Dans le premier acte de Prière pour la République française, la pièce de Joshua Harmon de 2024 sur une famille juive française qui lutte pour décider si elle veut rester en France, le fils Daniel, qui porte une kippa en public malgré les supplications de sa mère, rentre à la maison avec la tête et le visage ensanglantés. “Qui lui a fait ça?” sa mère pleure. “Qui pensez-vous?” répond le père.

Le public comprend que les assaillants sont des Français musulmans ou des migrants musulmans, même si cela reste inexprimé. Au troisième acte, la famille décide de quitter la France pour Israël. Mais en fin de compte, le facteur le plus important dans cette décision douloureuse n’est pas la menace réelle de violence islamiste qui a déclenché le drame. Il s’agit de la menace, insistante mais tout à fait hypothétique, d’une victoire de Marine Le Pen et de son parti de droite, le Rassemblement national, aux prochaines élections. La famille Benhamou est donc incitée à s’interroger sur son avenir en France en raison du danger que représente la population immigrée musulmane du pays – et finit par partir parce que le parti politique qui promet de réduire l’immigration musulmane en France pourrait gagner. Harmon met la main à la pâte dans une scène involontairement drôle, lorsque la famille refuse d’envisager d’émigrer aux États-Unis, non pas parce qu’elle est française, mais à cause de la menace encore plus grave que représente Donald Trump pour la sécurité des Juifs.

Personne ne pourrait confondre Prayer avec une pièce française, étant donné la confusion typiquement américaine qui l’habite. Mais dans la peine qu’il faut pour éviter à tout prix de paraître islamophobe et chercher refuge dans la menace plus confortable de la haine des Juifs de droite (rappelez-vous les nazis !), cela reflète un piège intellectuel qui a pris au piège la gauche en France alors que autant que son homologue aux États-Unis. C’est pourquoi, lorsque j’ai vu la pièce à Broadway en janvier, j’ai pensé, comme souvent depuis le 7 octobre, à Manuel Valls.

Premier ministre socialiste français de mars 2014 à décembre 2016, Valls peut légitimement prétendre être l’homme qui a fait plus que tout autre pour maintenir l’unité de la France pendant sa plus grande crise depuis un demi-siècle. Au cours d’une vague d’incidents terroristes anti-juifs en 2014, et de la vague terroriste encore plus meurtrière pour l’égalité des chances qui a suivi en 2015-2016 – notamment les meurtres à Charlie Hebdo et au marché casher Hypercacher à Paris, le massacre du Bataclan et les massacres de masse à Nice le 14 juillet – la France était déchirée par des débats sur le meurtre et la signification de la terreur musulmane, sans parler de la capacité fondamentale de l’État à protéger ses citoyens. Les réseaux conservateurs musulmans et islamistes en France ont-ils eu une influence décisive sur les assassins, ou étaient-ils tous des « loups solitaires » ?

Était-ce une coïncidence si le Bataclan appartenait à deux frères juifs et que Charlie Hebdo était considéré comme étant « contrôlé par les sionistes » ? Dans quelle mesure les actions militaires israéliennes à Gaza à l’époque pourraient-elles être imputées à l’effusion de sang en France ?

Valls, membre du Parti socialiste depuis 1980, n’en veut pas. Il n’a pas seulement dirigé une vague de lois visant à étendre les capacités de surveillance et de renseignement antiterroristes, les restrictions de voyage, la surveillance et la détention, ainsi que les mesures d’urgence telles que les assignations à résidence, les perquisitions et les saisies, et à renforcer la sécurité des écoles, des entreprises et des synagogues juives. Alors que les cris de Juif, la France n’est pas à toi (« Juif, la France n’est pas à toi »), « Juifs, hors de France » et « l’histoire des chambres à gaz, c’est des conneries », ont été entendus tout au long d’une « Journée de la rage » à Paris, avec un bal des sorcières rassemblant des dizaines de milliers de militants d’extrême droite, anti-avortement, royalistes et salafistes exécutant la « quenelle » (un salut nazi inversé popularisé par le comédien antisémite soutenu par l’Iran Dieudonné M’ bala M’bala), Valls a également prononcé une série de discours et d’entretiens sobres, non démagogiques, parfois churchilliens, liant la sécurité de la communauté juive française à la survie de la Ve République elle-même.

« L’antisémitisme, cette vieille maladie européenne », a déclaré Valls dans un discours prononcé après la Journée de la colère, « a pris une nouvelle forme. Elle se propage sur Internet, dans nos quartiers populaires, auprès d’une jeunesse qui a perdu ses repères, qui n’a aucune conscience de l’histoire et qui se cache derrière un faux antisionisme.» « Il est légitime de critiquer la politique d’Israël. Cette critique existe en Israël même », a expliqué Valls dans une interview ultérieure. « Mais ce n’est pas de cela dont on parle en France. Il s’agit d’une critique radicale de l’existence même d’Israël, qui est antisémite. Il existe un lien incontestable entre l’antisionisme et l’antisémitisme. Derrière l’antisionisme se cache l’antisémitisme.

