Le commandant de l’escadron se préparant à une attaque en Iran: « C’est l’ordre du jour, nous n’étions pas à un point d’ébullition comme celui-ci

Le 6 septembre 2007, peu après minuit, l’armée de l’air a lancé l’opération « Outside the Box » pour attaquer un réacteur nucléaire syrien secret à Deir ez-Zor dans l’est du pays, qui a été découvert après une étude approfondie de la l’arène technique d’Amman sous le commandement du général de division Amos Yadlin et avec l’aide du personnel du Mossad. Le réacteur a été suivi par quatre F-15I Thunder du Hammer Squadron, deux F-16I Storm du 119 Squadron et deux F-16I Tempête du 253e Escadron.

Vers 00h45, les avions de combat ont commencé à larguer environ 18 tonnes de bombes sur le réacteur et l’ont détruit. La deuxième bombe a été larguée sur le réacteur par le lieutenant-colonel A., actuellement l’un des plus anciens pilotes de chasse actifs de l’armée de l’air. A., vole depuis 1996 sur divers modèles d’avions F-16, et a déjà participé a Liban a entrepris 50 sorties, au cours desquelles il a attaqué des cibles de toutes sortes, mais dans sa carrière militaire, il a défini l’attaque contre le réacteur comme la plus importante de tout le nucléaire iranien. Depuis l’attaque du réacteur en Syrie, il continue en tant que réserviste à remplir des tâches opérationnelles au sein de l’escadron 119, qui incluent la participation à des activités de sécurité en cours, une campagne d’entre-deux-guerres et des opérations secrètes.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Dans une interview spéciale avec Walla, il a parlé de l’attaque contre le réacteur et de ce qu’on peut en apprendre en vue d’une éventuelle attaque en Iran. « Avant l’attaque en Syrie, nous nous sommes entraînés sur de longues distances. J’ai personnellement participé à des exercices aux États-Unis et au Canada. J’étais le commandant adjoint de l’escadron B et j’ai participé au transfert d’avions F-16 de la base de Hill à des États-Unis vers Israël. Il s’agit vraiment d’un vol long-courrier avec de nombreuses caractéristiques », « Nous avons eu quatre ravitaillements. Une opération folle, une très grande opération de l’Armée de l’Air, une opération très impressionnante. À l’époque, il y avait peut-être quatre forces aériennes dans le monde qui pouvaient monter une telle opération. »

Le lieutenant-colonel A. et ses amis ne savaient qu’au dernier moment quelle était la cible de l’opération à laquelle ils se préparaient, mais la tension opérationnelle était à son comble surtout après qu’il a été décidé de mener l’attaque depuis les airs et non du sol à l’aide d’une patrouille de l’état-major général. « Avant cela, je n’avais jamais eu l’occasion de voler en Syrie et certainement pas de faire une mission de cette ampleur », a déclaré A. « Je n’ai découvert le but que ce jour-là. J’ai été formé pendant un an pour quelque chose de spécifique sous diverses formes, mais on ne m’a jamais dit quel était le but. J’ai compris qu’on me préparait pour une opération vaste et unique. Ce n’est que ce jour-là que le commandant de l’armée de l’air a révélé le but lors d’un briefing, et puis bien sûr il y a eu une certaine excitation, mais dès que nous avons quitté le briefing, j’ai vraiment essayé de garder le rituel habituel afin d’être concentré et ne pas laisser mes pensées vagabonder vers d’autres lieux. »

« Je suis entré dans le cockpit, j’ai fermé la verrière. Il n’y a aucune possibilité de penser à autre chose. La première fois que je me suis dit que j’allais attaquer en Syrie, c’était au poste de décollage. »

A quoi avez-vous pensé pendant les minutes d’attente ?

« Je symbolise les actions dans les différents segments de la sortie – ravitaillement, vol à basse altitude et attaque, puis déconnexion et retour sur notre territoire. J’ai parcouru le radar, à quoi cela allait ressembler. Nous avons été entraînés de manière très similaire et proche de ce qui se passait dans l’opération, y compris les points de repère de l’emplacement des cibles. Pendant six mois, j’ai volé avec les mêmes noms de waypoints et quand nous sommes arrivés là-bas, nous savions ce que nous étions censés faire et à quelle altitude, seulement que la formation était en mer et dans l’État d’Israël. Je me suis dit que je faisais partie de quelque chose d’important, et que je devais le faire du mieux possible. Vous ne vous laissez pas distraire. Après décollage et mise en palier, le vol est très intense. Vous volez bas, vérifiez les bombes et l’équipement de vision nocturne. C’était nuageux, nous l’avons fait parce que nous ne voulions pas être découvert. Nous étions occupé à voler à basse altitude, c’est une très, très grosse pompe d’attention. Vous n’avez pas le temps de vous occuper d’autres choses. Penser à ce qui ne fonctionnera pas bien. Vous êtes très concentré sur l’objectif, l’exécution et les données. »

Vous avez été le deuxième pilote à larguer une bombe sur le réacteur nucléaire.

« En effet. Larguer les missiles et se replier et je vois sur l’écran l’explosion de la structure…Dès que nous avons traversé la côte et tourné vers le sud, j’ai cherché de nouveaux missiles vers l’État d’Israël. » (Cela ne s’est pas produit, bien sûr, les Syriens n’ont pas répondu ).

"העטלף"  טייסת 119. דובר צה"ל

« S’ils nous demandent de venir ? Nous viendrons. Attaquer, c’est attaquer. Si c’ets pour nous défendre, alors défendons nous » (Photo : porte-parole de Tsahal)

« De son point de vue, c’était une situation où nous allions faire la guerre à la Syrie après l’incident. Nous avons atterri, sommes descendus de l’avion et moi et mon navigateur nous sommes étreints. À la base, ils ont été très surpris que les avions soient revenus sans armements. , ils ne savaient rien. J’ai piloté de très nombreux modèles, et à chaque fois vous revenez avec les armements.

Un si haut niveau de compartimentation ?

« Oui. Le nombre de personnes à qui j’ai parlé de l’opération après l’attaque se compte sur deux mains. Mes parents ne l’ont su que quelques années plus tard. Après le débarquement, je suis allé voir les films de la sortie. Nous avons rejoint les briefings dans l’escadron au sujet d’autres préparatifs tels qu’une réplique de la réponse syrienne si elle se produit.

Quel était le sentiment à l’ombre du danger? La possibilité qu’ils vous surprennent ?

« C’est pour ça que j’ai été formé. C’est pour ça que je me suis enrôlé. C’est ma mission. Ma petite contribution à l’entreprise sioniste. Maintenant c’est mon tour. Il y a de la responsabilité et de l’engagement. »

Selon vous, que peut-on parler d’une nouvelle attaque loin d’Israël comme l’Iran ?
« Je compare un instant l’attaque de 2007 et le retour des États-Unis, qu’est ce que je peux imaginer de plus proche. Tout est différent, dans la pratique. .. Lorsque vous vous entraînez pour des choses compliquées et complexes, même si elles sont courtes, vous divisez la formation en petits morceaux.

Sur l’escadron « Bat » (119), dans lequel A sert, il y a le commandant de 36 ans, le lieutenant-colonel T. dès le début de son service militaire, a volé sur des avions F-16, a occupé une série de postes clés à l’école de pilotage, faisait partie de l’équipe de voltige de l’aviateur, auquel sont affectés les meilleurs pilotes de chasse, était lieutenant dans des escadrons de chasse, l’un des fondateurs de l’escadron furtif, et il y a environ un an et demi, il a reçu le commandement du « Bat ». Depuis l’opération Plomb durci dans la bande de Gaza en 2008, il a participé à de nombreuses opérations, y compris en Syrie, mais la plus influente de toutes a été l’opération Tsouk Etan car il a effectué 51 jours de lutte en 2014.

Dans une interview avec Walla, il a parlé du niveau de préparation de l’armée de l’air pour attaquer le projet nucléaire en Iran. « Cette question fait définitivement la une des journaux, et elle sort lentement de l’ombre. Le Corps s’en occupe beaucoup. Le commandant du Corps a officiellement placé une attaque contre l’Iran en premier dans l’ordre de priorité », a-t-il expliqué. « L’escadron a pas mal de choses à faire. Cela commence par les choses les plus élémentaires. Aller apprendre ce qui a changé en Iran ces dernières années. Principalement le renseignement, ce à quoi nous sommes confrontés. Cela fait plus de 10 ans que la dernière fois l’armée israélienne l’a vraiment traité de manière si intime. Beaucoup de choses ont changé là-bas – les menaces ont changé, les conditions du terrain ont changé, les cibles se sont déplacées. Il y a beaucoup de choses à apprendre avant de décider quoi faire. Une partie importante de l’année dernière a été consacrée à cela. »

En quoi consiste la deuxième partie de la préparation de l’opération en Iran ?

« Construire un programme d’entraînement qui est étroitement lié au plan d’attaque de l’armée. Certains sont accompagnés de modèles et d’entraînements, certains sont célèbres et d’autres moins. Cela pourrait être un vol à l’étranger, un entraînement à Chypre, en Europe, des cibles plus proches qui nous aident à simuler des distances pertinentes, et il peut s’agir d’entraînements simulant des segments au sein d’un même commandement mais avec une partie complémentaire au programme aérien étant la partie technique. 

La question des armements occupe également une place importante dans l’histoire. Aujourd’hui, il y a des armements plus avancés qu’il n’y en avait par le passé. La dernière partie est la synchronisation du vol du corps et la mise en place de l’ensemble du puzzle. Au cours de la dernière année, nous avons été occupés chacun en nous-mêmes et maintenant nous devons construire le puzzle pour que toute cette symphonie joue ensemble. »

Savez-vous déjà aujourd’hui quel sera votre rôle dans l’attaque contre l’Iran s’ils le décident ?

« Je ne peux vous dire ce qu’ils vont me demander. C’est à divers stades de maturité, nous sommes à certains niveaux. Nous sommes prêts à l’action même aujourd’hui. Il y a encore de la place pour aller de l’avant. »

"העטלף"  טייסת 119. דובר צה"ל

« Nous n’étions pas à un point d’ébullition qui pouvait aller dans n’importe quelle direction » (Photo : porte-parole de Tsahal)

Le lieutenant-colonel A a déclaré que ce n’est que le jour de l’attaque du réacteur en Syrie qu’il savait ce qu’ils allaient attaquer. Comment gérez-vous cet effort aujourd’hui dans l’escadron alors que l’histoire d’une attaque en Iran est dans le les gros titres et dans le discours public ? Cela vous aide-t-il à vous préparer ?

« Une excellente question, vous y êtes confrontée tous les jours. Je crois fermement à la méthode avec laquelle nous travaillons, qu’il y a certains cercles, qu’il y a des gens qui ont besoin de se connaître, et de ne pas s’exposer à des cercles trop larges. Il y a donc un cercle restreint qui connaît mieux les détails. Certains commandants d’escadron connaissent mieux les détails, d’autres moins. Aujourd’hui, je sais comment faire de l’exercice sans dire quoi. Je peux pratiquer des éléments de telle ou telle action. Quand j’en aurai besoin, je saurai utiliser les outils que j’ai acquis. Au final, contrairement à l’attaque en Syrie, les menaces sont différentes, l’incertitude monte quand on est loin de chez soi. »

Et l’aspect mental ? Comment renforce-t-on cela  ?

« Je suis très confiant dans nos capacités. Je ne dis pas cela de manière sarcastique, et d’un autre côté, il y a beaucoup à faire, donc je ne vais pas paraître arrogant. Parlez-en et ouvrez-le. Les jeunes gars sont vraiment incroyable, vous mettre au défi, poser des questions, vouloir apprendre. S’asseoir, raconter et partager, gérer les dilemmes dans l’air, y compris l’échec et créer un aperçu de l’échec, cela fait partie du travail. Parlez de l’ampleur de la responsabilité que vous avoir entre vos mains. Je pense que ceux qui s’en occupent principalement sont moi et les commandants adjoints de l’escadron, le combattant au bord ne l’a pas encore rencontré. Il peut le rencontrer le jour où cela se produit. Vous avez la possibilité de le déconnecter à la fin quand vous entrez dans le cockpit et fermez la verrière. Vous êtes très professionnel et le laissez dehors un moment. En ce moment, c’est parqué avec nous commandants, principalement une question de taille de la responsabilité et de ce qu’elle peut faire au niveau national. »

Qu’avez-vous appris de l’attaque du réacteur en Syrie ? L’attaque du réacteur en Irak ?

« C’est ma chance que certains pilotes volent encore avec moi dans l’escadron. Il y a à peine trois semaines, j’ai volé avec le navigateur du lieutenant-colonel A lors d’un vol d’adieu depuis l’escadron. Ce jour-là, exactement 15 ans se sont écoulés depuis l’attaque en Syrie. J’ai demandé s’il pensait que nous avions appris quelque chose de la façon dont nous nous entraînons aujourd’hui, il a répondu oui sans équivoque. Il y a de nombreuses leçons à tirer de là – comment les avions ont décollé, jusqu’où ils sont allés, quand abandonner un avion de «remplacement», quand revenir en arrière, quand continuer. Il y a pas mal de leçons, dont certaines sont utilisées tous les jours dans le monde opérationnel. » 

Avec vous-même le poids de la responsabilité le jour où vous recevez l’ordre d’attaquer en Iran et qu’une tonne de poids de responsabilité repose sur vos épaules ?

« Oui, oui. Le BBM d’aujourd’hui est vraiment sans précédent. Il vous oblige, ainsi que des dizaines d’autres personnes, à combiner travail et amélioration, du renseignement au quartier général et des agents de la force opérationnelle, à la coopération avec Amman et les unités spéciales, ainsi qu’à d’autres facteurs de sécurité, même si à la fin, on vous demande d’aller en Iran. Vous avez certainement une meilleure expérience opérationnelle. Vous avez une plus grande sécurité dans les avions, les techniciens ont plus d’expérience dans le changement des configurations requises, le renseignement est plus précis, tout est plus pointu, ça fait partie de l’histoire. »

N’y a-t-il personne dans votre escadron qui a fait une opération de défense aérienne et qui n’a pas été menacé ?

Tous ceux qui sont sortis pour mener des attaques contre des drones, et il y en avait pas mal. Vous opérez dans une zone menacée.

Il y a eu pas mal de discussions dans les médias sur votre niveau de préparation à une attaque. Quel est le degré et la qualité de préparation pour la Journée du Commandement en Iran par rapport à il y a un an et demi ?

« C’est des centaines de pour cent de plus qu’il y a un an et demi. Il y a encore des étapes à franchir, mais aujourd’hui je sais comment arriver et exécuter, et nous sommes prêts. Ce n’est pas comparable, et si c’est nécessaire, nous savons comment exécuter. Y a-t-il autre chose à faire ? Sans équivoque. Au fil du temps, nous serons plus prêts. Nous ferons ce qu’ils nous demandent. S’ils nous demandent de venir ? Nous viendrons. Attaquer, c’est attaquer, si nous devons nous défendre. »

Au cours de ses propos, le commandant d’escadron, le lieutenant-colonel T., a expliqué que les frictions des pilotes de chasse de l’armée de l’air avec les diverses menaces à proximité immédiate dans le premier cercle, comme au Liban et en Syrie, les aident à se préparer à une attaque en Iran. « Il y a beaucoup de choses qui se trouvent dans les environs immédiats, donc vous avez des avantages et des inconvénients. Cela vous permet de connaître très intimement des rangs qui peuvent très bien être là-bas et finalement se retrouver ici. »

Y a-t-il quelque chose de spécifique dans les propos du commandant de l’armée de l’air, le général de division Tomer Bar, au sujet d’une attaque en Iran qui vous accompagne ?

‘C’est principalement le sentiment des conversations fermées et ouvertes que c’est l’ordre de l’heure. Pendant de très nombreuses années, nous n’avons pas été à un point d’ébullition qui pourrait aller dans n’importe quelle direction et c’est vraiment ces années. C’est peut-être le la plus grande menace existentielle que nous ayons.’

[signoff