L’événement qui changera l’histoire du Moyen-Orient

Que demandions-nous, sinon la reconnaissance de notre droit de vivre, de s’épanouir et de mourir un jour de vieillesse, si possible sur la terre de nos ancêtres? Faut-il refuser aux Juifs le droit fondamental auquel tant d’autres peuples ont droit ?

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

« Un Juif n’a-t-il pas des mains, des organes, des sens, des affections, des passions ?… Si vous nous piquez, ne saignons-nous pas ? Si vous nous chatouillez, ne rions-nous pas ? » Pendant combien de temps le discours de Shylock du Marchand de Venise sera-t-il pertinent, de génération en génération, pour toujours ? Mais c’est tout, ça change et un jour comme aujourd’hui est un pas de géant vers le changement. Deux États arabes, les Émirats arabes unis et Bahreïn, tous deux membres à part entière de la Ligue arabe, qui se sont toujours opposés à notre existence même viennent à Washington pour signer un accord de paix avec nous. Oui, c’est exceptionnel.

C’est émouvant parce que cela se fait fièrement, ouvertement et avec joie – et pas seulement de notre côté, mais aussi du leur. Oui, c’est un énorme changement, un changement radical, que nous espérions. Reconnaissance d’Israël non pas parce qu’ils n’avaient pas d’autre choix, mais d’une paix dans laquelle le voisin arabe se rend compte que de bonnes relations avec son voisin israélien amélioreront la vie de ses enfants ainsi que la nôtre.

J’entends des gens essayer de minimiser l’importance de l’événement, et je suis désolé, car c’est la paix pour nous tous. Et c’est la paix, pas la normalisation. Je vois combien d’entre nous traduisent tout en petite politique, mais c’est vraiment un événement majeur. Quel Israël en quête de paix peut rester indifférent ou apathique aux images de la pelouse de la Maison Blanche ? Oui, même pendant une pandémie et au bord du verrouillage, nous sommes autorisés à nous réjouir, car cet accord contient beaucoup d’espoir et beaucoup d’avenir, en particulier au stade où nous en sommes actuellement. Pandémie économique ? Pensez aux milliards qui seront investis ici à la suite de cet accord. Et ils le seront.

L’Égypte sous Anouar Sadate et la Jordanie sous le roi Hussein nous ont donné des accords qui nous ont ému, mais c’était une paix froide qui n’a pas touché la vie des gens. Au Caire et à Amman, on nous a demandé d’être discrets, même s’ils ne l’avaient pas admis. Je me souviens de la critique d’Israël de la part des manifestants libéraux de la place Tahrir. J’ai également entendu beaucoup de colère à propos de l’accord de paix à Amman. Nous n’avons pas besoin de nous attarder sur les accords d’Oslo. Nous voulions croire, mais nous savions qu’ils n’avaient aucune chance.

Publicité 

Cela n’a pas empêché nos médias de s’exciter et d’annoncer un «nouveau Moyen-Orient». En fait, c’était le vieux Moyen-Orient, mais le faucon s’était déguisé en colombe. Quiconque osait critiquer ou, Dieu nous en préserve, manifester contre les accords était qualifié de belliciste ou d’ennemi de la paix. Plus de 1 000 de nos citoyens ont payé de leur vie pendant la deuxième Intifada. Des bus explosaient en Israël et là-bas, ils distribuaient des bonbons.

Mais cette fois, avec nos amis du Golfe dansant un hora festif à la perspective de la paix, il est difficile de ne pas remarquer le groupe de sceptiques qui essaient de gâcher la fête en se concentrant sur les F35 qui font soi-disant partie de l’accord  ou déclarez absolument que nous avons renoncé à toute application de souveraineté en Judée, en Samarie et dans la vallée du Jourdain, ce qui n’est pas tout à fait exact. La souveraineté est importante pour nous et elle viendra.

Personnellement, je suis excité aujourd’hui. Je me souviens de mes visites à Abu Dhabi, Dubaï et Bahreïn au début des années 90. Je me souviens des fêtards saoudiens qui ont traversé le pont vers le petit Bahreïn. Je me souviens de la charmante famille Nunu qui m’a invité à la prière chez eux. Tout cela avec un passeport français. Aujourd’hui, nous pouvons visiter avec nos passeports bleus, ceux avec le symbole de la menorah.

Oui, c’est passionnant, et pas parce que cela ne s’est pas produit dans le passé. C’est excitant parce que cette fois, ce sera fait en plein air, pas dans une arrière-salle. Paix à la lumière du jour. Je me souviens de mes précédentes visites à Abu Dhabi, lorsque je revenais après avoir couvert la guerre en Irak, et dès que je suis arrivé, je me suis senti plus à l’est, car j’ai vu un «ennemi» beaucoup plus facile et plus tolérant. Mais quelqu’un devait cultiver cet arbre et cueillir le fruit autorisé, le fruit de la paix. Le Premier ministre Netanyahu est celui qui l’a fait.

Alors les gens disent : c’était facile et ne demandait aucun effort. Absurdité. J’étais l’ambassadeur en Mauritanie, et nous avions un drapeau et une ambassade là-bas, mais les Mauritaniens ne voulaient pas d’une cérémonie publique comme celle-ci. Ils ont toujours voulu faire profil bas, même en matière de paix. Aujourd’hui, pour la première fois, nous verrons deux États arabes signer un accord de paix avec nous, en plein jour et avec amour. Du moins, c’est le sentiment que les journalistes envoyés à Abu Dhabi ont eu à leur retour. Les gens disent que le Soudan et le Maroc sont les prochains sur la liste. Et l’Arabie saoudite se joindra, et à partir de là, les livres d’histoire diront qu’une fois, il y a longtemps, les Juifs et les Arabes étaient en guerre.

Nous n’en sommes pas encore là et nous avons un long chemin à parcourir. Le Hamas, le Hezbollah, la Syrie et l’Iran (qui n’est pas un État arabe) sont loin d’éradiquer le Shylock. Mais les événements d’aujourd’hui changent l’histoire. Oui, nous pouvons également dire un immense merci aux dirigeants des États du Golfe, au président américain Donald Trump, ainsi qu’à l’un de nos diplomates – Benjamin Netanyahu.

Très bel article de Boaz Bismuth, rédacteur en Chef de Israel Hayom et traduit en français par nos soins.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