« Le choix a été fait par la Révolution française en 1789 de reconnaître les Juifs comme citoyens à part entière », explique Valls, passionné. « Pour comprendre l’idée de république, il faut comprendre le rôle central joué par l’émancipation des Juifs. C’est un principe fondateur.

L’ancien Premier ministre, né à Barcelone, a déclaré à propos de la forte augmentation des départs de Juifs français vers Israël lors de la vague terroriste : « Si 100 000 Français d’origine espagnole partaient, je ne dirais jamais que la France n’est pas La France. Mais si 100 000 Juifs partent, la France ne sera plus la France. La République française sera considérée comme un échec.»

Après avoir félicité Jacques Chirac pour avoir été le premier président à reconnaître officiellement la complicité de la France dans l’Holocauste en 1995 (« Il a eu le courage de nous libérer de nous-mêmes »), Valls a été attaqué par le parti du Front National (aujourd’hui rebaptisé « Rassemblement National ») pour ce qu’ils appelaient sa « haine de la France ». Sa volonté d’être accusé de telles absurdités – y compris l’accusation, formulée par un ancien ministre des Affaires étrangères, selon laquelle il était sous le contrôle de son épouse juive – contrastait fortement avec le président de l’époque et compatriote socialiste François Hollande, qui cherchait à éviter l’impression de « prendre parti » en soutenant trop les juifs français contre leurs agresseurs.

Après avoir finalement soutenu puis brouillé avec Emmanuel Macron, Valls – un membre de longue date de la gauche politique, dont le cabinet en tant que Premier ministre comprenait des membres du Parti radical de gauche – a depuis déclaré le Parti socialiste « mort » et a a erré dans le désert politique, y compris son étrange décision en 2019 de se présenter à la mairie de Barcelone afin d’empêcher l’élection d’un séparatiste catalan. Récemment, il a écrit un livre, Le courage guidait leurs pas , sur Clemenceau, Louise Michel, Camus, Malraux, Charb (le caricaturiste assassiné des caricatures de Mahomet de Charlie Hebdo ) et d’autres, et il diffuse occasionnellement ses opinions dans les médias dont le public aime entendre parler de lui de nos jours, à savoir ceux de droite.

Le « Je n’ai pas quitté la gauche, la gauche m’a quitté » est désormais un archétype fatigué et ennuyeux en Amérique, et souvent peu convaincant. Valls a vécu son parcours politique avec plus d’honnêteté, face à des enjeux professionnels bien plus importants et dans des circonstances où les coûts de son style de leadership chargé de convictions étaient bien plus élevés. C’est pourquoi j’ai pensé à lui, et c’est ce qu’il doit penser, dans les jours qui ont suivi le 7 octobre, lorsque les « manifestants pro-palestiniens » scandaient « gazez les Juifs ! à Sydney, « j’emmerde les Juifs ! » à Londres, ont fait le salut nazi à Paris, et tandis que les rues des villes américaines et les campus universitaires éclataient dans une frénésie de haine contre les Juifs – avec le soutien institutionnel de la gauche du pays, bien sûr.

J’ai parlé avec Valls dans une suite du Pavillon de la Reine, un hôtel du quartier à la mode du Marais à Paris, anciennement connu sous le nom de Pletzl, où se sont installés des immigrants yiddish venus de l’Est entre 1880 et les années 1930. Il s’avère que Valls a grandi dans ce quartier, dans une famille espagnole sans lien particulier avec le judaïsme ou les juifs. Il arrive dans une tenue modifiée d’ancien homme d’État : lunettes, cardigan bleu et cravate. Notre traducteur, le critique général de Tablet et francophile ambivalent Marco Roth, me dit que Valls parle dans les cadences splendides de l’État français.

 

« Mon père, qui était peintre, était ami avec Vladimir Yankelevich, qui était un grand critique littéraire et théoricien », raconte-t-il. « Yankelevich était très perspicace, même dans les années 60, du lien entre l’antisémitisme et l’antisionisme. Il a écrit un livre important en 1967 [ Le Pardon ], que j’ai lu quand j’étais jeune, sur le fait que ce type d’antisionisme noble était en réalité de l’antisémitisme. Et après avoir été président des Jeunes Socialistes en France après 1982, je me suis rendu à plusieurs reprises en Israël et j’ai eu des relations au sein du Parti travailliste et également du Mapai. J’avais une compréhension classique de la politique israélienne… J’ai déploré l’assassinat de Rabin et pleuré la perte de Shimon Peres au profit de Netanyahu. C’était un profil israélien socialiste très typique.

POLITIQUE. Israël a-t-il espionné le téléphone de Valls ?

La compréhension de Valls a changé dans les années 2000, d’abord avec la Seconde Intifada, puis avec la tristement célèbre conférence de Durban. À l’époque, Valls était maire d’Évry, une ville située à 30 kilomètres au sud de Paris. « J’ai été témoin de ces actes antisémites commis par des jeunes enfants d’immigrés maghrébins », dit-il. « Vitrines brisées, effractions dans des synagogues et attaques le jour du Shabbat, ce genre de choses. Et vous avez compris qu’il y avait une tendance antisémite qui commençait à émerger de l’immigration musulmane. Et peu à peu, une partie de la gauche, non pas toute la gauche, mais une partie de la gauche, a commencé à s’aligner sur cette tendance.»

Son expérience à Évry, dit-il, a influencé sa compréhension, au cours du dernier quart de siècle, de l’antisionisme comme forme socialement sanctionnée mais mal voilée d’une haine ancienne. « J’ai décidé que je le déclarerais toujours clairement, quel que soit le rôle politique que j’occupais – et avec la conscience que si les Juifs quittaient la France, cela constituerait un traumatisme et un changement profond pour l’idée de la civilisation française… Il existe un lien civilisationnel entre et la dépendance entre Israël et la France. Celles-ci sont profondément liées, l’idée civilisationnelle de la France et l’idée civilisationnelle d’Israël.

Quand je lui demande s’il pense qu’il y aura des implications pour la paix et la sécurité de la France si le Hamas n’est pas vaincu à Gaza, Valls explique qu’« il y a deux lignes de front en Europe. L’Ukraine en est une. Et puis il y a la lutte contre l’islamisme, qui est un front qui traverse l’Europe et le monde, y compris bien sûr le monde musulman. Islamisme, salafisme, Frères musulmans, islam politique, Iran, qui sont à la fois différents les uns des autres mais aussi complémentaires dans la mesure où ils sont tous en guerre contre nous. Ils sont engagés dans une guerre civilisationnelle dont l’objectif est de changer la communauté musulmane en Europe.»

« Si nous cédons au Hamas », dit-il en regardant derrière moi, « si nous ne parvenons pas à apporter notre soutien à Israël dans ce moment difficile, il y aura une grande brèche en Europe. Cela serait perçu comme un signe de faiblesse. C’est pourquoi la meilleure façon de lutter contre toutes sortes d’antisémitisme est de soutenir Israël. Mais nous devons soutenir Israël dans sa lutte contre l’islamisme, qui est la même lutte sous une forme différente que celle que nous menons ici. Les Français ont été étonnés de la ressemblance entre ce qui s’est passé dans le Néguev et ce qui s’est passé ici au Bataclan.

« Je suis malheureusement redevenu à la mode depuis le 7 octobre, dit-il, car je répète toujours et encore les mêmes choses sur l’islamisme et l’antisémitisme. Mais d’ailleurs, je n’aime plus vraiment le terme “antisémitisme”, car la haine des Juifs et la haine d’Israël sont la même chose.»

Je précise que la veille, alors que mes collègues de Tablet et moi dînions avec Bernard-Henri Lévy et ses amis au restaurant Quayside de Lapérouse, Salman Rushdie, qui dînait par hasard dans la salle d’à côté, est venu dire bonjour à son camarade Bernard (et pour nous féliciter tous pour ce qui lui semblait être une grande quantité de vin bu). Rushdie, bien sûr, a eu beaucoup à dire sur l’utilisation du terme « islamophobie ».

« La bataille des mots, ou du langage, est importante », explique Valls. « Je pense par exemple à ce que l’on essaie de nous imposer dans notre compréhension de Gaza afin de discréditer Israël. «La nazification d’Israël.» ‘Aparté.’ « Colonisation », mot qui vient de l’Occident blanc et de son humiliation des colonisés. Et maintenant, bien sûr, « génocide », mot utilisé pour discréditer Israël et remettre en question son existence. Et « l’islamophobie » fait partie de cette guerre des langues. J’ai toujours trouvé les explications de Salman Rushdie sur ce sujet éclairantes. Y compris dans son livre le plus récent, Knife , que j’ai déchiré.

Valls raconte l’explication de Rushdie sur la façon dont le terme islamophobie a été inventé principalement par le régime iranien pour détourner les critiques de l’islamisme et discréditer des gens comme lui, par exemple, qui sont opposés à toute forme d’idéologie totalitaire. Il s’irrite de « la gauche politique qui n’a montré aucun soutien à Rushdie ou à Charlie Hebdo », ce qui, selon lui, est particulièrement inexcusable de la part des Français – en raison de leur expérience, de mémoire d’homme, de la guerre civile algérienne des années 1980 lorsque les artistes algériens et l’intelligentsia du pays ont été exterminés.

Si nous cédons au Hamas, si nous ne parvenons pas à apporter notre soutien à Israël dans ces moments difficiles, il y aura une grande brèche en Europe.

