Le Bahreïn est gouverné par une monarchie sunnite, et le prochain traité de paix avec Israël en fait  le premier pays à majorité chiite au Moyen-Orient à établir des relations diplomatiques complètes avec Israël, depuis la chute du Shah à Téhéran dans le cadre de la révolution iranienne en 1979.

En fait, la majorité chiite dans le pays est importante, d’où le défi interne important qui attend le roi Hamed. Ce qui peut illustrer cela, ce sont les deux sujets d’actualité (Trending Hashtags) sur le réseau Twitter à Bahreïn, immédiatement après la publication de l’accord de normalisation avec Israël – et en contraste presque complet avec ce qui s’est passé aux Émirats arabes unis :

La dernière décennie a été très difficile pour la maison royale de Manama. Depuis le printemps arabe en 2011, la maison royale de Manama a du mal à faire face à une minorité qui contrôle la majorité. Dans le cadre de la manifestation, le régime a eu du mal à contrôler la rage de la rue -et ceux qui, comme prévu, sont venus en aide au roi sunnite sont l’Arabie saoudite. Ceci, à partir d’une compréhension claire que Riyad n’est pas intéressé par un pays avec un dirigeant chiite dans la péninsule arabique.

En revanche, à Téhéran, ils espéraient que la rue bahreïnite réussirait à renverser le régime et qui sait ? Peut-être que l’Iran atteindra également sa 14e province de cette manière – et plus encore de l’autre côté du golfe Persique.

À cette fin, les Gardiens de la révolution ont tenté en février 2011 d’envoyer des munitions, des explosifs et des armes aux cellules terroristes qui ont été tués malgré eux dans une tentative infructueuse.

Pourtant, le régime de l’ayatollah en quête de terreur ne l’a pas arrêté. Il dirige le Hezbollah, dirigé par Hassan Nasrallah, pour former un «mandataire» au sein de la nation insulaire à majorité chiite. Par conséquent, le 10 avril 2013, Bahreïn est devenu le premier pays arabe à interdire le Hezbollah.

Plus tard, une organisation politique locale qui s’oppose à la monarchie, au nom de la « Coalition des jeunes de la révolution du 14 février » apparemment innocente, est expulsée, et son chef, qui est décrit comme pro-démocratique, déménage à Beyrouth – et reçoit des conseils politiques du Hezbollah.

De plus, un autre mouvement politique important interdit en juillet 2016 est al-Waqf, et tous ses actifs ont été confisqués. Son personnage important est un chef spirituel nommé Ayatollah Issa Qassem, et il est considéré comme le représentant du chef suprême de l’Iran Ali Khamenei à Bahreïn. La maison royale de Manama a réalisé que c’était une « bombe à retardement ». Ils lui ont refusé la citoyenneté – et il a été expulsé vers l’Iran. Toutes ces actions n’ont pas empêché Nasrallah et ses hommes qui utilisent des civils chiites extrémistes locaux pour faire fonctionner des cellules terroristes locales, et même leur fournir une formation dans leurs camps au Liban.

Le 6 août de cette année, le ministère de l’Intérieur de Bahreïn, dirigé par l’ancien chef d’état-major Rashid bin Abdullah, qui s’est félicité de l’accord avec Israël, a annoncé qu’il avait déjoué deux tentatives du Hezbollah de faire passer en contrebande des engins explosifs d’Iran vers l’île.

Dans le même temps, bien que le Hezbollah soit l’échelon intermédiaire entre le commandant de la Force Qods du révolutionnaire Guid Ismail Kaani et les cellules terroristes de l’organisation à Bahreïn, il existe également des organisations qui se considèrent comme un organe distinct – comme les bataillons d’al-Ashtar. L’organisation, qui considère le régime des ayatollahs en Iran comme son patron, a mené des dizaines d’attaques terroristes à Bahreïn – mais est loin des capacités du Hezbollah.

L’attaque la plus grave qu’il a menée a eu lieu en mars 2014 – au cours de laquelle deux policiers locaux et un officier des Émirats arabes unis ont été tués.
« Depuis la révolution islamique, l’Iran a tenté de saper la stabilité du régime de Bahreïn », a déclaré à Israel Today le Dr Michael Barak, chercheur principal à l’Institut international de politique antiterroriste de l’IDC. Les Iraniens, a-t-il dit, « ont trois cercles d’influence en Iran. Le premier est le ‘soft power’ – le soutien aux associations caritatives chiites à Bahreïn.

Le second est le soutien aux mouvements d’opposition chiites, et le troisième est le renforcement des organisations terroristes modèles du Hezbollah. »
Le Dr Barak ajoute que «les Iraniens veulent vraiment renverser le régime bahreïni, afin d’expulser les nombreuses forces américaines. Le conflit dans ce cas est politique et non religieux. « 

Parallèlement, Bahreïn encourage vivement les pays du monde entier à définir le Hezbollah comme une organisation terroriste. Le 25 février 2019, le ministère des Affaires étrangères de Manama a félicité la Grande-Bretagne pour la libération de l’organisation terroriste chiite, ajoutant que « c’est une étape importante dans la lutte contre le terrorisme régional et international.

Le Hezbollah constitue une menace réelle pour la paix et la sécurité mondiales ». Attendu que, le 19 juillet 2019, le ministère bahreïni des Affaires étrangères a félicité l’Argentine pour une démarche similaire, répondant : «C’est une nouvelle étape dans laquelle la communauté internationale avance pour reconnaître le danger que représente cette organisation terroriste».

Dr Barak, pensez-vous que les Israéliens de Bahreïn deviendront la cible du terrorisme iranien ?
« Les Iraniens amènent des combattants sur des bateaux à Bahreïn, et je crains que les Israéliens de Bahreïn ne deviennent une cible iranienne. Cependant, pour cette mission, il y a un échange de délégations de sécurité pour s’occuper de tous les arrangements », conclut le chercheur principal.

Nous avons lancé une chaîne officielle Telegram avec les informations les plus importantes et les articles les plus intéressants. Rejoignez le lien:  https://t.me/infoisraelnews

🔯Visitez nos autres sites🔯

✔️RakBeIsrael.buzz :   Les bonnes nouvelles d’Israël et les meilleurs conseils

✔️Ougasheli.com : Les recettes faciles pour toute la famille et les gourmands ! ✔️CQVC.online : Ce qu'on vous cache sur les médias (contre la désinformation) ✔️Alyaexpress.News : Tous nos sites réunis ✔️SOS NETIVOT : Toutes nos opérations avec la Roulotte du Hayal (soutien à Tsahal) ✔️IsraelChrono.com : Vos achats pour booster les petites entreprises israéliennes
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr