Le chef du Mossad dans une déclaration inhabituelle : l’Iran n’aura jamais d’armes nucléaires, c’est l’engagement du Mossad

Le chef du Mossad, David Barnea, s’est adressé ce soir (jeudi) au programme nucléaire iranien en déclarant : « L’Iran n’aura pas d’armes nucléaires, pas dans les années à venir, jamais. C’est mon engagement, c’est l’engagement du Mossad. » Dans le contexte des pourparlers nucléaires qui se déroulent à Vienne, Barnea a déclaré que l’establishment de la défense ferait « tout ce qui est nécessaire pour éloigner la menace de l’État d’Israël et la contrecarrer de quelque manière que ce soit ». De hauts responsables israéliens ont clairement indiqué ces dernières semaines lors de pourparlers à huis clos qu’Israël n’avait aucune option militaire indépendante pour contrecarrer l’initiative nucléaire iranienne. Dans ce contexte, Israël a exigé que les États-Unis représentent une menace militaire importante pour l’Iran.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Dans un discours prononcé lors de la cérémonie de remise des certificats d’excellence aux employés du Mossad, le chef du Mossad a ajouté : « Il est clair qu’il n’y a pas besoin d’uranium enrichi à 60 % à des fins civiles, il n’y a pas besoin de trois sites avec des milliers de centrifugeuses actives, à moins qu’il n’y ait l’intention de développer des armes nucléaires. Il a déclaré que « l’Iran lutte pour l’hégémonie régionale, s’engage dans un terrorisme que nous bloquons quotidiennement partout dans le monde et menace constamment la stabilité du Moyen-Orient ».

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

Le ministre de la Défense Bnei Gantz plus tôt dans la journée dans une interview avec le studio Ynet a évoqué les pourparlers en Iran, affirmant que « l’option militaire doit toujours être à l’ordre du jour, c’est bien sûr la dernière chose que nous voulons utiliser, mais nous n’avons pas le droit de ne pas préparer l’option. »

Les célébrations de la retraite de l’accord nucléaire étaient un gros mensonge.
Ce matin, le Premier ministre Naftali Bennett a déclaré lors d’une conversation avec le secrétaire d’État américain Anthony Blinken que l’Iran exerce un « chantage nucléaire » comme tactique de négociation, et que les pourparlers nucléaires devraient être arrêtés et « des mesures strictes prises par les puissances ». deuxièmement, la conversation concernait la grande majorité en Iran. Les sources impliquées dans la conversation l’ont décrite comme « longue et pas simple. » Blinken a commenté la conversation sur Twitter en écrivant :

Entre autres choses, Bennett et Blinken ont discuté hier dans l’annonce de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) que l’Iran avait commencé à utiliser des centrifugeuses IR-6 avancées dans l’installation nucléaire de Purdue, dans le but d’enrichir l’uranium à un niveau de 20 %.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Said Khatibzadeh, a répondu aux remarques de Bennett, affirmant que « pendant que les pourparlers à Vienne se poursuivent, Israël révèle son vrai visage dans ses appels à arrêter les pourparlers ». S’exprimant sur Twitter, Khatibazadeh a ajouté que « le dialogue a toujours été méprisé par le régime basé sur la guerre, la tension et le terrorisme », ajoutant que « les délégations à Vienne ne recevront pas d’instructions de la résidence du Premier ministre israélien à Balfour ».

Hier, des responsables de l’administration américaine ont estimé que les pourparlers nucléaires prendraient fin aujourd’hui ou demain. Selon eux, la date exacte de la fin des pourparlers sera déterminée en fonction de l’évolution des contacts entre l’Iran et les six puissances – les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la Grande-Bretagne, la France et l’Allemagne. le retour des États-Unis et de l’Iran à l’accord nucléaire de 2015, qui limitait le programme nucléaire iranien et l’éloignait d’une bombe.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