«La chance de la France, c’est qu’il existe encore de nombreux intellectuels, à droite comme à gauche, qui refusent cette conceptualisation et soutiennent Rushdie. Des gens comme Bernard-Henri Lévy, [Pascal] Bruckner, Caroline Fourest, des politiques comme moi et des universitaires ici qui luttent contre cette alliance qu’on voit aussi aux Etats-Unis entre islamisme et wokisme.»

Valls, qui était chef du gouvernement socialiste il y a moins de huit ans, se considère-t-il toujours comme un homme de gauche ?

“Oui”, dit-il solennellement, regardant maintenant ses chaussures. “Pour reprendre une belle phrase d’Albert Camus : je mourrai à gauche malgré elle, et malgré moi.” Il dit qu’il lui arrive parfois de désespérer de la gauche à cause de ce qu’il considère comme son incompréhension d’un monde en évolution. Il reconnaît que les médias de droite constituent désormais le seul « espace sûr » où les hommes politiques et les intellectuels comme lui peuvent s’exprimer et défendre leurs idées, et que « c’est un problème ».

Valls estime qu’après que la crise financière de 2008 a renversé le consensus social-démocrate en France et poussé la classe moyenne en déclin dans les bras des populistes, une partie importante de la gauche du pays s’est mise à la recherche d’une base de soutien de substitution. « La classe ouvrière française a disparu, explique-t-il, et il y a un nouveau prolétariat. Il est composé d’immigrés minoritaires musulmans et africains. Et bien sûr, » il parle maintenant entre guillemets invisibles, « ils sont dans cette position à cause du capitalisme, et donc ils ont été mis là par les Juifs. Ils ont été opprimés par le monde occidental blanc et colonisés par lui – donc Israël. Nous sommes donc tous coupables. Et il faut essayer de comprendre ce prolétariat, y compris ses actes de résistance, dont fait partie le Hamas.»

« C’est évidemment une lecture grotesque, mais cela semble fonctionner. Surtout parmi les jeunes, et surtout sur les campus universitaires.

Alors, quel genre de gauchiste est-il ? « Ma gauche est : je suis un universaliste de l’égalité entre les hommes et les femmes. Liberté de conscience et de religion, mais à sa place dans la sphère privée. Vous devez défendre la démocratie, défendre Salman Rushdie et Charlie Hebdo , ainsi que tous les enseignants qui ont été tués ici en France. Universalisme et laïcité, c’est ma gauche. Je me définis avant tout comme un républicain français et je suis donc effrayé par les vicissitudes et les folies de la gauche.»

Raphaël Glucksmann a voulu suivre les traces de son père philosophe André en intellectuel engagé. Il est désormais leader de la liste socialiste française au Parlement européen, dont le brillant avenir politique pourrait dépendre de l’abandon de tout ce que défendait son père.
Valls dit qu’il y a eu deux moments clairs au cours des derniers mois. L’un s’est produit le 7 octobre. L’autre le 12 novembre, lorsque 100 000 personnes ont manifesté à Paris contre l’antisémitisme. “Emmanuel Macron a commis une véritable erreur en ne participant pas, affirmant qu’il ne voulait pas paraître diviseur”, estime Valls.
« Les organisations musulmanes n’ont pas non plus participé, à l’exception de quelques personnalités ici et là. Mais le plus important est que, pour la première fois depuis l’affaire Dreyfus, les populistes de droite – qui ne sont en réalité plus l’extrême droite du passé, il faut le dire – ont participé à une manifestation contre l’antisémitisme, alors qu’une partie de la gauche n’y a pas participé. Il n’y avait pas que [Jean-Luc] Mélenchon, mais aussi des syndicats et des militants, et tous ces gens ont choisi de ne pas participer parce qu’ils pensaient qu’une manifestation contre l’antisémitisme était en fait une manifestation de soutien à Israël. Il s’agit d’un fait ou d’un événement anthropologique, politique ou sociologique étonnant et étonnant.

 

Quand je lui demande s’il existe une gauche politique dans le monde occidental à laquelle Valls admire ou à laquelle il s’identifie, il répond sans hésiter : « Non ». « La social-démocratie est en crise, explique-t-il, parce qu’elle a gagné. Il pensait qu’avec la chute du bloc soviétique, l’histoire était terminée et que l’Europe était la social-démocratie. Mais elle n’avait pas bien compris l’essentiel, c’est-à-dire qu’il y avait aussi une crise d’identité… Il faut que les gens aient une culture et une identité. Ils ne peuvent pas en être dépossédés. Alors que la mondialisation prive en fait les gens de ce sentiment d’appartenance culturelle.

J’ai l’impression, lui dis-je, que contrairement à l’anglosphère, la France a été plus ou moins immunisée contre le wokisme. “C’est vrai qu’il y a en France une profusion de livres contre le wokeisme et sa culture”, dit-il. « Et je pense que nous avons le meilleur spécialiste de l’islamisme, Gilles Kepel, que vous connaissez, et aussi Hugo Micheron. Mais nous avons aussi bien sûr eu des intellectuels célèbres qui ont souvent été complices du stalinisme, et ceux qui ont été séduits au moment de la révolution iranienne par l’ayatollah Khomeini et ce qu’il représentait. Surtout Foucault, qui a bien sûr eu une énorme influence sur votre pays. En réalité, c’est toute la gauche politique et intellectuelle qui est en crise.»

Pendant ce temps, il ne fait aucun doute que ce qui passe pour la droite dure en Europe est en hausse. Aux élections européennes qui auront lieu ce week-end, le parti de Marine Le Pen arrive en tête des sondages avec 33%, devant l’alliance Ensemble de Macron avec 15%, les socialistes menés par Raphaël Glucksmann avec 14% et la France insoumise, dirigé par Jean-Luc Mélenchon, un anti-juif, à 7 %. (À propos de Glucksmann, Valls m’a dit : « Il est très clair sur l’Ukraine et sur les critiques de Poutine. Mais sur Israël, il a une position un peu moins courageuse, moins que son père. Mais l’autre jour, il a été chassé d’une manifestation par des partisans extrémistes. des militants de gauche portant des kaffiyehs. Il est donc de toute façon réintégré à son identité juive. »)

Dans le même temps, les élections européennes sont souvent moins un signe avant-coureur des résultats des élections nationales qu’un moyen pour les électeurs de se défouler. La version de la droite de Marine Le Pen ne semble pas non plus constituer une menace particulière pour les Juifs français. La personnalité politique à droite de Le Pen, l’ancien candidat à la présidentielle et expert politique Eric Zemmour, qui est également candidat à un siège au Parlement européen, est lui-même juif et jouit d’un large public parmi les Juifs français. Ainsi, pour le meilleur ou pour le pire, les batailles qui préoccupent le plus les Juifs français se dérouleront à gauche, là où Valls a pris position solitaire.

En nous disant au revoir, j’ai pensé à la Synagogue des Tournelles, où mes collègues Tablet et moi avions assisté à un service de Yom HaShoah quelques nuits auparavant. Construit à l’origine pour les juifs d’Alsace-Lorraine, le bâtiment de style romano-byzantin est depuis devenu un foyer majoritairement juif d’Afrique du Nord, bien que le clergé reste majoritairement ashkénaze. Dans son sermon, le rabbin a tenu à situer le massacre du 7 octobre dans un continuum avec la Shoah et avec l’expulsion des Juifs du monde arabe de 1948 jusqu’au début des années 1970. Pour les Juifs ashkénazes de France, de moins en moins nombreux, les années 1940 restent la grande catastrophe dans la vie de leurs familles, alors que pour les Juifs algériens, tunisiens et marocains de France, ce sont les années 1960. Le 7 octobre, comme Valls l’a compris, est la date limite pour tous.

Intrigué par la suggestion de Valls d’un mouvement de gauche capable de gouverner avec la droite, j’ai recherché Benjamin Haddad, député du 16e arrondissement de Paris et porte-parole en chef du parti Renaissance de Macron. Membre des commissions des affaires étrangères et des affaires européennes, Haddad – contributeur de Tablet – est omniprésent dans les médias français, notamment sur les questions de politique étrangère. [Divulgation complète : en 2020, Haddad m’a nommé chercheur principal non rémunéré et non-résident à l’Atlantic Council à Washington, où il était alors directeur de son Centre Europe.]

 

J’ai rencontré l’étoile politique montante de 38 ans un lundi matin au Palais Bourbon, où il occupe un siège bien en vue à trois rangs du sol, au centre-droit. Lors d’un déjeuner à la Brasserie Le Bourbon, coin minou de l’Assemblée nationale, nous discutons des Territoires perdus de la République , un livre de 2006 écrit par des enseignants français sur les difficultés qu’ils ont rencontrées à dispenser une éducation aux valeurs républicaines dans des quartiers en proie à l’antisémitisme et au sexisme. et le séparatisme islamique. « C’était controversé à l’époque, cela s’est produit juste après la Seconde Intifada, mais maintenant, fondamentalement, tout le monde est d’accord avec cela », explique Haddad. « Ils ont écrit qu’il était devenu très difficile d’enseigner l’Holocauste et la biologie dans certains quartiers. À l’époque, cela avait suscité un vaste débat. Mais maintenant tout le monde sait que c’est vrai… La question est de savoir comment ne pas perdre des quartiers entiers, des territoires, à cause du séparatisme. Nous avons donc vraiment renforcé la législation sur la réduction des financements étrangers, la possibilité de fermer les mosquées [salafistes financées par l’étranger], les associations soupçonnées de liens avec le radicalisme, l’expulsion des imams. Et nous l’avons fait rapidement.

Haddad a attiré l’attention de Macron pour la première fois en 2015, lorsque l’actuel président français était ministre de l’Économie dans le cabinet Valls. Ils sont restés en contact après la victoire de Macron en 2017, alors que Haddad était encore à Washington, où il a créé un comité de soutien au programme de réformes de Macron. « Je pense aussi qu’il a apprécié le fait que j’ai défendu très clairement notre modèle de laïcité française dans les médias américains lorsqu’il était attaqué, car cela le troublait beaucoup », dit Haddad. « Après le meurtre de Samuel Paty [un enseignant décapité par un islamiste tchétchène pour avoir montré à ses élèves une caricature de Mahomet à Charlie Hebdo ], il y a eu 48 heures de solidarité, mais ensuite ça s’est transformé en quelque chose du genre : “Eh bien, c’est vous qui l’avez causé, France”. . C’est ta faute. Votre laïcité est islamophobe, c’est radicalisant.’»

«C’est de la connerie totale», dit-il. « Je veux dire, il y a même eu un article, il a été complètement démystifié, mais à l’époque il avait eu beaucoup de succès, écrit par des chercheurs de la Brookings Institution qui démontraient qu’il y avait une surreprésentation des djihadistes venant de France – ce qui n’est pas vrai, là-bas. Il n’y avait pas de méthodologie scientifique pour cela – mais ils ont dit que cela devait être dû à notre laïcité. Et puis le Washington Post a affirmé que nous avions des cartes d’identité spécifiques pour les jeunes musulmans. C’était complètement hors de contrôle… Je pense que lorsque le Washington Post écrivait sur l’islamophobie et la France, il écrivait en fait sur l’Amérique, et ils ne se souciaient pas vraiment de l’exactitude de leurs propos sur nous. J’ai donc passé beaucoup de temps à essayer de démystifier ces conneries dans les médias américains. »

Une autre raison pour laquelle Macron a peut-être apprécié le rôle de Haddad à Washington est qu’il était un parfait porte-parole des Américains obsédés par la race. Son père est né en Tunisie et a déménagé avec sa sœur et ses parents en 1961 à Bordeaux, où les grands-parents ont changé leurs noms d’Isaac et Nasria en Jacques et Roseline. Ils se sont vite assimilés. « La seule fois où j’ai entendu mon grand-père parler arabe, c’était dans ses dernières années, lorsqu’il souffrait de la maladie d’Alzheimer et qu’il était revenu à la langue de son enfance. Mon père était le seul [sur cinq enfants] à comprendre le dialecte tunisien, car ils le parlaient encore un peu quand il était enfant. Mais sinon, ils sont restés très attachés au judaïsme, mais sont devenus des patriotes pleinement français, républicains, très attachés au fait d’être accueillis ici et d’avoir fait leur vie ici. La mère de Haddad, professeur de mathématiques, est issue d’une famille catholique bourgeoise du Pays basque français qui « a participé à différents niveaux à la Résistance ». Mais “je ne suis pas gaulliste”, dit-il, “plutôt une famille libérale de centre-droit”.

Quand il avait 5 ans, la famille de Haddad a déménagé à Boston pendant un an pour le travail de son père. « J’ai vécu toute l’expérience américaine », dit-il, « le bus jaune, le terrain de baseball. Je me souviens que c’était un moment très agréable.

Haddad a été président de classe au lycée, dont il a obtenu son diplôme peu après l’invasion américaine de l’Irak, puis a étudié les relations internationales à Sciences Po, le terrain de formation de l’élite politique française. « La première chose que j’ai faite en arrivant sur place, c’est de prendre ma carte de l’UMP [Union pour un mouvement populaire], le parti de centre droit de l’époque. Et j’ai essentiellement passé mes années d’étudiant en tant que militant. J’étais toujours à gauche de la droite. Pro-européen, pas si pro-conservateur.» Selon lui, son voyage à Kiev en 2014 pour assister et soutenir la révolution Maïdan a été une expérience formatrice. Aujourd’hui à l’Assemblée nationale, il est une figure de proue de la lutte pour l’extension du soutien à l’Ukraine.

Haddad dit qu’il trouverait étouffant de devoir voter aux États-Unis. « Je pense que sur les questions économiques, je suis plus proche des démocrates modérés. Mais je suis très inquiet du discours politique identitaire éveillé que j’ai vu se développer. Et je me souviens que lorsque je vivais à Washington, j’avais vu cela se produire pour la première fois sur les campus et les gens le rejetaient en disant : « Oh, ce ne sont que des enfants ». Mais ensuite ces enfants ont rejoint des institutions culturelles, le New York Times , CNN, des groupes de réflexion. Cela commence à avoir un impact sur la façon dont vous êtes autorisé à parler, sur ce que vous êtes autorisé à dire, et aussi sur une obsession pour la race et l’identité qui a peut-être toujours été plus centrale dans la façon dont les Américains perçoivent la politique. Je pense que la race et l’identité sont devenues une obsession aux États-Unis et sont très étrangères à la façon dont nous concevons les choses ici. »

La tendance universaliste de la France, explique-t-il, était fondée sur la liberté de religion, contrairement au fondement américain sur la liberté de religion. C’est pourquoi, dit-il, il est absurde de prétendre que la laïcité est une feinte utilisée pour supprimer les communautés musulmanes. « Nos principes républicains et notre universalisme sont antérieurs même à la présence de l’Islam en France. La question est de savoir comment parvenir à une mobilité sociale qui fonctionne, à une intégration qui fonctionne, tout en restant fidèle à nos principes.»

À ce stade de notre conversation, comme par l’opération de la main invisible d’une divinité dotée d’un sens de l’humour familial du Vieux Monde, notre table est ornée de la figure imposante de Meyer Habib, le collègue de Haddad. Également issu d’une famille juive tunisienne, Habib représente les citoyens français d’outre-mer à l’Assemblée nationale et agit comme représentant officieux de Benjamin Netanyahu à Paris. En 2014, alors qu’il s’opposait à la télévision à une résolution appelant à la « reconnaissance officielle » d’un État palestinien par la France, Habib a été critiqué par un ancien ministre socialiste pour son « intensité inquiétante ». C’était certes une critique humiliante, mais à mesure qu’il rattrape Haddad, je comprends de quoi parlait l’ancien ministre. “Il est amusant”, confirme Haddad, “très exagéré”. Quand je lui demande sur quoi portait leur courte interaction, Haddad répond qu’il taquinait Habib pour avoir tweeté un mème la veille de montrer Hitler dans un kaffiyeh avec les mots « Mein Campus ».

Après le départ d’Habib, Haddad est récupéré par une Française blonde en costume bleu qui l’informe qu’un groupe d’écoliers attend dehors pour prendre une photo avec lui – une scène que j’aurais soupçonnée orchestrée à l’avance par les médias avertis. jeune homme politique sauf que j’ai choisi le café. Haddad accepte volontiers et me dit que les questions que les enfants lui posent le plus souvent sont : « As-tu rencontré Macron, as-tu rencontré Le Pen et quel est ton salaire ? Il fait une impression du souffle effrayé des enfants lorsqu’il leur dit que, oui, il a rencontré Marine Le Pen.

Je pense que la race et l’identité sont devenues une obsession aux États-Unis et sont très étrangères à la façon dont nous concevons les choses ici.

A son retour, on évoque sa circonscription – l’une des circonscriptions les plus riches du pays – qu’il a remportée en 2022 avec 53 % des voix. Il comprend une forte communauté juive et, fait inhabituel, une communauté catholique pratiquante. Ses parents et sa sœur y vivent également. « Si vous regardez la sociologie électorale, dit-il, ce qui est vraiment fascinant, c’est que la base Macron a changé. Ainsi, en 2017, c’est un ancien socialiste et la plupart de sa base était constituée de personnes modérées de centre-gauche. Et puis il y en avait à droite, comme moi, qui étaient assez intrigués par ce type. Et au fond, il a réuni ces gens, pour la plupart des gens qui avaient deux choses en commun : un attachement naturel à l’Europe et une volonté de réformer le pays. Des lois sur le travail, des réductions d’impôts, mais pas de manière fiscalement conservatrice. Plus précisément, nous allons libérer l’entrepreneuriat, aider les enfants issus de milieux défavorisés à trouver un emploi. Et les résultats sont bons. Je veux dire, nous avons le taux de chômage le plus bas depuis 40 ans, 7,5 %. Quand j’étais enfant, nous étions condamnés à atteindre 10%… C’est pourquoi la base de Macron a commencé plutôt au centre-gauche et s’est orientée davantage vers la droite ces dernières années.»

Haddad dit qu’en abordant des questions difficiles mais nécessaires comme la réforme des retraites, Macron a démontré qu’il était prêt à s’aliéner une partie de la gauche. «Je pense qu’il y a aussi eu une sorte de rupture avec la réalité en ce qui concerne l’islamisme, la criminalité et la nécessité de rétablir l’ordre… Mais les islamistes testent les limites. Lorsqu’ils mettent des femmes en abayas, elles savent exactement ce qu’elles font. Ils essaient de voir s’ils peuvent ainsi contourner la loi [interdisant la burqa].» La question du séparatisme n’était pas au cœur de l’élection de Macron en 2017, explique Haddad, mais elle est désormais devenue une question centrale pour lui.

Dans le même temps, Haddad, comme d’autres observateurs avec lesquels nous discutons à Paris, se montre sombre quant aux prochaines élections européennes, au cours desquelles Macron sera débordé par Le Pen. « L’un des obstacles est la limite de deux mandats à la présidence », explique Haddad. « Le Pen a très bien tenté de dé-diaboliser le parti [Rassemblement National], d’expulser les personnes racistes ou antisémites, de le rendre beaucoup plus respectable, mais au point qu’ils ne disent plus rien de substantiel. Lors des élections européennes que nous avons, je ne sais vraiment pas ce qu’ils représentent. Ils disent qu’ils étaient pour le Frexit, mais plus maintenant. Ils disent qu’ils étaient autrefois favorables à la sortie de l’euro, mais ce n’est plus le cas. Ils disent qu’ils étaient autrefois favorables à une sortie de l’OTAN, mais ils ont renoncé à dire : « Eh bien, nous sommes au milieu d’une guerre, alors ne quittons pas l’OTAN. » Soyons clairs, ils sont toujours pour tout cela, le fond est le même, mais ils avancent de manière cachée.»

Le père de Le Pen, Jean-Marie, était un authentique antisémite dont les commentaires gratuits minimisant l’Holocauste ont forcé sa fille à l’expulser du parti qu’il avait fondé en 2015, après qu’il se soit présenté à la présidence, et qu’il ait perdu cinq fois. Les gens intelligents que je connais semblent penser que Marine a en fait réussi à purger l’antisémitisme du parti et à le reconstruire avec un nouveau cadre de politiciens locaux et nationaux qui font appel aux électeurs et aux industries traditionnels. Mais ils continuent de critiquer le Rassemblement national comme étant une version moins extrême de l’AfD en Allemagne : incompétente, incohérente et sans but. (Le 21 mai, le Rassemblement national a annoncé sa rupture avec l’AfD, refusant de siéger avec elle dans le même groupe au Parlement européen, en raison des scandales répétés du parti allemand.)

« Mon sentiment est que si vous voulez les combattre, vous devez respecter les électeurs mais combattre le parti, et vous devez faire deux choses », explique Haddad. « Il faut s’attaquer de front, sans déni, aux problèmes sur lesquels ils prospèrent. Soyez donc très lucide sur la criminalité, sur l’immigration, sur l’islamisme. Mais il faut aussi être très dur avec eux. Et le fait qu’ils ne proposent aucune solution raisonnable et que leur programme, notamment sur l’économie et la diplomatie, nous isolerait et serait un désastre pour le pays. Ils sont favorables au retour à l’âge de la retraite à 60 ans. Je veux dire, c’est complètement démagogique. Cela ferait exploser les dépenses publiques. Leur programme est donc en réalité très à gauche sur les questions économiques.»

Haddad dit avoir appris de son expérience à Washington lors de l’élection de Donald Trump l’importance de sortir de Paris le plus souvent possible. « J’ai récemment rencontré des éleveurs de moutons du sud-ouest et des maires locaux de villes d’environ 800 habitants seulement… Cela vous en dit plus sur le pays et sur ce que nous pouvons faire. Mais on voit aussi la colère monter à propos de certaines choses. Les gens qui ont le sentiment de travailler dur et ceux qui travaillent moins gagnent presque autant d’argent grâce à l’aide sociale et au bien-être social. Le sentiment d’être écrasé par les normes et la bureaucratie est quelque chose qu’on entend partout.» Dans le même temps, après que Macron a entrepris une réforme des retraites, Haddad a déclaré avoir commencé à recevoir des courriels de personnes disant : « ‘Putain de connard, je vais devoir travailler davantage maintenant. Je devais prendre ma retraite en septembre et maintenant je ne peux pas prendre ma retraite avant décembre. Quand je reçois quelque chose comme ça, je ne peux pas simplement l’écarter. Je dois comprendre d’où cela vient, car cela signifie que les gens ne trouvent pas de sens à leur travail.»

À l’image de Valls, Haddad déplore la recherche d’un sens perdu qu’il voit dans la vie de nombreuses personnes. « La France a résisté au déclin démographique plus longtemps que les autres pays d’Europe, mais aujourd’hui, nous aussi, nous sommes en baisse. Donc vous ne trouvez pas de sens au travail, vous n’avez pas d’enfants ou beaucoup d’enfants. Vous vous engagez de moins en moins dans la politique, les associations, les églises, les syndicats. Alors c’est quoi? Netflix vous procure du plaisir et du divertissement, mais pas de sens. Il y a une petite dépression collective qui n’est pas spécifique à la France, mais je pense qu’elle est très spécifique à l’Europe. Je ne pense pas que ce soit uniquement une question de politique.

« En même temps, conclut-il, la Ve République n’est pas parfaite, mais elle constitue une très bonne synthèse de notre histoire. Il synthétise l’ancien régime avec ce qui est issu de la Révolution. Parce que de Gaulle possédait une telle profondeur culturelle sur notre pays, notre histoire, notre littérature, notre esprit, il s’en est inspiré de manière très efficace. Et je pense que vous pouvez toujours réformer, comme nous le faisons régulièrement. Mais je pense qu’il serait difficile de trouver quelque chose de mieux.



Le compte Facebook de Sabrina, rédactrice en Chef des sites Infos Israel News et Alyaexpress-News fermé sans aucune justification !

Son nouveau compte



❗ REJOIGNEZ NOUS SUR TELEGRAM MAINTENANT ❗



   
Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/