L’antisémitisme sur le Mont du Temple par Michael Freund

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦


Ces dernières semaines, il y a eu une série d’incidents qui auraient provoqué l’indignation à travers le juif du monde, mais ont plutôt été accueilli par un profond silence.

A de multiole occasions, les Juifs qui cherchaient à exercer leurs droits fondamentaux tels que la liberté de culte et de réunion, et la liberté d’expression, ont vu leurs libertés humaines cyniquement ignorées, et même piétinées.

On a fait taire ceux qui voulaient prier et ils ont été menacés d’arrêstation, alors qu’à d’autres ils leur a été demandé d’ôter leurs kippas en public..

Inutile de dire que, ces actes détestables d’antisémitisme n’ont suscité de la part des leaders mondiaux ni de la part des organisations juives un communiqué de presse de condamnation, ni même une protestation publique.

Si cela s’était passé à Paris, à Londres ou à New York, les lions gardiens des droits civils aurait sûrement fait entendre leurs rugissements. Mais puisque ces affronts contre les Juifs ont tous eu lieu sur le Mont du Temple, au cœur de Jérusalem, les lions rugissant se sont mus en d’agneaux silencieux, refusant même de bêler en signe de désapprobation.

Admirez ce qui suit. Selon un rapport publié dans Ma’ariv (22 mai), la police israélienne a publié de nouvelles instructions qui interdisent aux Juifs sur le Mont du Temple de se balancer d’avant en arrière, de remuer les lèvres même de fermer les yeux, car tout ceci pourrait être interprété comme des actes de prière.

Sous la pression du Waqf musulman, qui administre le site, Israël le plus admirablement du monde a mis en garde les visiteurs juifs de ne pas sortir de page de papier de leur poche et de la lire, craignant apparemment que la page incriminée puisse contenir des versets bibliques ou des mots de supplication au Ciel.

Ne laissez pas l’absurdité de ces règlements porter atteinte à leur gravité: c’est une violation choquante et suprême des libertés fondamentales de chaque personne.

Ce n’est rien d’autre qu’une forme de petite dictature qui ne peut être tolérée. Le Juif, comme tout autre personne, a le droit de communier avec son Créateur, chanter, danser et oui, même de remuer ses lèvres. Le fait que la police fasse appliquer ces règles, c’est une interférence au droit des Juifs à prier librement, et c’est scandaleux!

Pas étonnant, que des policiers n’aient pas hésité à aller encore plus loin. À deux ou trois occasions, ils ont empêché des rabbins de mettre le pied sur la Mont après qu’ils aient donné des interviews à des médias dans lesquels ils ont débattu de la reconstruction du Temple.

Prenez, par exemple, le rabbin Yisrael Ariel, fondateur de l’Institut du Temple, qui, comme jeune soldat en 1967 a fait parti de ceux qui ont pris part à la libération du Mont, du contrôle étranger.

Les Gardiens d’Israël et apparemment aussi de l’ordre public jugent le vieux rabbin de 71 ans qui serait une menace, car quand il a tenté de monter sur le Mont le mois dernier, la police l’a informé qu’il a été banni du site. Nos intrépides agents ont signifié dans leur rapport d’enquête, que le rabbin avait récité une prière sur le Mont à la mémoire des soldats israéliens morts dans la bataille pour la réunification de Jérusalem.

Si cela ne fait pas bouillir votre sang, pourtant ça le devrait . Cela ne fait aucune différence s’agissant de vos opinions politiques ou religieuses. Toute personne qui croit en la liberté et à la démocratie, et dans la responsabilité du gouvernement à protéger et à défendre nos droits, devrait élever sa voix pour protester contre ce comportement autoritaire de la part de la bureaucratie israélienne.

La racine du problème réside dans les arrangements humiliants qui existent sur le Mont, où l’extrémiste musulman Wakf est autorisé dans une large mesure à tout contrôler. En plus de faire tout son possible pour effacer toutes traces du patrimoine historique d’Israël sur le site, le Waqf a aussi régulièrement harcelé les pèlerins juifs qui, malgré toutes les restrictions, continuent à visiter le Mont.

Il y a dix jours, un jeune étudiant juif britannique aurait été accosté par des fonctionnaires du wakf, qui ont exigé qu’il retire sa kippa, ils lui ont dit qu’ils la trouvaient «offensante». Plutôt que d’entrer dans une altercation, l’étudiant a choisi de quitter les lieux, plus tard, il a dit à des journalistes: «J’ai connu l’antisémitisme en Angleterre, mais je n’ai jamais pensé que dans le lieu le plus saint du judaïsme je serais assujetti à une telle discrimination. »

Il a raison – et aucune personne ne doit plus être soumise à nulle autre.

Nous ne devons plus rester muets au sujet de l’exaspération et de la honte qui proviennent de la politique israélienne concernant la gestion du Mont du Temple, où le Waqf musulman mène la danse effectivement afin d’empêcher les Juifs de prier librement. Toutes personnes de bonne foi, qu’elles soient de gauche ou de droite, religieuses ou laïques, doivent s’exprimer ouvertement contre cette carricature et d’en demander sa révision.

Les dirigeants juifs et les organisations qui omettent de le faire trahissent leur mandat et commettent un acte de trahison de l’histoire juive et de sa mission.

Il y a bien longtemps, qu’Israël aurait dû faire valoir son contrôle absolu sur le Mont du Temple et dépouillé le Waqf de tout pouvoir. Les Restrictions des prières juives devraient être levées immédiatement et mettre fin au harcèlement des visiteurs juifs. Il suffit , que le gouvernement ainsi que la police se replient derrière l’ excuse  « du maintien de l’ordre public » pour justifier la situation actuelle. Mais laissons tomber les euphémismes et appelons cette politique par son vrai nom: de l’antisémitisme sur le Mont du Temple.

Et le temps est venu d’y mettre fin.

Reproduction autorisée avec la mention  et le lien ci dessus

http://www.michaelfreund.org/11953/temple-mount-anti-semitism

Adapté par Mordeh’aï pour malaassot.com©2012

Par mordeh’ai Publié dans : Tribune libre