Home Actualité France / Europe « La reine est morte sans s’excuser »: dans les anciennes colonies de Grande-Bretagne,...

« La reine est morte sans s’excuser »: dans les anciennes colonies de Grande-Bretagne, on ne pleure pas la mort d’Elizabeth

Lorsqu’Elizabeth II a hérité du trône en 1952, avec la couronne de son père, elle a également reçu des millions de sujets de l’Empire britannique à travers le monde, dont beaucoup ne voulaient pas du tout être sous son règne. Aujourd’hui, dans les anciennes colonies britanniques, la mort de la reine évoque des sentiments mitigés, notamment une grande colère contre le passé colonial.

Dans les pays où la Grande-Bretagne régnait – en Afrique, en Asie et dans les Caraïbes – les voix appelant à faire face à ce passé colonial se sont multipliées ces dernières années : de l’esclavage, en passant par les exécutions qui ont eu lieu même à l’intérieur des écoles en Afrique, jusqu’au pillage des trésors archéologiques qui sont encore conservés dans les musées britanniques. Pour beaucoup, en 70 ans de règne, la reine Elizabeth est devenue la personne qui représente le plus ce passé troublé.

 

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook

 

Membres de l'ethnie Kikuyu au Kenya, un camp de dépistage dans le cadre de la répression par les autorités britanniques en 1952 à l'ombre des opérations clandestines de Mao Mao colonialisme

( Photo : AP )
Au Kenya, où Elizabeth a appris la mort de son père et l’énorme responsabilité qui lui incombait à seulement 25 ans, une avocate du nom d’Alice Mugo a partagé sur Twitter une photo d’un passeport délavé que son grand-père a reçu des autorités britanniques en 1956, au milieu de leur répression contre la rébellion clandestine des Mau Mau. 100 000 Kényans ont alors été envoyés dans des camps de détention où les conditions étaient assez lamentables, et d’autres, comme le grand-père de Mugo, ont dû obtenir un permis spécial pour se déplacer d’un endroit à l’autre. « La plupart de nos grands-parents étaient opprimés », a écrit Mugo dans un tweet qu’elle a publié quelques heures après l’annonce de la mort de la reine jeudi, à l’âge de 96 ans. « Je ne peux pas pleurer. »
Dans les déclarations officielles publiées par les hauts responsables de ces anciens haut-parleurs, aucune expression n’a été donnée à cette frustration, et ainsi, par exemple, le président kenyan sortant Uhuru Kenyatta n’a pas mentionné dans son message nécrologique le fait que son père, Jomo Kenyatta, a été jeté en prison sous le règne de la reine, avant de devenir le premier président du Kenya en 1964 . Kenyatta Jr. a salué le long service d’Elizabeth en tant que reine, affirmant qu’elle était « la figure la plus emblématique des 20e et 21e siècles ».
Et pourtant, beaucoup dans ces pays exigent au moins des excuses pour les souffrances causées à leurs ancêtres pendant la domination britannique, et d’autres exigent une réelle compensation. « Dans ce Commonwealth, la richesse appartient à l’Angleterre », affirme Brett Samuels, membre du National Compensation Council de la Jamaïque, faisant référence à l’organisation de 56 pays, dont la plupart faisaient autrefois partie de l’Empire britannique. « Cette richesse est quelque chose qui n’a jamais été partagé avec nous. »

La reine de Grande-Bretagne La reine Elizabeth à côté d'enfants lors d'une visite à Kingston Kenya 1983

Des enfants kényans saluent la reine lors de sa visite dans le pays en 1983. Les plus grands d’aujourd’hui l’aiment : « Elle est comme la mère du monde »
( Photo : AP )

Un fusil est destiné à un membre de la résistance Mao Mao au Kenya 1952 dans le cadre de la répression de la rébellion par les autorités britanniques colonialisme

Un fusil est pointé sur un membre de la clandestinité Mau Mau au Kenya, 1952
( Photo : AP )

Un panneau avec des photos de la reine Elizabeth de Grande-Bretagne à côté du président ghanéen de l'époque, Kwame Nkrumah, dans la capitale, Accra, avant une visite de la reine là-bas en 1961

Un énorme panneau avec les photos d’Elizabeth et du président du Ghana de l’époque, Kwame Nkrumah, avant la visite de la reine là-bas en 1961
( Photo : AP )
Le processus de désintégration de l’Empire britannique a commencé avant même l’arrivée au pouvoir d’Elizabeth, mais pendant son règne, il a atteint son apogée à la fin d’une longue lutte menée par une série d’organisations clandestines et de mouvements pour l’indépendance. Des pays comme le Ghana et le Zimbabwe en Afrique, une série d’îles dans les Caraïbes et la pointe de la péninsule arabique ont tous obtenu leur indépendance à son époque.
Certains historiens attribuent à Elizabeth celle sous laquelle cette transition d’un empire à un Commonwealth peu uni s’est achevée de manière essentiellement non violente, mais la défunte reine était encore pour beaucoup le symbole d’une nation qui traitait souvent les peuples qui avaient été victimes de cruauté.
Au Moyen-Orient, par exemple, il n’était pas facile de trouver des signes de deuil public ou même un intérêt particulier pour la mort de la reine. Hier samedi, le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, a appelé le fils d’Elizabeth, le roi Charles III, à « corriger » les décisions du mandat britannique qui, selon l’organisation terroriste, ont conduit à l’oppression des Palestiniens.
Dans la Chypre grecque, beaucoup se souviennent encore de la lutte de guérilla de quatre ans dans les années 1950 contre le régime colonial, et de ce qui était perçu comme l’indifférence de la reine face à l’exécution par pendaison de neuf personnes dans le cadre de la répression menée par les autorités britanniques.
Dans certaines colonies, ils veulent effacer toute trace de colonialisme. En Inde, par exemple, le Premier ministre Narendra Modi dirige maintenant un effort pour supprimer les noms et les symboles de cette époque. L’Inde géante a depuis longtemps évolué, dépassant la Grande-Bretagne par la taille de son économie. « Je ne pense pas que nous ayons de place pour des rois ou des reines dans le monde d’aujourd’hui car nous vivons dans la plus grande démocratie du monde », déclare Dhiran Singh, un homme d’affaires de 57 ans originaire de New Delhi.

Les forces britanniques transportent un homme sous terre à Chypre en 1957 depuis une grotte cachée où il a été pris dans le colonialisme des montagnes Troodos

Un soldat britannique conduit un homme sous terre à Chypre en 1957, après avoir été surpris en train de se cacher dans une grotte des montagnes Troodos. La reine était-elle indifférente aux exécutions ?
( Photo : AP )

Des soldats britanniques fouillent les habitants d'un village dans les montagnes de Kyrenia, à Chypre, dans le cadre de la répression du mouvement d'indépendance du colonialisme de 1958

