Un pacte de défense constructif américano-israélien devrait être fondé sur des valeurs partagées et des intérêts stratégiques partagés, en élargissant la coopération stratégique bilatérale gagnant-gagnant pour les deux pays.

Un pacte de défense efficace entre les États-Unis et Israël devrait renforcer l’autonomie et l’indépendance d’Israël, plutôt que sa dépendance à l’égard des États-Unis.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Un pacte de défense utile entre les États-Unis et Israël devrait renforcer la position de dissuasion israélienne au carrefour de la Méditerranée, de l’Europe et de l’Afrique, ainsi que du terrorisme mondial, de la prolifération des technologies balistiques et nucléaires et des éruptions militaires tectoniques imprévisibles. Le rôle d’Israël est doublement critique à un moment où la posture de dissuasion de l’Europe s’effondre rapidement.

Un pacte de défense bénéfique entre les États-Unis et Israël devrait étendre davantage le bras stratégique des États-Unis – grâce aux capacités éprouvées d’Israël – sans autres porte-avions et troupes américaines au Moyen-Orient.

Un pacte de défense américano-israélien valable devrait souligner le rôle d’Israël en tant que laboratoire des industries de défense américaines le plus rentable et éprouvé , améliorant les performances militaires, la recherche et le développement, la production, les exportations et l’emploi des forces armées américaines. L’expérience de combat israélienne unique a profité aux opérations militaires américaines en améliorant la formulation des tactiques de combat et de la manœuvrabilité des États-Unis.

L’objectif premier d’un pacte constructif américano-israélien de défense n’est pas de défendre Israël, mais de faire face aux menaces et défis mutuels tels que les menaces conventionnelles et non conventionnelles des Ayatollahs de l’Iran, le terrorisme islamique sunnite mondial, l’émergence de nouveaux régimes voyous au Moyen-Orient, des menaces mortelles , imprévisibilité violente et manque de fiabilité du Moyen-Orient, nécessité de maintenir un avantage technologique militaire et commercial, etc.

Un pacte de défense efficace entre les États-Unis et Israël ne doit pas restreindre la liberté d’Israël de mener une action militaire unilatérale d’autodéfense contre des menaces claires et présentes, ce qui a renforcé la position de dissuasion d’Israël et a ainsi transformé l’État juif en une tête de pont des plus fiables des États-Unis. En liant les mains militaires d’Israël, on affaiblirait la position de dissuasion d’Israël, réduisant ainsi sa contribution aux intérêts américains.

Par exemple, les bombardements israéliens de réacteurs nucléaires irakien et syrien en 2007  au mépris de l’opposition américaine ont sauvé le monde de la colère de Saddam Hussein et d’Assad , épargnant aux États-Unis un affrontement nucléaire lors de la guerre du Golfe de 1991. Les États-Unis s’opposèrent à la guerre préventive d’Israël de 1967 contre une offensive arabe unifiée, mais dévastèrent le dirigeant égyptien pro-soviétique, Nasser, qui s’efforça de renverser les régimes pro-américains du Golfe Arabe. Il a privé l’URSS d’une rare manne tout en épargnant un coup dévastateur aux États-Unis, alors que les États-Unis dépendaient en grande partie du pétrole du golfe Persique.

Les pactes de défense n’étouffent pas les actions militaires unilatérales, comme l’indique le Traité de l’ OTAN qui stipule (article 4): «Les parties se consulteront chaque fois que, de l’avis de l’une d’entre elles, l’intégrité territoriale, l’indépendance politique ou la sécurité de Les partis sont menacés.

Un pacte de défense précieux entre les États-Unis et Israël a pour objectif de faire face aux menaces et aux défis relevant du contexte régional et mondial au sens large, et non du conflit israélo-arabe et de la question palestinienne, qui n’ont jamais été la cause principale de la turbulence régionale. Les discussions arabes – n’ont jamais été une priorité absolue de la marche arabe.

L’objectif d’un pacte de défense impérieux entre les États-Unis et Israël ne doit jamais concerner les troupes américaines aux frontières israéliennes, ni la détermination des futures frontières israéliennes, ni aucune référence au retrait israélien des hauteurs stratégiques des chaînes de montagnes de Judée-Samarie (berceau des Juifs). Un tel recul ferait passer Israël d’un actif stratégique à un passif stratégique.

