Le président de l’Agence juive, Isaac Herzog, s’entretient avec Israel Hayom de l’énorme flambée des demandes d’immigration en Israël depuis le début de la pandémie, et de l’obligation du gouvernement de soutenir la vague d’alyah « d’une qualité inhabituelle » malgré le stress lié à la gestion de la crise du COVID.

Il y a un an, le président de l’Agence juive, Isaac Herzog, a tenté de réorganiser l’organisation de longue date en mettant de nouvelles priorités dans son plan de travail de 10 ans. La pandémie de coronavirus a tout bouleversé et a fait de l’alyah – qui n’a pas été une priorité aussi élevée pour l’agence que par le passé – un défi urgent.

Les chiffres d’Aliya pour août 2020 racontent toute l’histoire. L’Amérique du Nord a connu une augmentation de 238% en glissement annuel du nombre de demandes pour faire l’alyah. La Grande-Bretagne a connu une hausse de 165% d’une année sur l’autre. Les demandes en provenance d’Afrique du Sud ont doublé. Au total, deux fois plus de demandes d’Aliya ont été ouvertes dans les pays occidentaux qu’en 2019.

« C’est la pointe de l’iceberg », a déclaré Herzog à Israel Hayom.

🟦 ANNONCE 🟦

«Il faut ajouter les 100 000 demandes d’informations sur l’alyah reçues depuis le début de l’année, doubler le nombre de dossiers d’alyah dans les pays anglophones et plus de 150% dans les pays francophones. Dans d’autres pays, les juifs ne sont pas forcément tentés de faire mieux. Les gens ont peur pour l’avenir dans la diaspora et sont intéressés à réaliser le rêve de l’Aliya.

«À la lumière de tout cela, nous devons être particulièrement reconnaissants du fait que 9000 nouveaux immigrants de 70 pays ont fait leur aliyah pendant la crise du coronavirus. Ce sont des personnes qui doivent aller en quarantaine dans un nouveau pays où elles ne connaissent pas le langue, parfois avec de jeunes enfants et tout – et tout cela pour réaliser le rêve sioniste. Malgré toutes les restrictions, 450 personnes ont fait leur aliyah la semaine précédant Rosh Hashanah, y compris des arrivées de pays qu’il vaudrait mieux ne pas mentionner. « 

Q: Vous vous attendez à une vague massive de 250 000 nouveaux olim au cours des trois à cinq prochaines années. Cela semble significatif, mais est-ce faisable ?

« Absolument, oui. Nous devons examiner l’opportunité rare qui se présente à nous dans un contexte historique. Le gouvernement doit relever le défi et approuver rapidement un plan national d’absorption de l’Aliya. Le point positif de la pandémie est l’inévitable vague d’Aliya qui se dirige vers nous, et nous devons l’adopter. Ce ne sera pas facile, mais nous devons le faire.

<< Au début des années 90, nous avons accueilli environ un million d’olim et ils ont créé un énorme changement. La société israélienne dans son ensemble a bénéficié de cette aliyah. Bien sûr, cela nécessite une coopération pratique entre les différents ministères, en particulier sur les questions de logement et d’incitations. pour se déplacer vers la périphérie, le Néguev et la Galilée. Je peux vous dire que nous avons des maires et des dirigeants d’autorités locales qui font la queue pour demander que certains des nouveaux olim soient dirigés vers leurs villes. « 

Herzog dit qu’environ 40% des nouveaux immigrants arrivés jusqu’à présent cette année – malgré les restrictions de la pandémie COVID – sont jeunes, âgés de 18 à 35 ans. Beaucoup sont diplômés de l’université.

« Tous les paramètres dont nous disposons indiquent que cette vague d’aliyah, qui ne fait que commencer, est d’une qualité rare. Même maintenant, il existe une demande pour les jeunes deux fois plus d’ulpans [enseignement immersif en hébreu] qu’il n’en existe actuellement. Nous devons encourager l’esprit d’entreprise, l’emploi et l’intégration dans le secteur industriel. Mais pour cela, j’ai besoin que le gouvernement soit un véritable partenaire. Profitons de cette opportunité dans le cadre du processus de reconstruction après les retombées de la pandémie [de coronavirus]. « 

Herzog, qui a passé de nombreuses années dans la politique israélienne, sait qu’il ne sera pas facile d’attirer l’attention du public et le soutien du gouvernement pour une telle vague de nouveaux olim, en particulier compte tenu de la situation économique actuelle du pays. Mais il est optimiste : « Je suis convaincu qu’au moment où le gouvernement adoptera le bon plan, l’alyah deviendra l’un des outils pour nous aider à sortir de la crise ».

<< Sur la base de notre expérience, chaque vague d’Aliyah entraîne la reprise économique et la croissance. Il s’agit d’une énorme opportunité pour Israël, tant en termes de société que d’économie. Nous devons mettre en place des moteurs de croissance, tout comme nous l’avons fait pour la secteur de la haute technologie dans les années 1990, tout en soutenant tous ceux qui ont besoin d’aide jusqu’à ce qu’ils puissent se remettre sur pied et soutenir leur famille. Il est également important de fournir un soutien émotionnel en cette période difficile », dit-il.

Q: Et voyez-vous un réel intérêt de la part du gouvernement ?

« C’est nécessaire, l’opportunité historique l’exige. Nous travaillons en étroite collaboration avec l’Aliyah et le ministère de l’Intégration, et j’ai soulevé le sujet auprès des représentants du Trésor. Le Premier ministre en est conscient et l’a évoqué lors d’un conseil des ministres. Bien sûr, en ce moment, il est urgent de gérer l’épidémie, mais en même temps, nous devons réfléchir de manière stratégique et nous préparer à cette dramatique aliyah. Le Premier ministre doit donc mettre tout son poids et un groupe de ministres derrière un accord sur un travail. Si le gouvernement ne relève pas le défi, il pourrait s’agir d’un échec historique et rien de moins qu’une tragédie nationale. « 

Q: Certaines communautés juives ont subi des coups critiques pendant la crise du COVID et la vie communautaire s’est effondrée.

« La communauté juive en Italie a été la plus durement touchée au début de la pandémie. Je ne peux pas oublier quelque chose que Ruth Dureghello, présidente de la communauté juive de Rome, a dit de ma tête : » Tout s’écroule autour de nous. Nous Je n’ai rien vu de tel, à part l’Holocauste, au cours des 100 dernières années. Vous entendez quelque chose comme ça ici, très loin en Israël, et vous essayez de réfléchir à la façon d’aider le plus rapidement possible. Nous avons une obligation non seulement envers les communautés juives qui y vivent maintenant, mais aussi de préserver l’héritage glorieux des juifs de la diaspora. « 

Q: Il fallait une réponse rapide et efficace. À votre avis, est-ce arrivé comme prévu ?

«Les communautés juives à l’étranger sont centrées sur la vie communautaire et tout d’un coup, tout s’est arrêté – synagogues, écoles, maisons de retraite, cimetières, institutions communautaires et bien sûr aide aux nécessiteux. À ce moment-là, l’Agence juive est entrée en situation d’urgence. Nous avons mis en place une salle de situation pour fournir une aide instantanée pour les empêcher de s’effondrer. Avec le Keren Hayessod et les Fédérations juives d’Amérique du Nord, nous avons créé une fondation pour sauver les communautés juives du monde entier, qui a fourni des prêts immédiats aux blessés par la pandémie, sans intérêt et à des conditions spéciales. Nos envoyés se sont transformés en travailleurs sociaux. « 

Q: Il y a une tension inhérente entre l’obligation d’Israël de prendre soin de ses propres besoins et son obligation envers le monde juif. Où vous situez-vous sur ce spectre ?

«Tout d’abord, il est important pour moi de noter que pendant cette crise, nous avons aidé à enrôler le peuple juif dans des missions dans la société israélienne, comme aider les personnes âgées et les survivants de l’Holocauste… Mais une partie de notre rôle est de convaincre la société israélienne et le gouvernement que nous avons également une responsabilité pour tout ce qui se passe dans le monde juif – que ce soit dans l’éducation à l’unité, la lutte contre l’antisémitisme ou le lien même entre les Juifs et Israël.

«Il est important de noter qu’un changement radical s’est produit dans les relations [Israël-Diaspora], rien de moins qu’un changement de paradigme. Si dans le passé les communautés juives étaient celles qui aidaient Israël en temps de crise et de guerre, maintenant Israël est le un processus qui doit les aider et ainsi renforcer les liens. Il s’agit d’un processus de longue haleine ».

Depuis le début de la pandémie COVID, les nouveaux olim arrivant en Israël sont envoyés directement en quarantaine.

Q: Le monde vit avec le virus depuis plus de six mois. Êtes-vous satisfait de ce qui a été fait pour les communautés juives ?

« Dans l’ensemble, oui, même si c’est une question compliquée. Une étape qui mérite d’être notée est ce que l’Aliyah et la ministre de l’Intégration [Pnina Tamano-Shata] ont fait pour assurer l’avenir du peuple juif de la diaspora, en faisant approuver un plan. C’est une déclaration importante et un signal au monde juif qu’Israël est conscient de sa responsabilité. « 

Q: La crise du COVID a-t-elle supprimé les tensions entre Israël et la communauté juive américaine ?

«La mosaïque humaine est très complexe, il est donc difficile de répondre. Par exemple, vous ne pouvez pas ignorer la croissance impressionnante de la population Haredi qui prend sa place… ainsi que le défi qui ne cesse de surgir avec la jeune génération, là ceux définis comme progressistes, qui posent des questions complexes sur l’identité juive et non moins importantes – comment ils peuvent combler ce fossé. Il y a un immense amour pour Israël à l’étranger, auquel j’ai été exposé tout au long de la pandémie, et j’en vois la preuve cela surtout pendant cette crise, que la réelle préoccupation pour Israël s’est exprimée dans des milliers de messages. « 

Q: Est-il difficile pour vous, en tant que citoyen et représentant de l’État juif de la diaspora, de voir comment le gouvernement se comporte pendant la crise ?

«Nous voyons des dizaines de morts par jour à cause du COVID, et c’est horrible. Si, Dieu nous en préserve, ils étaient morts dans des attaques terroristes, la société israélienne serait sur ses jambes et exigerait des résultats. Nous devrions comprendre que nous sommes en guerre, et nous doivent agir en conséquence, tout en préservant les règles de base d’une société démocratique et fonctionnelle.

« Je regarde ce qui se passe parmi les gens et je suis très inquiet. La direction de chaque camp a la responsabilité d’empêcher que les choses ne s’aggravent. Nous n’avons pas le privilège d’être déchirés de l’intérieur et de détruire l’entreprise sioniste. La confiance du public dans les élus, dans les fonctionnaires, dans les décisions, dans les règles du jeu démocratique est bafouée. Sans elle, nous ne pouvons pas former un État qui fonctionne ou une société saine. « 

Q: Que peut-on faire à court terme à ce sujet ?

« Vous devez parler avec le public. Faites-les participer pour que nous puissions tous traverser ensemble la crise du COVID. Rendre la gravité de la situation claire et être cohérent dans la prise de décisions. »

Q: Il y a un point lumineux ces jours-ci : les accords de paix avec les Émirats arabes unis et le début de la normalisation.

« C’est un développement historique incroyable… Nous travaillons déjà avec les principales communautés juives des Emirats Arabes Unis, dont la plupart ne sont pas originaires de là-bas. Ce sont des Juifs qui y sont allés pour travailler. »

Q: La «sortie» des relations entre Israël et les EAU ferme-t-elle un cercle pour vous ?

«À la fin de 2015 et au milieu de 2016, en tant que chef de l’opposition, je parlais de la question au Premier ministre Benjamin Netanyahu. L’ancien Premier ministre britannique Tony Blair m’a proposé l’idée d’une coalition régionale. Il a proposé d’aller de l’avant avec l’initiative avec moi au poste de ministre des Affaires étrangères… Il était clair que l’accord nucléaire de 2015 avec l’Iran les a profondément choqués. En fin de compte, cette décision a échoué pour des raisons de politique interne israélienne, et Blair m’a dit : «Ne sois pas désolé. le train a quitté la gare. Le temps a montré qu’il avait raison. À mon grand regret, je n’ai pas pu le révéler à l’époque, et maintenant, les relations sont ouvertes. Je ne pouvait être à la cérémonie [de signature] pour des raisons personnelles, et je l’ai regardée à à la maison. J’étais ému, comme tout le peuple israélien. « 

Nous avons lancé une chaîne officielle Telegram avec les informations les plus importantes et les articles les plus intéressants. Rejoignez le lien:  https://t.me/infoisraelnews

🔯Visitez nos autres sites🔯

✔️RakBeIsrael.buzz :   Les bonnes nouvelles d’Israël et les meilleurs conseils

✔️Ougasheli.com : Les recettes faciles pour toute la famille et les gourmands ! ✔️CQVC.online : Ce qu'on vous cache sur les médias (contre la désinformation) ✔️Alyaexpress.News : Tous nos sites réunis ✔️SOS NETIVOT : Toutes nos opérations avec la Roulotte du Hayal (soutien à Tsahal) ✔️IsraelChrono.com : Vos achats pour booster les petites entreprises israéliennes

🟦 ANNONCE 🟦

   
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr