L’Autorité palestinienne lance un appel au boycott après qu’Israël ait décidé de retenir plus de 500 millions de NIS en impôts aux Palestiniens à cause de la politique de Ramallah consistant à verser des allocations aux terroristes et leurs familles.

Les dirigeants palestiniens basés à Ramallah ont formé un comité chargé de créer une liste de produits israéliens destinés à interdire dans les marchés palestiniens, a déclaré jeudi le vice-président du Fatah, Mahmoud al-Aloul.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le site du Kiff : Tout ce que vous ne savez pas sur les avantages en Israel et ses découvertes, rendez vous sur Rak Be Israel !

« La décision a été prise en réponse à la décision prise dimanche par le cabinet de sécurité israélien d’autoriser la retenue de 500 millions de NIS (138 millions de dollars) sur les recettes fiscales de l’Autorité palestinienne », a déclaré Aloul à Voice of Palestine.

La décision du cabinet de sécurité était une initiative visant à commencer à appliquer une nouvelle loi permettant à Israël de retenir de l’argent sur les taxes de Ramallah pour les paiements versés par l’Autorité palestinienne aux prisonniers de sécurité et aux familles des terroristes tués.

Israël perçoit tous les mois les taxes de vente, les droits de douane et les taxes d’accise pour le compte des Palestiniens et les transfère aux coffres de l’Autorité palestinienne.

Lors d’un appel téléphonique, le membre du Comité exécutif de l’OLP, Wasel Abu Yousef, a confirmé les commentaires de M. Aloul.

Aloul a déclaré que le comité chercherait à identifier les produits israéliens qui ont des alternatives locales. La plupart des produits importés en Judée Samarie et dans la bande de Gaza proviennent d’Israël.

Samir Abdullah, chercheur principal à l’Institut de recherche sur les politiques économiques palestinien et ancien ministre de l’AP, a déclaré qu’il n’y avait pas d’alternative locale à la majorité des produits israéliens importés sur les marchés palestiniens.

 » Il existe des substituts palestiniens à un certain nombre de produits israéliens, à savoir des produits alimentaires, des produits laitiers et des vêtements  » , a- t-il déclaré au Times of Israel .  » Mais il n’y a pas de substitut palestinien à la plupart des produits israéliens, tels que le ciment, les matériaux de construction et autres. »

Aloul a également déclaré que l’Autorité palestinienne avait décidé d’envoyer une lettre de plainte au président français Emmanuel Macron concernant la décision israélienne de retenir des impôts. La France a parrainé des négociations entre Israël et l’Organisation de libération de la Palestine dans les années 1990, qui ont abouti à la signature du Protocole de Paris, annexe aux Accords d’Oslo qui définissent l’État juif et les liens économiques de l’Autorité palestinienne.

Les propos d’Aloul interviennent un jour après que le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, ait déclaré que les Palestiniens n’accepteraient aucune des taxes perçues par Israël au nom de l’Autorité palestinienne si elle ne transférait pas le montant total à Ramallah.

 » Au nom du peuple palestinien et de ses dirigeants, j’annonce le rejet de cette décision injuste « , a déclaré Abbas lors d’une réunion au siège présidentiel de l’Autorité palestinienne mercredi.  » J’affirme… que tous nos fonds arrivent ou que nous n’accepterons pas un sou. »

Si l’Autorité palestinienne agissait de la sorte, elle pourrait se retrouver dans une situation financière désespérée, car elle rejetterait sa plus grande source de revenus.

Citant des responsables palestiniens, Reuters a rapporté dimanche qu’Israël facturait et transférait actuellement 800 millions de NIS (222 millions de dollars) de taxes à l’Autorité palestinienne chaque mois. Avi Dichter, président du comité de la défense de la Knesset, a déclaré qu’Israël distribuerait la retenue d’impôt sur les impôts pendant 12 mois, ce qui signifie qu’environ 5% des 800 millions de NIS seraient conservés chaque mois.

Un haut responsable palestinien a insisté mardi sur le fait que l’Autorité palestinienne ne pouvait pas arrêter ses paiements aux prisonniers de sécurité ou aux familles des assaillants morts, affirmant qu’un tel geste constituerait un  » suicide politique « .

 » Ces paiements sont l’un des problè-mes les plus sensibles de la société palestinienne « , a déclaré le responsable, qui a requis l’anonymat, au Times of Israel.  » Si l’Autorité palestinienne s’en débarrassait, ce serait un suicide politique, compte tenu en particulier de la situation politique difficile dans laquelle se trouve le     pays « .

Une enquête publiée en juillet 2017 par le Centre palestinien de recherche et d’enquêtes sur les politiques a révélé que 91% des Palestiniens étaient opposés à l’arrêt des paiements.

Outre Abbas, plusieurs responsables palestiniens ont condamné Israël pour sa décision de retenir des fonds, affirmant que la décision israélienne constituait une  » piraterie  » des fonds palestiniens.

Les responsables israéliens ont défendu la mesure, affirmant que la politique de l’AP consistant à payer des prisonniers de sécurité et à des terroristes, ce qui encourage la violence et le terrorisme.

❣️ SOUTENEZ L'EQUIPE D'INFOS-ISRAEL.NEWS ❣️

 

 

2 COMMENTS

  1. Ces tueurs qui touchent des pensions ne dont pas des terroristes mais des militaires palestiniens en mission . C’est ce qui me semble évident .

  2. Aucun accord israel palestinien n’autorise des militaires palestiniens déguisés en civils à tuer des juifs .
    En leur versant une pension , l’autorité palestinienne reconnaît implicitement que ce sont des militaires palestiniens déguisés en civils , donc israel doit tenir l’autorité palesti’inné responsable de ces meurtres et le faire payer .

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.