« Les chrétiens hurlent la nuit pour que les juifs ne boivent pas le sang de leurs enfants » : un voyage dans la communauté cachée en Ethiopie

Docteur Malka Shabtai, depuis 40 ans vous êtes engagé dans la recherche et le travail avec les juifs éthiopiens. Cette semaine, le film « NAFKOT, un désir », que vous avez réalisé sur les communautés juives cachées du nord de l’Ethiopie, a remporté le prix du meilleur documentaire juif film au Festival des Films du Monde de Cannes, peut-être le plus proche de remporter le Festival de Cannes officiel. Comment s’est concrètement nouée votre relation avec les communautés ?

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

« J’ai décidé de rencontrer ces membres de la communauté à Addis-Abeba, et ils m’ont dit exactement ce qui était écrit dans l’article à l’époque – ils ont décrit des synagogues cachées, ont dit qu’ils avaient essayé de contacter des responsables d’Israël et des États-Unis et ont décrit leur vie. J’ai décidé de retourner en Israël pour consulter sur la façon de les aider, et après des conversations avec des membres de la Knesset, des gens de la communauté et des rabbins – le message était qu’il n’y avait aucune demande pour entendre parler d’une autre communauté juive en Éthiopie. J’ai été choqué et j’ai décidé de partir seul pour enquêter et vérifier le problème.

« Les communautés que j’ai visitées sont obligées de faire semblant de l’environnement chrétien qui les persécute, alors ils marchent avec des croix. J’ai participé à la relocalisation de toute une communauté. Dans la région de Kachana, les chrétiens hurlent la nuit comme des hypocrites, pour empêcher les Juifs de boire le sang de leurs enfants. Choquant.

 

« Après environ deux ans de recherche et de recrutement de partenaires au profit de mon apprentissage du sujet, j’ai tenu une réunion dans le quartier Kachana d’Addis Abeba, où vit la communauté, où les riverains m’ont dit qu’ils étaient prêts à raconter leur histoire au peuple juif, afin, éventuellement, de retourner en Israël, parce qu’ils se sentent une partie inséparable du peuple juif. »

En effet, dans la zone générale de Semena qu’Ava, vivent plusieurs communautés, que vous recherchez et avec lesquelles vous êtes en contact.

« C’est vrai. La première est la communauté de Kachana, à Addis-Abeba. Il y a des artisans là-bas, ainsi que des pilotes, des avocats, des banquiers et des enseignants. La deuxième partie de la communauté est située au nord d’Addis-Abeba, dans la ville de Debra Barhan Là, les membres de la communauté vivent dans une enceinte isolée et travaillent principalement dans le fer et la poterie. Ils souffrent également d’un phénomène selon lequel ils sont appelés «boda», un stigmate social dans la version éthiopienne, que nous développerons plus tard. La troisième communauté se trouve dans le village d’Inwari, à cinq heures d’Addis-Abeba. Ils souffrent également de harcèlement et vivent principalement du tissage, de la poterie et de la forge. Au total, ce sont environ 150 mille personnes qui appartiennent à cette communauté. »

Il faut comprendre, cette communauté vit dans la clandestinité, et vous en avez pris connaissance lors d’une de vos visites là-bas, dans une de leurs synagogues.

« C’est à deux jours en jeep de la capitale Addis, sur des routes non goudronnées. J’étais entouré de paysages, sans touristes. Je suis le seul étranger à avoir été autorisé à entrer dans cinq de ces synagogues cachées. Quand la juive de la reine est tombée , la communauté était tenue de créer une stratégie de survie, donc un ensemble de 45 synagogues, temples, le long de la rivière Jama a été construit, de sorte que la connexion géographique entre eux soit un moyen d’évasion, à côté d’une grande synagogue pouvant accueillir 200 000 personnes. Les gens au cas où toute la communauté devait se cacher. Quand les gens vieillissent et ne peuvent plus subvenir à leurs besoins en tant qu’artisans, ils déménagent pour vivre dans les synagogues cachées.

Partie intégrante du peuple juif. Une vue des villages de la communauté, photo : Malka Shabtai

« En plus de cela, les communautés que j’ai visitées doivent faire semblant au milieu chrétien qui les persécute, alors elles marchent avec des croix, par exemple, parce qu’elles sont persécutées : elles peuvent sortir et se faire lapider. Personnellement, j’ai même participé à la relocalisation de toute une communauté.

« Une autre stratégie de la clandestinité se caractérise par le fait que l’ancienne génération a décidé de ne pas partager avec la jeune génération l’histoire juive jusqu’à la fin, les coutumes et l’héritage. Ce n’est que lorsque les jeunes grandiront qu’ils pourront aller à la des synagogues cachées. »

Hanté dans tous les sens du terme, il rappelle des temps plus sombres.
« L’un des adultes là-bas m’a dit que les chrétiens ‘aiment nos métiers, portent nos vêtements, utilisent nos outils, mais nous haïssent’ et les sorciers. sang des enfants. À Kachana, il y a une rivière qui sépare la population juive du reste des habitants. Les chrétiens hurlent la nuit comme des hypocrites, pour les empêcher de boire le sang de leurs enfants. C’est un spectacle choquant.

Pourquoi, selon ces voisins, attribue-t-on réellement ces qualités aux Juifs ?
« Parce que ceux qui s’occupent du feu sont considérés comme ayant des pouvoirs. Chaque fois qu’il y a un enfant malade parmi les chrétiens, ils viennent chercher le bouc émissaire parmi les juifs. C’est une vie dans laquelle vous vivez dans une stigmatisation continue, dans une traumatisme, de telle manière que vous vous sentez psychologiquement vaincu. »

Meurtre à la maison de mariage

Il faut aussi mentionner leurs coutumes, qui sont très intrigantes.
« A la tête de chaque communauté de Seine Shaoua se trouvent un « père » et une « mère ». Les pères mentionnent le rôle des prêtres et des pleurants, qui préservent la tradition de la communauté. C’est un modèle incroyable. Il y a aussi des personnes âgées et des orphelins, et la communauté les soutient et les protège. Les coutumes sont de Rishon, comme mentionné. Ils sont près d’une rivière pour maintenir la pureté, ils observent strictement le Shabbat, il est interdit de rire ou de parler pendant le Shabbat. Une cérémonie de la vache rousse y est également organisée une fois par an.

« L’origine de la cérémonie se trouve dans un livre dans le désert, et la communauté que j’ai rencontrée y fait très attention. Jusqu’à il y a environ 30 ans, il y avait encore des vaches rouges, mais lorsqu’on ne les a plus trouvées, ils ont continué à tenir la cérémonie en même temps, avec les mêmes règles, avec les changements nécessaires, car c’est le cœur de garder leur tradition. En fait, c’est une cérémonie liée à la purification de l’impureté des morts, et ceux qui étaient en contact avec une personne décédée passer par la cérémonie.

Avra Tshuma, le héros du film, photo : Malka Shabtai

« En Terre d’Israël, cette cérémonie a eu lieu neuf fois, et les croyants prétendent que la prochaine fois qu’elle aura lieu , ce sera la venue du Messie. Si vous voulez, c’est le symbole le plus puissant du judaïsme de la venue du Messie, et la construction du Temple, et donc il y a aussi tout un folklore autour de cette vache. En général, il y a une extrême rigueur là-bas concernant la pureté et Nida. Le vendredi soir, ils prient en arabe, se baignent dans la rivière et se changent en vêtements de Shabbat. . Chaque Shabbat, enfants, femmes et adultes chantent des chansons et prient en hébreu et en amharique. Après cela, ils font le kiddouch. C’est un fort sentiment d’appartenance.

Vous décrivez être extrêmement prudent sur le Shabbat, mais d’un autre côté, il n’y a vraiment pas d’horaires ou de transports en commun organisés, ce qui leur permettrait d’arriver à l’heure de leur travail pour garder le Shabbat.
« C’est pourquoi chaque temple a un ‘mofar beit’ à proximité, du mot hébreu ‘mefar’. Ainsi, ceux qui enfreignent les lois du Shabbat n’entrent pas dans le temple le Shabbat. Ils restent dans le ‘mofar beit’, les portes sont verrouillés et ils entrent le Shabbat. Avec l’anjara, et seulement le soir du Shabbat, les portes s’ouvrent et il est possible de reprendre l’activité.

Au centre de votre film, qui sera projeté le 15 août à Inbal, le centre ethnique, les spectateurs découvrent l’histoire d’Avra Tschuma, 28 ans, qui vit avec sa famille à Addis-Abeba. Il veut compléter les parties manquantes de son identité juive, qui lui étaient cachées même par sa mère. Pourquoi, en fait, cette dissimulation se produit-elle ?
« Avra est un artiste et un avocat. Je l’ai rencontré à travers ses œuvres d’art, Judaica. L’une des stratégies de la communauté est de ne pas exposer les petits enfants à ses coutumes, et de ne pas permettre l’accès aux synagogues cachées. Ils savent qu’ils sont Beta Israel, et qu’ils sont persécutés, mais les coutumes religieuses uniques ne leur sont pas révélées jusqu’à ce qu’ils deviennent adultes.

« Ils observent strictement le Shabbat, même rire n’est pas autorisé. Quiconque a été en contact avec une personne décédée, passe par une cérémonie de la vache rouge. En Terre d’Israël, cette cérémonie a eu lieu neuf fois, et les croyants affirment que la prochaine fois, le Messie viendra. C’est un symbole fort dans le judaïsme.

« Lors du premier voyage de tournage du film, nous sommes allés à la synagogue, ‘gadam’ dans la langue locale, et lors de la réunion qui a eu lieu dans le village d’Invari, nous avons entendu des témoignages de personnes. Soudain Avra ​​s’est levé et s’est présenté comme quelqu’un qui a grandi dans la région, comme quelqu’un dont la famille a fui les lieux et dont l’identité est une question très sensible. Il a également demandé aux personnes présentes. Qui sommes-nous, pourquoi souffrons-nous et sommes-nous persécutés ? Qu’ont dit nos ancêtres nous parler de Jérusalem ? Avra a demandé aux participants de partager leurs témoignages avec lui. Les habitants ont dit, par exemple, que la haine et l’hostilité étaient si graves, au point qu’une mariée et un marié ont été assassinés le jour de leur mariage, dans la maison de mariage, par les chrétiens. – pour qu’ils n’aient pas de progéniture. C’est un témoignage choquant. »

La vision : retourner à Jérusalem

Comment le leadership spirituel des juifs éthiopiens en Israël répond-il à leur situation ?

« J’ai eu l’occasion de parler avec Kasim, des rabbins éthiopiens, pour essayer de comprendre où ils se situent par rapport à la question. Lorsque j’ai atteint l’un des principaux Kasim, il a demandé pardon pour avoir abandonné leurs frères. Plus tard, Kasim m’a rejoint dans Ethiopie, et à notre retour il a signé une déclaration selon laquelle ils font partie intégrante de Beta Israel. Je crois que l’Etat d’Israël s’est endormi sur ses gardes et a oublié de traiter cette question sérieusement. C’est pourquoi j’ai décidé d’apporter leur histoire au monde. Petit à petit je me suis rendu compte que j’avais entre les mains des matériaux qui sont les droits des âmes. Il ne me reste plus qu’à utiliser ce film comme un levier pour la lutte.

stratégie de survie. Un temple caché à Semeen Shawa, photo : Miki Deli

« Je veux qu’ils soient reconnus comme une communauté juive dans la diaspora, comme il y en a en Amérique, au Brésil et en Éthiopie. La nation d’Israël a été perdue partout dans le monde, et je suis heureux d’avoir une référence forte de Jérémie le prophète , qui nous donne un texte sociologique qui prédit ce qui se passe de nos jours. Il dit : « … qui a élevé et qui a apporté la semence de la maison d’Israël du pays du nord et de tous les pays où les exilés étaient là et se sont installés sur leur terre « . Ainsi, selon lui, ils doivent être amenés sur la terre d’Israël en tant que partie inséparable du peuple juif. « 

« Jérémie est à droite, et à gauche est assis le professeur Sergio Della-Pergola, un démographe du peuple juif, qui estime que si les processus continuent comme ils le font concernant la définition de qui est juif, l’attitude envers les mariages mixtes , le dialogue infructueux entre les conformistes et les conservateurs – en 2050, il n’y aura pas de majorité juive en Israël, et il n’y aura pas de masse critique de personnes juives dans le monde en 2100. Ces communautés sont donc l’avenir de la communauté juive. personnes.Chaque fois que j’entends qu’il y a environ 15 millions de Juifs dans le monde, je souris, je ris et je ressens de la douleur dans mon ignorance – parce que le potentiel du peuple juif est bien plus grand.Le peuple d’Israël et l’État d’Israël devraient dérouler un tapis rouge pour ces communautés, leur demander pardon de les avoir abandonnées et en faire une partie inséparable de l’État d’Israël. »

Les communautés que vous avez rencontrées sont-elles déjà intéressées à monter ?
« La vision ultime est de retourner à Jérusalem, et ils croient que cela arrivera le moment venu. Pour le moment, ils ne sont pas hystériques ou paniqués à propos de l’Aliya. Ils sont rationnels et comprennent que cela prend du temps. Pour ma part, j’attends les retours du Président de l’Etat d’Israël après avoir visionné le film, et j’attends des rencontres avec le Ministre de la Diaspora, Sharet Immigration et Absorption et le Ministre des Religions. Je travaille également avec le leadership spirituel des Juifs éthiopiens en Israël. En attendant, ma vision est d’ouvrir une école hébraïque là-bas pour renforcer la communauté et son lien avec l’État d’Israël. Bientôt, je lancerai également un programme de volontariat israélien en Éthiopie.

« Quand j’entends qu’il y a environ 15 millions de Juifs dans le monde, je ressens la douleur de l’ignorance – parce que le potentiel du peuple juif est beaucoup plus grand. Le peuple d’Israël et l’État d’Israël devraient dérouler un tapis rouge pour ces communautés, implorez leur pardon et faites-en une partie intégrante d’Israël. »

« L’une des choses incroyables qui nous ont été attribuées, grâce au maire d’Addis-Abeba, Adnets Ababa, et au travail sans fin du chef de la communauté, Belaina Tzebko, est un terrain dans le but d’établir un cimetière juif, une synagogue et un centre communautaire – et à cette fin une campagne a été lancée pour collecter des ressources. C’est un événement historique. Le président Herzog, étant le président de l’Agence juive, m’a dit que dès qu’il y a un terrain désigné pour un cimetière et un synagogue – c’est un progrès significatif qui ne peut être ignoré. »

Double vie

Il y a ceux qui doutent de leur judéité, parce qu’ils ne connaissent pas toutes les fêtes israéliennes, par exemple. Il y a aussi ceux qui ne sont pas d’accord et prétendent que ce n’est pas du tout une communauté qui appartient aux descendants de Beta Israel. Que diriez-vous de cela ?

« Je suggère aux visiteurs d’abord d’étudier et de connaître la communauté en profondeur, comme je l’ai fait lors de mes voyages, et de ne pas juger à distance et d’un lieu d’ignorance. J’ai de la documentation, des documents, des photos et des photographies de le film qui est la meilleure preuve de l’histoire de la communauté. D’ailleurs, en même temps que le film était en préparation, nous avons écrit avec des membres de la communauté et un professeur. Son histoire a été ajoutée depuis les États-Unis.

Dans une perspective plus large, en novembre dernier, le gouvernement a approuvé l’arrivée de milliers d’immigrants d’Éthiopie dans le cadre de l’opération « Construire Israël », et environ 750 millions de shekels ont été investis dans cette affaire. En faisons-nous assez pour eux ?

« Zur Israel soulève ceux qui attendent à Addis-Abeba et à Gondar. À l’époque où Ariel Sharon était Premier ministre, j’ai rédigé un rapport sur la question et appelé l’État à traiter la question sans délai. À ma grande joie, aujourd’hui, le ministre de l’immigration et de l’intégration Panina Tamno-Sheta achève la tâche. Soit dit en passant, pour moi, le traitement comprend également la mise en place de lignes rouges – qui est éligible et qui ne l’est pas. La communauté avec laquelle je travaille actuellement à Semeen Shawa se distingue dans sa formation, dans sa connexion progressive au judaïsme moderne, mais dans toute l’Éthiopie, il existe de nombreuses autres communautés de Beta Israel qui se sont assimilés au christianisme, vivent une double vie, se cachent et souffrent. « 



Je rappelle à tous les lecteurs qu’il y a trois sites liés à la société d'informations de défense d'Israel de la société reconnue Alyaexpress-News 1) Le site Infos Israel News avec le lien Telegram à partager : Lien Telegram à partager : https://t.me/infoisraelnews Lien du site Infos Israel à partager : https://infos-israel.news/
  2) Le site RAK BE ISRAEL pour les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel, pas forcément que la guerre et les attentats, mais aussi les nouvelles decouvertes technologiques, medicales, écologiques, ...et les bons conseils pour nos olim de France ! Lien du site Rak Be Israel à partager : https://rakbeisrael.buzz/
  3) Le site CQVC est plus dans la recherche, les analyses, et les preuves que l'Autorité palestinienne n'a jamais vraiment existé...de quoi vous defendre sur les groupes anti-sionistes, à mort les fakes news ! Lien du site à partager : https://cqvc.online/
  4) Rendez vous aussi sur le site de la société Alyaexpress-News qui réunit les infos de tous nos sites en même temps : Lien du site à partager : https://alyaexpress-news.com/
  5) Et le site Ougasheli pour ceux qui aiment la pâtisserie et la cuisine juive , des recettes qui sont illustrées et expliquées par Sabrina qui est une amoureuse de la bonne cuisine et la pâtisserie fine … Lien du site à partager : https://ougasheli.com/
  6) N'oubliez pas de faire votre shopping sioniste sur Israel Chrono : produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables ! Lien du site à partager : https://israelchrono.com/
  7 ) Cependant nous pensons aussi à nos lecteurs qui veulent se faire connaitre et qui auront la possibilité sur ce groupe d'Alya de 3600 personnes dont nous sommes administrateurs de poster un lien pour votre publicité afin de vous aider dans votre parnassa et votre alya ( les liens des groupes télégram sont interdits) Lien du groupe Alya sans langue de bois : https://www.facebook.com/groups/746330378765450 Partagez nos liens , c'est la seule chose que nous vous demandons en retour, nous ne demandons pas d'argent , pas de conditions , juste partager !
 
🟦 ANNONCE 🟦