Quelques heures après que le parti Otsma Yehudit et les membres du Likoud aient demandé une demande de disqualification des partis arabes. Depuis la liste commune arabe a lancé la campagne sous le slogan « Lutte partagée, avenir partagé », qui a débuté ce mardi soir à Tel Aviv.

Dans la liste créée pour les prochaines élections, qui inclut les partis Hadash et Tali, et Balad, les hauts responsables ont déclaré que « la coopération entre le public arabe et juif déclenche une lutte commune. Nous lutterons contre le gouvernement de droite pour l’égalité pour la société arabe et la démocratie pour tous ».

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Quelques heures avant le lancement de la campagne, des membres juifs de Otsma Yehudit, dont Itamar Ben Gvir, ainsi que neuf membres du comité du Likoud, ont déposé une requête auprès de la Cour suprême pour obtenir l’annulation de la liste commune arabe. Selon leur déclaration, « en appel, des dizaines de preuves ont été présentées qui soutenaient leurs voix dans le meurtre de Juifs, réclamaient la libération de tous les terroristes emprisonnés dans l’État d’Israël, soutenaient la lutte violente menée par des organisations terroristes et cherchaient à changer le caractère de l’État ». Les appelants soutiennent que les représentants de la liste devraient être rejetés pour incitation au racisme, soutien à une organisation terroriste et déni de l’existence d’Israël en tant qu’État juif.

Le lancement de la campagne de la liste commune a attiré des candidats de tous les partis figurant sur la liste, ainsi qu’une centaine d’activistes et de militants de tout le pays. Les intervenants ont exposé leurs points de vue sur des questions brûlantes pour la société arabe, telles que la nécessité d’éradiquer les organisations criminelles et de réglementer la construction, aux côtés de toutes les questions israéliennes telles que la recherche d’une paix juste entre les deux peuples et la fin de « l’occupation ».

Le président, Ayman Odeh, a déclaré aux participants à la réunion qu’il croyait en un partenariat arabo-juif. « Ce partenariat a plusieurs origines et un intérêt commun : la paix et l’égalité, la démocratie et la justice sociale. Tout le monde comprend que la paix est bonne non seulement pour les Arabes, mais pour tout le monde, et qu’il n’y a pas de démocratie sans égalité. Ce sont nos valeurs communes ici. »

« Nous sommes venus à Tel-Aviv pour faire passer un message : rien ne ressemble aux Juifs qui savent ce qu’est une minorité persécutée », a poursuivi Odeh. « Après la loi nationale, nous sommes une minorité persécutée. S’il y a une minorité que le premier ministre a tout le temps mise contre lui, et il se dira que même s’il n’est pas d’accord avec tout, qu’il restera à nos côtés et appuiera la liste commune. Le gouvernement pourrait être remplacé. « 

Le président a également ajouté que « selon le dernier sondage, nous recevons un mandat de la moitié du public juif ». Pour nous, mais nous serons fermes. Les survivants de l’Holocauste qui ont des problèmes financiers – même si nous ne votons pas, nous serons avec eux. « 

Odeh a évoqué la relation des partis arabes avec le Premier ministre : « Netanyahu connaît notre pouvoir, il l’a éprouvé de plein fouet dans les années 1990. Il ne surveille que les caméras des bureaux de vote arabes. Les colons qui volent des terres et votent à 100% ne vérifient pas. Netanyahu a peur de nous. Nous voterons à plus de 65% et vous serez hors du pouvoir », a-t-il menacé.

Vous pouvez partager cet article avec les conditions suivantes :

infos israel sos netivot cqvc israelchrono rakbeisrael

Pour accéder à tous nos sites sur un SEUL site, rendez vous sur Alyaexpress-News.com !