L’ONU commémore les réfugiés juifs du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord

Mercredi, au siège de l’ONU à New York, la Mission israélienne auprès de l’ONU a organisé un événement à la mémoire des réfugiés juifs d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient, en coordination avec JIMENA (Juifs autochtones du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord). ).

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

De grands ambassadeurs du monde entier, des responsables des Nations Unies et des membres de la communauté ont assisté à cet événement public. L’ambassadeur israélien auprès de l’Organisation des Nations Unies, Danny Danon, Elan Carr, ont également prononcé des discours. sans oublier Sarah Idan, l’ancienne Miss Iraq.

L’événement a eu lieu un jour après la session plénière annuelle de l’Assemblée générale des Nations Unies commémorant l’adoption de la résolution 181 le 29 novembre 1947, intitulée «Plan de partage». Cette journée présente des résolutions mettant en valeur les réfugiés palestiniens, mais qui ignorent les réfugiés juifs.

Dans ses commentaires, l’ambassadeur Danon a déclaré que cette coutume de « nier les droits des réfugiés juifs » constituait une tentative de « les effacer du récit et d’une injustice historique antisémite ».

Pour remédier à cela, l’ambassadeur « proposera une résolution réaffirmant la place que les réfugiés juifs occupent dans l’histoire et garantissant la reconnaissance de leurs droits ». Je ne vois aucune raison légitime pour un État membre de s’opposer à la résolution. L’élection pour commémorer le 30 novembre en tant que journée nationale de commémoration des réfugiés juifs contraints de quitter les pays arabes et l’Iran au XXe siècle n’est pas une coïncidence. C’est le lendemain de l’importante résolution du 29 novembre, où cette institution a reconnu l’importance de la formation d’un État juif en Israël. »

Publicité 

L’Ambassadeur Danon a établi un lien entre le début des hostilités contre le peuple juif à la suite de l’adoption de la résolution 181 et le début de la crise des réfugiés juifs.

«C’est juste après cette annonce que les pogroms et la violence ont forcé les gens à fuir leur domicile. La haine, l’antisémitisme exprimé par les pays n’a rien à voir avec les frontières. L’idée d’un État juif en Israël était suffisante pour raviver la flamme latente de l’antisémitisme et inciter les pays à se retourner contre leurs propres citoyens », a-t-il déclaré.

L’envoyé spécial Carr a déclaré que « pour lutter contre l’antisémitisme, que ce soit en Europe ou ailleurs, nous devons reconnaître que l’antisionisme est antisémite ».

Il a ensuite ajouté: « La haine des Juifs est une haine des Juifs, qu’ils se concentrent sur les Juifs de rue ou les Juifs de la diaspora ou de l’État juif ».

Dans ses commentaires, Sarah Idan a parlé de sa visite en Israël à la suite de la révocation de sa citoyenneté irakienne après avoir publié une photo prise avec Mlle Israël. Elle est allé «en apprendre davantage sur ce petit pays que tant d’États arabes considèrent comme un ennemi et une menace. J’ai été très surpris et particulièrement touché par l’expérience de visiter le musée du patrimoine babylonien à Or Yehuda, qui sert de centre pour honorer le patrimoine et l’histoire des juifs irakiens. Je suis né à Bagdad … et je me sentais très lié aux Juifs irakiens que j’ai rencontrés à Jérusalem et qui m’ont accueilli à bras ouverts et avec tant d’amour, bien que mon pays les ait traités injustement. Je me suis senti submergé lorsque j’ai vu des photos de timbres du gouvernement irakien sur leur passeport portant la mention «sortants – ils ne sont pas autorisés à revenir». Je leur ai dit que j’avais totalement honte.

Dans ses commentaires, il a également affirmé que l’antisémitisme était la cause des réfugiés juifs: «Malheureusement, le chapitre de la vie juive vieux de 3 000 ans en Irak, ainsi que le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, ont connu une fin abrupte et traumatisant et. une grande partie de cela est le résultat de l’antisémitisme.  »

Nathaniel Malka a pris la parole au nom de JIMENA: «Sans mémoire, il ne peut y avoir de vérité; sans vérité, il ne peut y avoir de justice; sans justice, il ne peut y avoir de réconciliation; Sans réconciliation, il ne peut y avoir de paix. Aujourd’hui, nous sommes ici pour nous souvenir. Nous nous souvenons de l’histoire de mes ancêtres et du reste des millions de Juifs qui ont laissé sous la contrainte les terres de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient au cours du siècle dernier. Permettez-moi de vous souhaiter toute la force de votre travail en faveur de la réconciliation, permis par la justice dont vous avez besoin, déterminé avec vérité et construit sur la mémoire que nous avons aujourd’hui et, de plus en plus, chaque jour de l’année.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   
🟦 ANNONCE 🟦