Atmosphère toxique. Des manifestants attaquent et blessent l'inspecteur Ohayon à Jérusalem

La dernière série de menaces et d’incidents violents de la part d’activistes de gauche indiquent une tendance claire : il y a un parti politique qui a perdu tout contrôle et qui fonce vers la catastrophe du pays.

Mardi soir dernier, quelque chose de grave s’est déroulé en Israël. Lors d’une bagarre qui a éclaté lors d’une manifestation de gauchistes à Tel Aviv, plusieurs jeunes hommes ont été légèrement blessés et deux suspects ont été arrêtés.

À partir de ce moment, les médias sont passés en mode « Alerte Info » : des dizaines d’heures de studios ont maculé les slogans de la «droite violente» à l’écran, les gros titres ont crié sur le «meurtre imminent» de manifestants, et bien sûr les politiciens de gauche se sont empressés de verser de l’huile sur le feu.

Yair Lapid a déclaré avec insistance que « la violence et le sang versé hier sont entre les mains de Bibi et de ses messagers ». Un autre membre, Boogie Yaalon, a diagnostiqué qu’il s’agissait d’une « activité terroriste organisée » de « terroristes incités de Balfour ». Zehava Gal-On a partagé sur Twitter un article éditorial original et révolutionnaire de Haaretz qui accusait la droite de « sang sur les mains » et « La violence politique en Israël a une direction : de droite à gauche. » Et bien sûr, Ehud Barak est également venu à la célébration et a déclaré que le manifestant avait été attaqué à Tel-Aviv « par des voyous de droite », sans oublier le message : « Le sang est aux mains du grand instigateur ».

Seule cette réalité a une fois de plus gâché la fête des gauchistes. Jeudi après-midi, il est devenu clair que le juge Anat Yahav a statué que «ce sont deux groupes qui se sont provoqués, je ne sais pas qui a commencé et qui est revenu». Il va sans dire que cette connaissance factuelle, qui réfute totalement toute l’hystérie d’incitation de la gauche, n’a pas reçu un autre couverture comme la précédente.

 

Violence de la gauche

Le rôle de l’hystérie est clair : produire un récit selon lequel les gens de droites sont violents et encouragent la violence. Mais quelle est la vérité ? La vérité est que le principal instigateur de la violence dans ces manifestations est la gauche.

Par exemple, ce n’est que mercredi dernier que nous avons appris l’existence d’une personne suspecte qui a été arrêtée devant le bureau du Premier ministre à Jérusalem avec deux lames de rasoir en sa possession et après avoir lancé des appels menaçants contre le Premier ministre et sa famille.

 

Comme par exemple, la cheville de l’inspecteur Itamar Ohayon a été écrasée par des manifestants au cœur de Jérusalem avant d’être miraculeusement sauvé des griffes de la foule en colère. Dans un entretien avec B’Sheva, l’officier a répété l’incident : « Ce n’est pas une violence normale, ils ont essayé de me tuer. »

Par exemple, la soldate Ortal Daniel, qui a subi des crachats, des cheveux tirés et des insultes dégoûtantes dans le style de «Vous êtes les policiers d’Hitler».

Par exemple, l’agression physique et les insultes des manifestants contre l’équipe de News 13 qui a couvert la manifestation, il est très probable qu’en raison de la présence d’Avishai Ben Haim, identifié comme un homme de droite et portant une kippa.

Par exemple, l’humiliation de Dina Dayan, une militante religieuse de gauche, qui est venue à la manifestation et a souffert d’humiliation et de crachats. Apparemment, il est interdit de venir à des manifestations racistes avec la tête couverte…

Par exemple, un activiste de droite Simcha contre la manifestation a été attaquée et également blessée à Jérusalem.

À Tel-Aviv, par exemple, des manifestants ont brisé des fenêtres, jeté des pierres et scandé «le traître de Netanyahu» .

Et nous ne mentionnerons pas les tentatives de franchissement des barrières et les affrontements difficiles avec les policiers qui reviennent encore et encore.

Incitation et menaces

Cette violence n’est pas accidentelle. C’est le résultat d’une incitation claire et distincte de la part de la gauche. Parmi les organisateurs des manifestations sauvages, nombreux sont ceux qui n’attendent que la violence. Ils la demandent, aspirent à elle et l’encouragent.

Par exemple, parmi les initiateurs des manifestations sauvages se trouve Haim Shadmi, bien connu de la police pour les menaces de meurtre qu’il a proférées contre Benjamin et Yair Netanyahu, et pour le plan de lancer des cocktails Molotov chez le Premier ministre.

Par exemple, un autre membre de la direction des manifestations est Yishai Hadas, qui a récemment été documenté se réjouissant que « le corona revient à un fils de pute, Netanyahu ».

Par exemple, un autre organisateur des manifestations est Amit Lior, qui a promis dans une interview avec Haaretz : « Que la violence vienne, je vais aussi l’aider à arriver ».

Un autre organisateur est Eldad Yaniv, qui a menacé de « descendre dans la rue et ça ressemblera aux États-Unis ici», ou Ehud Barak, qui a longtemps appelé « Mary une citoyenne».

Même parmi les intellectuels et les personnalités culturelles de la gauche, cette haine et cette attente de la violence peuvent être reconnus.

Par exemple, Iris La’al, qui a une chronique dans Haaretz, qui a tweeté en préparation de Ticha Beav, a menacé : « Lépreux de droite, nous prendrons soin de vous si vous nous approchez. »

Par exemple, le professeur Fania Oz-Salzberger, qui dans un tweet sur Twitter a souhaité «de bons citoyens qui les reconnaîtront un par un et leur briseront la mâchoire».

Par exemple, Ephraim Shamir, qui a écrit : « Éliminez le psychopathe, sa femme prostituée dérangée et le fils parasite répugnant. »

Vous pouvez ajouter à toutes les parties de cette liste d’innombrables publications menaçantes et incitatives sur les réseaux sociaux qui marquent une tendance claire : l’atmosphère à gauche est violente et toxique. Comme nous l’avons vu, non seulement ils incitent, non seulement ils souhaitent la violence, et non seulement menacent criminellement, mais ils sont aussi vraiment violents.

Les médias coopèrent bien sûr avec ces méthodes de propagande bien connues de la gauche, cachant la vérité au public et avec une terrible hypocrisie peint la droite avec les couleurs violentes et provocantes qui dépeignent fidèlement les mêmes anarchistes et extrémistes de gauche dans les manifestations sauvages.

Ne mentons pas pour éternellement. Il est autorisé à manifester contre Netanyahu, mais il est interdit d’enfreindre la loi, d’agir violemment, de menacer de meurtre et d’inciter. Il est temps de commencer à prendre au sérieux ces phénomènes délinquants et dangereux.

 



 
Comment ajouter notre site sur l’écran d’accueil de votre téléphone ?
C'est très simple !
– Pour Android :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Tapez sur le menu du navigateur, en haut, à droite de votre écran (3 points sur Google chrome)
Tapez sur « Ajouter à l’écran d’accueil »
– Pour Iphone :
Rendez vous sur notre site : https://infos-israel.news/
Cliquez le bouton « Partager » (carré en bas de l’écran, d’où sort une flèche)
Tapez sur « Sur l’écran d’accueil »
Tapez sur « Ajouter »

Pour le partage des articles sur votre site, contactez nous par avance (seul le lien URL est autorisé): sud.israel@yahoo.fr

Nous respectons les droits d'auteur et faisons un effort pour localiser les détenteurs des droits d'auteur sur les images mais aussi les sources. Si vous avez identifié une photo ou une source sur laquelle vous possédez des droits d'exclusivités, vous pouvez nous contacter et nous ferons le nécessaire pour modifier ou supprimer : sud.israel@yahoo.fr