En 1958, des soldats britanniques fouillent les habitants d’un village des montagnes de Kyrenia, à Chypre.
( Photo : AP )
A côté de ces dépôts du passé, on peut aussi trouver de la sympathie pour la défunte reine dans ces anciennes colonies. Max Kahindi, de Nairobi, la capitale du Kenya, se souvient aussi du soulèvement des Mau Mau « avec beaucoup d’amertume », et rappelle que de nombreux adultes ont ensuite été arrêtés et tués. Cependant, il souligne également que la reine elle-même était alors « une très jeune femme », et qu’elle-même n’était pas responsable de la conduite des autorités coloniales : « Nous ne pouvons pas rejeter la faute sur la reine Elizabeth pour toutes les souffrances que nous avons subies à ce temps ».
Timothy Kaligira, un commentateur politique ougandais, estime qu’il reste un « lien spirituel » dans les pays africains qui se sont poursuivis de l’ère coloniale à la période actuelle, où ils font partie du Commonwealth britannique des nations. « C’est un moment de douleur, un moment de nostalgie », dit-il. Selon lui, le grand respect témoigné à Elizabeth dans le monde entier, ainsi que la centralité de la langue anglaise dans ces pays, sont suffisamment forts pour faire disparaître les sentiments de colère envers le passé. « Elle est davantage considérée comme la mère du monde. »
Des sentiments mitigés peuvent également être trouvés dans les Caraïbes, où l’année dernière, la Barbade est devenue le dernier pays à abandonner la monarchie britannique et à se déclarer république. La Jamaïque a également annoncé cette année son intention de procéder à un déménagement similaire – une annonce faite en même temps que la visite qui y était effectuée par le prince William, désormais héritier du trône, et son épouse Kate Middleton. « Nous avons une sorte de conscience contradictoire », explique Maziki Thame, maître de conférences en études du développement à l’Université des Antilles. Selon lui, la jeune génération est beaucoup plus sensible que ses parents aux effets du colonialisme. Lors de sa visite en Jamaïque, il convient de le préciser, le prince William a exprimé « une profonde tristesse » pour ce passé.
L’activiste Nadine Spencer affirme qu’il n’est pas surprenant que parmi la génération plus âgée en Jamaïque, il y ait une plus grande appréciation pour Elizabeth. Selon elle, les Britanniques l’ont présentée aux locaux « comme une reine éclairée qui prend toujours soin de nous » – mais selon elle, les jeunes d’aujourd’hui n’ont pas une telle révérence. « La seule chose que j’ai remarquée avec la mort de la reine, c’est qu’elle est morte et qu’elle ne s’est jamais excusée pour l’esclavage. Elle aurait dû s’excuser. »

La foule accueille le cercueil de la reine Elizabeth à Édimbourg, la capitale de l'Écosse en Grande-Bretagne

La foule accueille le cercueil de la reine Elizabeth à Édimbourg, la capitale de l’Écosse. ce soir
( Photo : AP )

La foule accueille le cercueil de la reine Elizabeth à Édimbourg, la capitale de l'Écosse en Grande-Bretagne

( Photo : verticale )

La foule accueille le cercueil de la reine Elizabeth à Édimbourg, la capitale de l'Écosse en Grande-Bretagne

( Photo : AP )

La foule accueille le cercueil de la reine Elizabeth à Édimbourg, la capitale de l'Écosse en Grande-Bretagne

( Photo : AP )

Le cercueil de la reine Elizabeth II de Grande-Bretagne sur le chemin du palais de Holyroodhouse à Édimbourg, la capitale de l'Écosse

( Photo : AFP )
En attendant, ce soir, le cercueil de la reine est arrivé à la première destination du long voyage qui l’attendait jusqu’aux immenses funérailles prévues à Londres le 19 septembre, lundi de la semaine prochaine. Ce soir, le cercueil est arrivé dans la capitale écossaise Édimbourg, au terme d’un voyage de 6 heures depuis le château de Balmoral en Écosse où elle est décédée. Le véhicule qui transportait le cercueil a traversé des dizaines de colonies et de villages tout au long de ce voyage, et des dizaines de milliers d’Écossais se sont tenus sur le bord de la route et ont rendu un dernier hommage à leur reine, beaucoup d’entre eux en silence et les yeux larmoyants. À Édimbourg même, des milliers de personnes ont attendu le cortège, et là, le cercueil a été transféré au palais de Holyroodhouse, la résidence officielle de la famille royale en Écosse. Demain, il sera transféré au château Saint-Gilles de la ville, où le grand public pourra passer devant lui, avant de s’envoler pour Londres mardi.

Notre canal Telegram en temps réel est devenu privé pour des raisons de sécurité, pour le rejoindre veuillez vous rendre avec ce lien : https://t.me/+SHjkfg13uJlbAcnk


Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/