incidence aux Pays-Bas a doublé – passant de 8172 à 16287.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