Après le lancement de trois roquettes contre Israël depuis la bande de Gaza le 7 décembre 2019, l’armée israélienne a déclaré dans un communiqué qu’elle avait lancé des frappes aériennes de représailles contre des camps militaires et une base navale appartenant à l’organisation terroriste Hamas.

Au cours des deux dernières années, quelques 2 600 roquettes et mortiers ont été tirés sur Israël depuis Gaza. Il ne s’agit pas de Qassam, des tubes métalliques remplis d’engrais explosifs construits dans un atelier de garage. Le Hamas a maintenant ses propres lignes de production de roquettes à Gaza, ainsi qu’un atelier de drones pour produire des imitations de la surveillance iranienne et des véhicules aériens sans pilote armés. Il effectue en permanence des tests, lançant des fusées vers la Méditerranée, dans le but d’améliorer la précision et la portée de ses conceptions.

Bien que le Hamas ait déployé des efforts extraordinaires pour établir son industrie locale de l’armement, il doit quand même recevoir des pièces d’armes et de technologie pour poursuivre sa guerre contre Israël. Certains composants, tels que la fibre de verre, l’équipement de sélection de cibles et l’équipement de surveillance pour drones, dépassent leur capacité de fabrication. Et l’organisation terroriste est confrontée à d’importants défis à cet égard.

En décembre 2016, l’ingénieur aéronautique du Hamas, Mohamed Zouari a été abattu en Tunisie. Zouari, un spécialiste des drones, développait également des véhicules sous-marins sans pilote en Tunisie, selon des articles de presse. L’une des missions que le Hamas avait probablement en tête pour ces véhicules sous-marins est d’attaquer les oléoducs israéliens et les plates-formes gazières au large des côtes de Haïfa.

Un autre ingénieur palestinien, Fadi al-Batsh, a été assassiné en Malaisie le 20 avril 2018. Lors de ses funérailles à Gaza, il a été nommé comme «ingénieur commandant» des Brigades Izzedine al-Qassam du Hamas, et par un autre orateur comme commandant de l’organisation terroriste du Jihad islamique de Palestine.

 

Des convois de camions avec des armes qui se dirigeraient vers la frontière entre l’Égypte et Gaza ont été attaqués au Soudan en 2009 et 2012 par des avions, vraisemblablement israéliens. L’Iran a également tenté de fournir des munitions au Hamas, à travers d’énormes cargaisons à bord de cargos tels que le Klos C (2014) et Victoria (2011) et à travers des tunnels qui proviennent du côté égyptien de la frontière de Gaza.

Les navires ont été interceptés et on pense que la plupart des tunnels d’approvisionnement ont été détruits par l’Égypte et Israël, même s’il ne fait aucun doute que des objets de contrebande souterrains subsistent.

Cependant, il semble que le Hamas et son sponsor iranien aient trouvé une réponse dans les expériences des cartels internationaux de la drogue, de la Corée du Nord et de l’Iran, qui ont tous développé des navires sous-marins, semi-submersibles et mini-sous-marins. pour la contrebande ou l’insertion de forces spéciales.

 

Pour le Hamas, les opérations navales ne sont pas nouvelles.

Pendant plusieurs années, des dispositifs de flottaison et des barils remplis d’armes ont été jetés dans les eaux au large de la côte de Gaza, puis récupérés par des agents de Gaza dans des bateaux de pêche (cela peut expliquer pourquoi Israël change souvent les frontières de pêche de Gaza).

« Tunnel bleu » de la terre à la mer 
Le Hamas est fier de ses commandements navals ; Pendant la guerre de Gaza de 2014, plusieurs unités ont été envoyées de Gaza pour attaquer les communautés israéliennes. Tous ont été interceptés sur la plage et tués. Aujourd’hui, l’unité de commandement naval est considérée par les Palestiniens comme l’une des forces d’élite du Hamas.

Malgré les échecs de 2014, les factions palestiniennes à Gaza continuent de former et d’exalter leurs commandements navals. En 2017, Israël a intercepté des combinaisons cachées parmi les envois de vêtements qui pouvaient entrer à Gaza.

La base de ces commandements navals, y compris celle du 8 décembre, peut ne pas attirer l’attention générale, mais ils sont très importants dans les listes de cibles de Tsahal.

Considérez ces reportages :

Le 30 mai 2018, le porte – parole de Tsahal a rapporté que « les opérations d’attaque israélienne considérablement endommagé les forces navales du Jihad islamique palestinien à Gaza ».

La force navale du Hamas a également « subi des dommages importants et une partie importante de ses bases et installations pour la fabrication de ses armes spéciales ont été détruites », a déclaré le porte-parole. Un autre récit a affirmé qu’Israël avait abordé la question de «l’armement maritime avancé», faisant peut-être référence aux UUV.

En juin 2018, des avions israéliens ont détruit un tunnel du Hamas sur la côte de Gaza qui a été découvert sous deux ou trois mètres d’eau en Méditerranée . Un porte-parole des FDI a expliqué que le tunnel permettrait aux commandements navals du Hamas de se lancer dans des missions contre Israël sans être détecté.

« Le Hamas a investi beaucoup de ressources dans la construction de ce tunnel », avait alors déclaré un officier de la marine. « Nous le considérons comme un » tunnel bleu « , de la terre à la mer. »

Le 8 septembre 2019, des avions de combat israéliens et un avion télécommandé « ont atteint plusieurs objectifs militaires du Hamas, notamment des équipements navals offensifs et deux complexes militaires », a indiqué l’armée.

Le 2 novembre 2019, Tsahal a déclaré avoir attaqué « un large éventail de cibles terroristes du Hamas », notamment une base navale, un complexe militaire et une usine de fabrication d’armes.

Le 13 novembre 2019, des navires de la marine israélienne ont également bombardé une base d’entraînement utilisée par l’unité de commandement naval du Jihad islamique, qui était également utilisée pour stocker des armes, selon l’armée.

Le 16 novembre 2019, Israël a attaqué un camp militaire et une base navale du Hamas.

Un tunnel pourrait également être une voie efficace pour entrer dans Gaza sans être détecté, pour faire passer des armes ou des composants de missiles dans l’enclave côtière.

Considérez ce qui suit : En 2015, la patrouille frontalière des États-Unis a arrêté un trafiquant de drogue en combinaison de plongée essayant d’introduire de la cocaïne aux États-Unis depuis le Mexique par un tunnel sous-marin près de Calexico, en Californie. Les autorités américaines avaient découvert plusieurs tunnels transfrontaliers secs, certains de plusieurs centaines de mètres de long, entre les deux pays, mais jamais auparavant un tunnel sous-marin.

En plus des plongeurs du Hamas et du Jihad islamique utilisant des tunnels sous-marins pour entrer et sortir de Gaza, ces tunnels pourraient servir de routes de contrebande. Les commandements du Hamas et du Jihad islamique en haute mer rencontrent-ils des mini-sous-marins, des semi-submersibles ou des traîneaux contrôlés par la flottabilité sous-marine ?

Bien que le risque que le Hamas et le Jihad islamique lancent des raids de commandement naval contre des cibles israéliennes sur la côte et en mer ne peut être exclu, les centaines de sous-mariniers qu’ils emploient peuvent servir de dockers sous-marins transportant des armes dans la bande de Gaza.

 



 
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr