Il semble que beaucoup aurait bien voulu rencontrer le Mr gros bras Benalla, afin d’accuser le gouvernement français en place et surtout les Juifs…

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

C’est le cas de Jean-Luc Mélenchon qui revient sur l’expulsion dont il se dit victime, de la part de la Ligue de Défense Juive, avec selon ses propos 9 autres membres de la France Insoumise (A la Benalla), lors de la marche silencieuse en hommage à Mireille Knoll.

Le pro-palestinien a lancé un appel à témoins sur sa page Facebook dans un incident passé au milieu de l’affaire Benalla :

APPEL À TÉMOIGNAGE

“C’était le jour de la marche silencieuse en hommage à Mireille Knoll assassinée la veille dans un crime antisémite. Une blessure inoubliable pour moi : dix parlementaires LFI ceints de leur écharpe tricolore venus à l’appel de l’Assemblée Nationale cosigné par tous les présidents de groupe sont expulsés par une milice, la Ligue de défense juive.

Celle-ci avait prévenu dès la veille sur ses sites et réseaux qu’elle nous empêcherait d’être là. Le CRIF avait jugé bon de dire que nous n’étions pas bienvenus au contraire du fils de la malheureuse victime. Donc aucune surprise n’était possible. Nous avions alerté la préfecture de police et le ministère de l’Intérieur, à plusieurs reprises, pour que notre liberté et sécurité soient garanties.

Pourtant sur place dès que nous sommes sortis du bar où était notre lieu de rendez-vous en face du carré de tête de la marche qui avait changé de place, nous fumes encerclés, insultés, bousculés. Les pires injures sexistes furent adressées à nos collègues Danielle Obono, Clémentine Autain et Caroline Fiat. La seule action de « la sécurité » fut de nous demander de partir.

On sait aujourd’hui que l’homme qui me pressait de partir « au nom de la sécurité » était le commissaire Mizerski dont j’apprends à présent qu’il était chargé de la relation entre l’Elysée et la police. Je ne le savais pas à ce moment-là. Mais le fait est là : un policier en lien direct avec l’Elysée se trouve à mes côtés pour me demander de partir de la marche. Lui ou un autre (je ne me souviens plus) m’avait informé auparavant que quatre agents avaient été assignés à notre protection. Comme il insistait pour que nous partions, je lui dis qu’il était là pour assurer notre sécurité pas pour me dire ce que je devais faire et encore moins pour m’expulser. Le ton était froid des deux côtés compte tenu du contexte. Je lui dis que c’était à lui de faire partir la vingtaine d’énergumènes qui nous encerclaient. Quelques instants plus tard nous devions partir sous la montée de la bousculade physique. Première scène incompréhensible.

Puis le service d’ordre de la LDJ obtenait de la police la protection de madame Le Pen et son retour dans la marche. Les vidéos abondent qui la montrent en train de franchir un cordon de police encadrée par les miliciens traversant la chaine de la police qui s’ouvre pour eux. Qui était là ? Vous pouvez regarder ?

Compte tenu du contexte qui apparait avec l’affaire Benalla toute cette scène prend dans mon esprit une tournure plus étrange encore. C’est pourquoi j’appelle à témoignage. Photos et vidéos devraient permettre de savoir qui était là ce jour-là dans les gens qui dirigeaient les « forces de l’ordre » et qui était dans les rangs des assaillants. Des photos de face du rang des assaillants seraient utiles. Et peut-être davantage ceux qui se trouvaient derrière nous. Notamment la personne qui a essayé de frapper Éric Coquerel sur la tête.

Peut-être pourrais-je mieux comprendre la nature si étrange du moment et des décisions qui permirent de nous expulser de la marche. Qui commandait ? Quelles informations et consignes circulèrent entre la police et l’Élysée du fait de la présence physique à mes côtés de l’homme qui faisait le lien direct avec l’Elysée et dont j’ignorais la fonction.

Je rappelle que toute cette situation et l’assaut de la LDJ furent fermement condamnés à la tribune de l’Assemblée dans une communication solennelle en ouverture de la séance par le président de l’Assemblée en personne.”

Jean-Luc Mélenchon

Une remarque à faire sur cet article ? Notre site existe grâce à une équipe de bénévoles, voulez vous en faire partie ? ❣️

❣️ SOUTENEZ INFOS-ISRAEL.NEWS ❣️

9 COMMENTS

  1. Moi je lance un appel à témoin pour savoir qui est le garde du corps à qui Merluche a dit « Jettes moi ça », pour expulser brutalement un journaliste de C à vous, qui a osé lui demander s’il pensait pouvoir gagner sans Benoit Hamon …

  2. Ce qui s’est passé est totalement scandaleux. Je ne vote pas pour Mélenchon, je ne l’aime pas, mais là, je lui donne entièrement raison.

  3. Melanchon semble avoir les mêmes couilles que Jacque Chirac en son temps, aucune chance qu’il se laisse prendre au petit jeu de Netanyahu.

  4. Quel manipulateur,il veut rejouer la présidentielle,il est tellement convaincu que c’était lui… mdr
    Naïf de JLM,tu peux toujours rêver, dans 4 ans tu seras toujours là à te lementer..
    Bon courage Tonton
    Et il est où le programme économique

  5. Plus sérieusement, décodage de la dernière frasque médiatique merluchonne :
    A force de taper sur un p’tit gars issu des quartiers populaires à l’ascension fulgurante, et à voir ses troupes (Obono) poser tout sourire face à l’objectif en grande amitié et connivence avec MLP, il était devenu urgent de faire bonne mesure en tapant sur n’importe quel fusible juif (via oumma.com) pour remonter vite fait sa côte auprès de cet électorat potentiel … qui doit commencer à se poser sérieusement des questions !

  6. La LDJ fachiste doit être dissoute avant que le pire arrive pour elle.Mélenchon sera le prochain président de la république, cela ne fait aucun doute.

  7. Il y a de grandes chances que Jean Luc Melenchon devienne le prochain président français

Laisser votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.