Les frais du livre de Lehi Lapid , la femme du Premier ministre auraient été payés par des fonds publics.

Une organisation publique, financée par des fonds publics, dont le ministère des Affaires étrangères, est à l’origine de l’accord de vente des droits mondiaux de traduction d’un livre écrit par l’épouse du nouveau Premier ministre, Lehi Lapid.

La semaine dernière, il a été annoncé qu’un accord avait été signé pour la vente des droits de traduction du livre de Lapid, « Zarot » (Keter Publishing), en anglais et dans d’autres langues. C’est la plus grande maison d’édition américaine, Harper Collins, qui a acquis les droits de traduction du livre. Selon les estimations du marché du livre, le volume de la transaction atteint au moins 100 000 dollars et est considéré comme important dans l’industrie israélienne.

Rejoignez moi sur la Newsletter, Telegram et Facebook 

Newsletter
Telegram
Facebook

Bien qu’apparemment une transaction entre des parties privées, l’institution qui a promu et négocié l’accord est « l’Institut israélien de littérature hébraïque » – une association publique dont toutes les sources budgétaires proviennent du gouvernement, et une partie importante d’entre elles du ministère des Affaires étrangères.

Il y a quelques mois, un contrat a été signé entre Lehi Lapid et l’institut, qui sert d’agent dans le monde entier. L’institut est celui qui a rédigé l’accord avec Harper Collins, et entre autres placé le livre de Lapid en première place dans son catalogue avant la Foire du livre de Londres – où les droits de traduction ont été proposés à la vente. Cela a été fait alors que Yair Lapid était ministre des Affaires étrangères. Il est important de noter qu’il existe une variété d’agences privées qui promeuvent la littérature israélienne à l’étranger, et de nombreuses agences à travers le monde qui représentent des écrivains d’Israël, et Lapid a eu l’occasion d’essayer de contacter une agence qui ne dépend pas de fonds publics.

Premier des 22 écrivains
L' »Institut israélien de littérature hébraïque » a été créé dans les années 1960 par le ministère des Affaires étrangères, dans le but de promouvoir la littérature israélienne dans le monde. Jusqu’à il y a quelques années, le ministère des Affaires étrangères était celui qui finançait directement l’activité. Au cours de la dernière décennie, la plupart des financements publics proviennent du ministère de la Culture, mais entre les trois organismes – l’Institut, le ministère des Affaires étrangères et le ministère de la Culture – des relations de travail directes et permanentes continuent d’exister.

« Les relations étrangères dans le domaine de la culture sont établies en coordination et en coopération avec la division du Département de la culture et des sciences (KASHOM) du ministère des Affaires étrangères, qui est responsable des accords généraux binationaux dans les domaines de la culture, de la science et de l’éducation », a déclaré le site Web du ministère de la Culture .

Selon des documents du registre des associations, le soutien du ministère de la Culture à l’institut est d’environ un million de shekels par an, soit environ la moitié de son budget. En outre, le Département d’État verse à l’Institut des remboursements substantiels en fonction de l’activité. L’un des projets financés par le Département d’État concerne les foires internationales du livre. Par exemple, en octobre 2021, le ministère des Affaires étrangères a financé les activités de l’institut à la Foire du livre de Francfort pour 350 000 NIS.

Toujours en avril 2022, une foire internationale du livre a eu lieu, cette fois à Londres. En préparation de cette foire, « l’Institut israélien de littérature hébraïque » a publié un nouveau catalogue. Le livre de Lapid, intitulé « On Her Own » dans le catalogue, a été présenté dans le catalogue à la première place sur 22 livres – devant des auteurs tout aussi respectés, c’est le moins qu’on puisse dire, comme Eli Amir et Sami Bardugo.

Les efforts de promotion de l’institut ont été couronnés de succès – et en conséquence, un accord a été conclu entre l’institut, Lapid et Harper Collins, une partie du produit de la transaction allant également dans les coffres de l’institut. Il convient de noter que Harper Collins est l’un des plus grands éditeurs de livres au monde, avec une mise en page internationale et des sièges à New York et à Londres.

Lehi Lapid a déclaré la semaine dernière en réponse à l’accord qu’elle était « très excitée que mon livre, qui est à la fois personnel mais aussi tellement israélien, atteindra les gens du monde entier et racontera notre histoire ici ». Israel Today, cependant, a appris que l’épouse du ministre des Affaires étrangères de l’époque était consciente des nombreux problèmes liés à la promotion de son livre par un institut financé par des fonds publics.

Sigalit Gelfand, directrice de l’Institut israélien de littérature hébraïque, a confirmé les détails lors d’une conversation avec Israel Today, et a même admis qu’elle et Lapid étaient au courant des problèmes de sa représentation à l’institut.

« L’institut est une association complètement indépendante, qui remporte parfois des appels d’offres du département d’État », explique Gelfand. « S’il y a une chose que Lehia Lapid a dit, c’est qu’elle ne veut rien avoir à faire avec le ministère des Affaires étrangères. Le livre a été rigoureusement testé et jugé approprié par des personnes qui n’ont rien à voir avec le gouvernement ou le ministère des Affaires étrangères. »

Cependant, Gelfand a admis qu’elle et Lapid avaient compris que l’accord entre eux pouvait être problématique. « Léhi et moi ne fermons pas les yeux. Par conséquent, l’accord avec elle a été examiné à tous les niveaux, même par des avocats, car elle était l’épouse du ministre des Affaires étrangères. Mais est-ce pertinent pour le lecteur ?  »

« Au final, tout est payé de la même poche »
Les sources impliquées dans les détails ont rejeté les propos de Gelfand et ont déclaré à « Israel Today » que « même s’il n’y avait pas de financement direct du ministère des Affaires étrangères pour la foire à Londres, à la fin, tout est payé de la même poche. L’institut a embauché des gens pour lire le livre et écrire une opinion dessus. L’institut est celui qui a préparé le catalogue et mis Lihi Lapid en tête. « C’est peut-être casher, mais ça doit puer. »

Une autre source a noté le fait qu’en Israël et dans le monde, des agences privées opèrent pour promouvoir et commercialiser la traduction de la littérature hébraïque. « On ne sait pas pourquoi Lapid a choisi d’utiliser l’institut financé par l’État alors qu’elle savait que c’était problématique et qu’elle avait d’autres options. »

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré: « Le ministère des Affaires étrangères n’est pas un organisme de soutien à l’Institut de traduction de la littérature hébraïque (Institut israélien de littérature hébraïque). L’accord a été conclu en privé par Leahy Lapid et la société qui le représente, selon à toutes les règles et après un examen juridique approfondi tel que requis. « Le ministère de la Culture et des Sports a déclaré: » L’Institut israélien de littérature hébraïque « Par le ministère de la Culture et des Sports sur la base de tests de soutien égaux. Le ministère a aucune autorité pour s’immiscer dans les décisions professionnelles de l’institut, et ne participe donc en aucune façon à la discussion ou à la sélection du livre en question, ou de tout autre livre. »

Lapid du bureau du Premier ministre a répondu: « L’engagement a été pris selon toutes les règles et après une enquête judiciaire approfondie comme il se doit. L’institut n’a pas payé et n’est pas censé payer un seul shekel à Lapid, et même la traduction a été faite aux frais de Lapid. Si le livre est vendu à l’étranger, comme dans ce cas, alors Lapid reçoit un pourcentage de ce que l’institut reçoit de l’éditeur à l’étranger. Lapid est heureux que le livre ait été distribué à l’Institut de littérature hébraïque, qui a été créé pour introduire et promouvoir l’hébreu et la littérature aux lecteurs du monde entier grâce à la traduction d’œuvres israéliennes dans de nombreuses langues. Lapid est heureux que le livre atteigne de nombreux lecteurs à travers le monde qui pourront découvrir cette histoire israélienne.  »

Notre canal Telegram en temps réel est devenu privé pour des raisons de sécurité, pour le rejoindre veuillez vous rendre avec ce lien : https://t.me/+SHjkfg13uJlbAcnk


Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/