Un pacte de défense mutuellement avantageux entre les États-Unis et Israël devrait être axé sur:

* Une augmentation substantielle – qualitativement et quantitativement – des stocks militaires américains pré-positionnés en Israël (déploiement rapide dans les zones de conflit; bénéficiant de la sécurité et de la maintenance israéliennes et disponible pour Israël – et reconstitué après des guerres);
* Améliorer le partage du renseignement, en tirant parti du réseau unique de renseignements israéliens;
* Renforcer la coopération en matière de lutte contre le terrorisme et d’opérations spéciales;
* Expansion des exercices militaires conjoints;
* Fournir à Israël un accès à des systèmes militaires plus sophistiqués, afin de les tester dans des conditions de combat, tout en préservant son avantage militaire qualitatif.
* Amélioration des installations portuaires d’Haifa et d’Ashdod afin de pouvoir accueillir le 6ème aéroport américain ainsi que sa flotte et son porte-avions. Ils sont plus proches des zones de conflit que les ports européens, fournissant à la marine américaine une plate-forme plus efficace de manœuvres, de maintenance et de réparation;
* L’établissement d’une série de fonds bilatéraux à l’instar de la réussite de la Fondation bilatérale BIRD , limitée aux industries autres que celles de défense. Ils stimuleront le développement et la fabrication en commun de systèmes militaires avancés par des entreprises et des sous-traitants de défense américains et israéliens compatibles (en s’appuyant sur l’état d’esprit et les innovations révolutionnaires d’Israël) dans les domaines de l’espace et des satellites spatiaux, de l’aérospatiale, des missiles défense, cyberdéfense, intelligence artificielle, communications, ordinateurs, systèmes sans pilote et robotique, électro-optique.

Des relations productives américano-israéliennes – et la propre sécurité nationale d’Israël – incitent Israël à rejeter le déploiement de troupes américaines à ses frontières.

En outre, aucun traité ne devrait être perçu comme une implication automatique de l’armée américaine au nom d’Israël. Tous les traités des États-Unis sont ouverts à tous, conformément à la Constitution des États-Unis, qui confère aux présidents des États-Unis le pouvoir d’éviter la pleine mise en œuvre des traités / garanties.

Par exemple, dans une note du 15 novembre 2001 à la Maison-Blanche , le ministère de la Justice déclara que le président des États-Unis avait le pouvoir constitutionnel discrétionnaire de mettre fin ou de suspendre unilatéralement, en totalité ou en partie le traité ABM de 1972 entre les États-Unis et l’URSS sans chercher à se coordonner avec le Congrès. , chaque fois que le président estime qu’il est dans l’intérêt national de le faire.

En 1985 et 1986, le président Reagan a suspendu unilatéralement ses engagements en matière de sécurité envers la Nouvelle-Zélande et a mis fin au traité d’amitié avec le Nicaragua. En 1979, le président Carter a mis fin unilatéralement au traité de défense mutuelle avec Taiwan lors de l’établissement de relations diplomatiques avec la Chine.

L’article 5 du traité de l’OTAN prévoit également des voies d’évacuation: «Les parties conviennent qu’un attentat armé dirigé contre un ou plusieurs d’entre eux sera considéré (e) comme une attaque contre eux…. Chacune d’entre elles […] assiste la ou les parties ainsi attaquées (s) en prenant immédiatement (…) les mesures qu’elle juge nécessaires [soulignement], y compris le recours aux forces armées [une option, mais pas une obligation….]. »

Selon l’Université hébraïque, la professeure Michla Pomerance ; «Un traité ne peut jamais impliquer plus qu’une promesse contingente et provisoire d’utiliser la force à l’avenir…. Les engagements en matière de défense des États-Unis… se caractérisent généralement par le manque de précision, le manque de spécificité et le refus explicite de toute obligation automatique de recourir à la force… afin de maintenir les options américaines ouvertes et de préserver son pouvoir discrétionnaire absolu pour décider si et comment racheter sa promesse…. Ce qui constitue une «interprétation» pour le promettant peut fort bien être considéré comme une «violation» par la promesse…. La décision d’un président d’exécuter – ou de ne pas exécuter – un engagement international dépend de son évaluation – et non de celle du promis -. Chaque engagement international des États-Unis permet la non-mise en œuvre future, conformément aux intérêts des États-Unis et à la Constitution américaine… »

En conclusion, un pacte constructif américano-israélien en matière de défense devrait être consacré au renforcement de la coopération mutuellement bénéfique, gagnant-gagnant, dans les deux sens face aux menaces mutuelles régionales et mondiales, et non par la réintroduction de mesures unilatérales. relations de rue. En outre, il ne devrait faire aucune référence au retrait d’Israël de hauteurs critiques – ce qui est irréversible – en échange d’un engagement militaire américain, qui est réversible.

IMPORTANT :

Nous subissons actuellement une censure abusive de notre Page Facebook . Par sécurité nous avons mis en ligne une autre Page de secours, veuillez la liker et la faire connaitre à vos amis et proches au cas ou l'actuelle sera fermée.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur nos photographies. Si vous avez identifié une photo sur laquelle vous possédez des droits, vous pouvez nous contacter et demander de cesser d'utiliser l'adresse e-mail: [email protected]

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !