Le gouvernement commence à discuter du nouveau budget : beaucoup de réformes et d’augmentations d’impôts

Ce dimanche 1er août, le gouvernement israélien donne le coup d’envoi du marathon d’approbation du budget 2021-2022. après que le pays n’a pas eu de budget approuvé depuis fin 2019.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

D’une part, le projet de budget, et surtout le projet de loi de régulation économique, contient de nombreuses réformes différentes qui suscitent la controverse dans la société, et d’autre part, le gouvernement Bennett-Lapid avec une majorité fragile de 61 voix dépend des exigences de chaque ministre et chaque faction.

Ainsi, le chef du ministère de la Santé Nitzan Horowitz a déjà prévenu qu’il ne soutiendra pas le nouveau budget sans allouer des crédits supplémentaires pour les soins de santé. « Le système de santé est connecté à la machine ECMO et a un besoin urgent d’oxygène. Cela ne peut pas continuer. Si nous ne nous entendons pas sur le renforcement des infrastructures du système dans les années à venir, il y aura une très grosse crise. Sans résoudre ce problème, nous ne soutiendrons pas le budget », a déclaré Horowitz lors d’une réunion de la faction Meretz.

🟦 ANNONCE 🟦

Cependant, les politiciens pensent que le budget et le projet de loi seront adoptés après une longue nuit de discussions, car abandonner le budget équivaut à dissoudre le gouvernement.

Le projet de loi de régulation économique comprend une longue série de différentes réformes annoncées par le ministre des Finances. Il s’agit d’abord d’un programme de réduction du coût de la vie par la libéralisation des importations et l’assouplissement de la réglementation. La liste comprend également le relèvement de l’âge de la retraite pour les femmes, la libéralisation du système bancaire afin d’accroître la concurrence entre les banques, l’introduction de la concurrence dans le domaine de la cacheroute, la simplification du système d’enregistrement des entreprises, etc…

Publicité 

Le porte-parole de l’opposition « Israël ha-yom » a interrogé aujourd’hui sur le ministre des Finances Avigdor Lieberman, qui, selon eux, n’a pas tenu sa promesse de ne pas augmenter les impôts. La publication nomme les nouvelles taxes suivantes incluses dans le budget : taxe sur l’entrée en voiture privée à Gush Dan, sur la vaisselle jetable, taxe sur les boissons sucrées, taxe sur les visites chez un médecin privé, suppression des réductions sur les déplacements dans les transports publics avec l’aide de   « rav-kav » (Les frais seront les mêmes que via l’application, et il n’y aura pas de supplément pour le montant accumulé, ce qui donnera au budget 250 millions de shekels supplémentaires).

Il est prévu que le budget pour 2021, avec les coûts de lutte contre la pandémie, soit de 606 milliards de shekels (538 sans ces coûts), et pour 2022, 560 milliards.

 

🟦 ANNONCE 🟦