Illustration

Une nouvelle étude de l’Université de Tel Aviv révèle que le syndrome de fibromyalgie, une affection chronique caractérisée par une douleur, une fatigue et des difficultés cognitives généralisées, peut être une conséquence de la détresse physique et psychologique post-traumatique associée à des abus sexuels dans l’enfance.

La recherche suggère que les survivants d’abus sexuel dans l’enfance qui développent une fibromyalgie pourraient être efficacement traités avec une oxygénothérapie hyperbare, l’application d’une pression hyperbare associée à une augmentation de l’apport en oxygène à des tissus privés d’oxygène.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le site du Kiff : Tout ce que vous ne savez pas sur les avantages en Israel et ses découvertes, rendez vous sur Rak Be Israel !

La nouvelle étude fait partie d’une collaboration en cours entre TAU, l’Université de Haïfa et le Centre médical Assaf Harofeh, qui étudie de nouvelles stratégies thérapeutiques permettant de traiter les victimes d’abus sexuels durant leur enfance. Il a été mené par le Professeur Shai Efrati de la Faculté de médecine Sackler de la TAU et de la Faculté de neuroscience Sagol et directeur du Centre de recherche et hyperbare Sagol du Centre médical Assaf Harofeh et publié en ligne dans Frontiers in Psychology le 14 décembre 2018.

«Nous savons maintenant qu’un stress émotionnel sévère, tel que celui provoqué par un abus sexuel, peut provoquer des lésions cérébrales chroniques», explique le professeur Efrati. «Ces blessures au cerveau, qui ne guérissent pas, peuvent expliquer certains troubles physiques et psychologiques à long terme, comme la fibromyalgie.

«Nous savons aussi maintenant que la fibromyalgie s’enracine dans la partie du cerveau responsable de l’interprétation de la douleur. En utilisant de nouvelles technologies d’imagerie cérébrale, nous avons pour la première fois identifié les zones du cerveau touchées par un traumatisme.

«Nous pensons que nos résultats servent d’explication aux résultats souvent limités d’une intervention psychologique, qui ne permettent pas une réparation physiologique du tissu cérébral endommagé», poursuit le professeur Efrati. « L’étude montre que lorsque ces blessures au cerveau sont traitées avec une oxygénothérapie hyperbare, la neuroplasticité peut être induite et les symptômes cliniques associés améliorés de manière significative. »

En deux ans, 30 femmes atteintes de fibromyalgie et présentant des antécédents d’abus sexuel dans l’enfance ont été assignées au hasard à l’un des deux groupes de traitement : 60 séances d’oxygénothérapie hyperbare ou de psychothérapie. Après les séances d’oxygénothérapie hyperbare, les participants ont signalé une amélioration significative de leur qualité de vie, y compris des symptômes de fibromyalgie et du trouble de stress post-traumatique.

Les résultats cliniques ont été accompagnés par une amélioration de la fonctionnalité cérébrale, observée lors des examens d’imagerie nucléaire du cerveau (SPECT) et de nouveaux examens par IRM (IRM-DTI).

«Bien que certaines régions du cerveau aient déjà été associées à la fibromyalgie et au TSPT, la corrélation que nous avons trouvée a également ajouté de nouvelles connaissances sur la fonction cérébrale», explique le Dr Amir Hadanny, de TAU, de l’Université Bar-Ilan et du centre médical Assaf Harofeh, co-auteur de l’étude. « A l’avenir, nous espérons pouvoir diagnostiquer les troubles » psychologiques « par le biais d’une imagerie cérébrale objective. »

Selon l’étude, la capacité de se souvenir d’un abus sexuel n’est en aucun cas une condition préalable à un traitement efficace de la fibromyalgie en cas d’abus sexuel dans l’enfance. «Dernièrement, nous avons vu des femmes du mouvement #MeToo savoir qu’elles étaient harcelées et maltraitées sexuellement mais ne pouvaient pas se souvenir des détails de l’attaque», a déclaré la professeure Rachel Lev-Wiesel de l’Université de Haifa, co-auteur étude. «Notre nouvelle approche démontre que le fait de ne pas pouvoir se souvenir d’événements traumatiques est une limitation biologique plutôt que émotionnelle.

«L’exposition répétée à des événements traumatiques crée la nécessité de supprimer ces événements», poursuit le professeur Lev-Wiesel. «Biologiquement, cela signifie que les zones du cerveau responsables de ces souvenirs sont en train d’être fermées afin de faire face à la réalité. C’est peut-être la raison pour laquelle les survivants sont incapables de se rappeler les détails ou l’événement traumatisant lui-même ».

Les scientifiques étudient actuellement de nouvelles interventions précoces pour les victimes d’abus sexuels durant leur enfance.

Par respect, et contrairement à de nombreux sites, nous avons toujours refusé de donner les emails de nos lecteurs et abonnés aux annonceurs de publicité qui spamment vos boites emails . Nous avons opté pour l'anonymat de Google et donc nos revenus pour la continuité du site sont très limités. Pour cela et si vous aimez nos sites (Infos Israel News et Rak Be Israel, la Roulotte du Hayal, et Israel Chrono -ANTI BDS ) , soutenez nous , c'est important ! 

❣️ SOUTENEZ L'EQUIPE D'INFOS-ISRAEL.NEWS ❣️

C'est important et urgent :

POUR UN DON LIBRE 

  • Vous pouvez aider par PAYPAL : cliquezICI
  • Vous pouvez aider par carte bancaire : cliquez ICI 
  • Vous pouvez envoyer un chèque : Alyaexpress-News . 509 TD Netivot 87820 - Israel

Merci à tous. Toute l’équipe d'Alyaexpress-News - Infos Israel.News.

 

 

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.