Vingt-six d’entre eux sont rentrés en Inde le 14 juillet. Deux sont maintenant en Iran, toujours bloqués à bord du pétrolier depuis plus de six mois, dont une grande partie a jeté l’ancre au large des Émirats arabes unis. Le pétrolier de La Dominique est au centre d’une action en justice aux États-Unis contre le Corps des gardiens de la révolution islamique iranienne. L’équipage affirme avoir été détourné et emmené en Iran.

Comment est-ce arrivé ?

Il s’agit de la troisième partie d’une enquête du Jerusalem Post sur la disparition de ce pétrolier, après que le site Web Tanker Trackers ait révélé qu’il avait éteint son transpondeur et que des photos par satellite l’avaient mystérieusement présenté près de l’île iranienne d’Ormuz le 7 juillet.

Maintenant, selon le site et le magazine de sécurité en mer, l’équipage annonce qu’ils ont été atatqués à la  » pointe du fusil »  et obligés d’ancrer leur bateau le 6 Juillet. Nous avons déjà documenté qu’un navire ravitailleur battant pavillon aux EAU a rencontré le golfe Sky pendant 58 minutes le 5 Juillet.

L’équipage a parlé de manière anonyme au Safety at Sea. Ce témoignage fournit de nouveaux détails. L’administration maritime du Commonwealth de la Dominique n’a dit aux États-Unis que le pétrolier avait disparu le 13 juillet, qu’une semaine après sa disparition. Maintenant, l’équipage dit que des hommes «lourdement armés» sont montés à bord du navire et les ont éloignés des eaux.

Il est très inhabituel que des pirates le fassent au large des Émirats, l’une des voies navigables les plus fréquentées au monde pour les pétroliers. Il y a une pléthore de moyens de sécurité provenant de marines américaines, françaises, britanniques et autres dans ce domaine, y compris de grands navires de guerre, ainsi que des drones qui surveillent la région pour le trafic d’armes iraniennes vers le Yémen.

En bref, le fait que des hommes armés soient censés monter à bord du grand pétrolier Suezmax de la taille d’un million de barils, la situation est grave et cela conduit à des questions sur qui a piloté le navire en Iran.

Les hommes armés sont montés à bord du navire déguisés en «géomètres». L’équipage dit avoir été mis au courant d’une inspection à venir le 2 juillet. On leur a dit de préparer les moteurs, ce qui a soulevé des soupçons. L’équipage était rassemblé dans une pièce habituellement utilisée pour les repas et y était gardé. Certains ont été ligotés et ont prétendu avoir été torturés. Le navire a quitté son mouillage juste après minuit le 6 juillet et est arrivé dans les eaux iraniennes le 7 juillet.

L’équipage a été retenu en otage sur le navire jusqu’au 14 juillet, date à laquelle les pirates de l’air les ont étonnamment débarqués après un nouveau voyage en voilier de 14 heures. De là, les hommes ont pris un bus pour un aéroport et ont trouvé 26 billets pour l’Inde qui les attendaient. Quelqu’un avait utilisé leur passeport pour leur garantir des billets. Les deux membres d’équipage qui ont été laissés pour compte avaient des documents périmés.

L’incident est censé être toujours sous enquête. Il manque de clarté car il ne semble pas y avoir de préoccupations majeures aux Émirats arabes unis quant à la disparition du navire. Il a fallu plusieurs jours aux membres de la famille de l’équipage pour contacter les autorités portuaires des Émirats arabes unis à Khor Fakkan et faire accepter aux autorités locales de retrouver le pétrolier.

On ne sait pas non plus si l’équipage sera un jour dédommagé. L’article dit que leurs «certificats de décharge» sont toujours à Khor Fakkan aux Emirats Arabes Unis parce que le navire était censé être «arrêté» par la garde côtière. Il n’est pas clair si le navire restera désormais en Iran ou à qui appartiendra le navire. Une société écran du CGRI avait apparemment tenté de l’acheter l’année dernière, déclenchant le cas américain, mais le paiement de 12 millions de dollars a été saisi par les États-Unis.

Le sort de l’équipage est maintenant alerté par des groupes de défense des droits de l’homme. Les pays impliqués, y compris l’Iran, où l’équipage a apparemment transité sans problème, n’ont pas expliqué comment un navire détourné avec des «pirates» s’est soudainement retrouvé dans les eaux iraniennes. Les détails de base, tels que l’endroit d’où les hommes se sont envolés pour rentrer chez eux en Inde et où se trouvent les deux autres membres d’équipage, ne sont pas clairs. Ce qui est clair, c’est qu’un gros pétrolier a disparu pendant dix jours et s’est présenté en Iran – et c’est un pétrolier au cœur d’une affaire américaine relative au CGRI.

Le golfe d’Oman a connu d’autres controverses au cours de la dernière année. En mai et juin 2019, six navires ont été minés dans le Golfe et un drone américain a été abattu. Les États-Unis ont également interdit trois expéditions d’armes au Yémen en provenance d’Iran.

🔯Visitez nos autres sites🔯

✔️RakBeIsrael.buzz :   Les bonnes nouvelles d’Israël et les meilleurs conseils ✔️Ougasheli.com : Les recettes faciles pour toute la famille et les gourmands ! ✔️CQVC.online : Ce qu'on vous cache sur les médias (contre la désinformation) ✔️Alyaexpress.News : Tous nos sites réunis ✔️SOS NETIVOT : Toutes nos opérations avec la Roulotte du Hayal (soutien à Tsahal) ✔️IsraelChrono.com : Vos achats pour booster les petites entreprises israéliennes

Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr