Le ministre conseiller du ministère israélien des Affaires étrangères, Edwin Yabo, a évoqué le communiqué de l’Argentine sur le conflit avec la bande de Gaza et a souligné : «Nous entretenons de très bonnes relations avec l’Argentine et nous espérons que tous les gouvernements amis comprendront qu’Israël est dans une situation terrible. « 

Dans un entretien avec le journaliste Eduardo Feinmann sur Radio Rivadavia, Yabo a souligné : «Au cours des 72 dernières heures, notre population civile a été victime de 1 500 roquettes lancées depuis la bande de Gaza avec l’intention de tuer des civils israéliens. Ce qu’Israël fait, c’est simplement défendre sa population. « 

-Où êtes-vous, dans quelle ville ?

-En ce moment je suis dans la ville de Modi’in, une ville assez récente d’Israël, entre Tel Aviv et Jérusalem, non loin de l’aéroport.

-Qu’est-ce que d’être un ministre consultatif du ministère des Affaires étrangères d’Israël ?

Publicité 

-C’est simplement un grade diplomatique. Si nous faisons le parallélisme, dans l’armée vous commencez en tant que soldat, puis sergent, premier sergent, etc. et monte l’échelle. C’est l’échelle de la diplomatie, en Israël et partout dans le monde, j’ai déjà 25 ans de carrière diplomatique.

-Etes-vous argentin ?

-En réalité je ne suis pas né en Argentine, mais je suis le diplomate le plus argentin qui soit.

-Combien d’Argentins vivent en Israël ?

-Je crois que la communauté latino en général compte 50 000 personnes, mais si l’on ajoute la deuxième génération, on parle d’un nombre important de personnes qui parlent espagnol. Il y a des listes WhatsApp en espagnol dans chaque ville et village, vous rencontrez des gens de partout qui parlent espagnol et si nous ajoutons les séfarades qui parlent le vieil espagnol, il y a beaucoup de gens qui parlent cette langue.

-Que se passe-t-il là-bas maintenant ?

– En ce moment, nous sommes en pleine confrontation avec l’organisation terroriste du Hamas. Notre population civile a été victime au cours des 72 dernières heures de 1 500 roquettes lancées depuis la bande de Gaza avec l’intention de tuer des civils israéliens. Ce qu’Israël fait simplement, c’est défendre sa population, en plaçant autant que possible les soldats entre les terroristes et la menace des roquettes et des civils ; et nous sommes là en ce moment, au milieu d’un combat.

-Comment ce conflit a-t-il commencé ?

-Ce conflit est en fait déclenché par une série de facteurs qui sont des problèmes intra-palestiniens, par exemple la question des élections. Je ne sais pas si le public le sait, mais Mahmoud Abbas est à la tête de l’Autorité palestinienne pour la 14e ou la 15e année de son mandat de 4 ans. En d’autres termes, il allait organiser des élections pour la première fois depuis plus d’une décennie et il s’est évidemment rendu compte que le Hamas avait de grandes chances de gagner les élections et les a annulées à la dernière minute. Cela augmente la tension et, bien sûr, Israël est blâmé pour l’annulation des élections. Ils blâment Israël pour absolument tout, au lieu d’affronter la réalité de la complexité de la politique palestinienne interne, ils en ont blâmé Israël. Le Hamas aussi pour les questions de Jérusalem, il essaie de se présenter comme le grand défenseur de Jérusalem aux yeux des gens qui les soutiennent, et il a donc décidé d’attaquer Israël sous cette excuse. Malheureusement, c’est la langue au Moyen-Orient de ces groupes terroristes, par la violence, ils essaient d’élargir la base politique.

-Combien de missiles sont déjà tombés ?

-Nous sommes avec plus de 1500 missiles de roquettes qui ont tiré depuis la bande de Gaza sur Israël, en plus des tirs de tireurs d’élite, des tirs de missiles antichar qui ont déjà coûté la vie à au moins un soldat, qui a tiré sur sa voiture. Les distances sont si petites, elles sont si courtes. Pour les Argentins, j’imagine, ce serait difficile pour eux de comprendre, parce que les distances avec l’Argentine sont si grandes… Si une personne fait un barbecue à Gaza, dans la partie d’Israël, elle sent qu’elle est en train de faire un barbecue. Autrement dit, les distances sont très courtes.

– Est-ce pour cela qu’ils ont si peu de temps pour aller dans un refuge ? Entre 15 secondes et une minute selon la distance…

-Exactement. À ma place, chez moi hier soir, quand les alarmes ont sonné, j’ai eu une minute et demie de luxe. Le luxe, car les gens qui sont plus au sud ont entre 15 et 20 secondes.

-Dans ces 15 ou 20 secondes, vous récupérez toute votre famille, les enfants, les grands-parents, n’est-ce pas ?

– En Israël, l’ordonnance oblige les constructeurs à faire des appartements et des maisons avec une pièce renforcée, mais c’est dans des bâtiments modernes. Dans de nombreux bâtiments israéliens, cela n’existe pas, il faut descendre à l’abri ou descendre là où se trouvent les escaliers les plus protégés. Il y avait une personne de plus de 90 ans dans un immeuble qui a dû descendre 3 ou 4 fois la nuit dernière.

Ensuite, le voisin doit se consacrer à descendre dans sa propre famille et voir s’il y a d’autres voisins s’ils ont besoin d’aide. Tout cela en quelques secondes.

-Pourquoi cela n’arrive-t-il que dans la bande de Gaza ? Pourquoi cette situation se situe-t-elle dans cette partie de la Palestine et pas dans l’autre ?

-La réponse est qu’il y a deux projets palestiniens, soi-disant. L’un est l’Autorité palestinienne, un projet typiquement national, des Palestiniens qui veulent un État, et l’autre est un projet du Hamas, qui est islamiste radical, c’est un projet totalitaire, qui est un projet génocidaire qui veut détruire Israël.

-Effacer Israël de la surface de la terre…

-Et tuer le plus de juifs possible, là-bas et ailleurs. Avec l’un, disons qu’il y a une possibilité… ce sera difficile, la politique le complique, il y a des hauts et des bas… mais avec l’un des projets palestiniens, il y a la possibilité de parvenir à un accord, mais pas avec l’autre. Ce projet, celui du Hamas, a pris le pouvoir par la force dans la bande de Gaza.
De nombreux responsables politiques de l’Autorité palestinienne et de l’OLP dans la bande de Gaza ont été assassinés. Israël a aidé à les sauver, le Hamas les a jetés des grands immeubles du nord de Gaza, beaucoup d’entre eux vivent en Cisjordanie, même l’un des dirigeants vit aux Emirats. Israël les aide à sortir de la bande de Gaza. C’est le type d’organisme ou d’organisation avec lequel nous avons affaire. Le Hamas est un projet génocidaire, le Hamas est un criminel de guerre chronique parce qu’il commet deux crimes de guerre en même temps: cibler la population civile israélienne et se protéger et protéger sa propre population civile. C’est aussi un crime de guerre.

-C’est pourquoi il utilise des missiles dans des bâtiments privés de particuliers, d’écoles ou d’hôpitaux… ?

-Oui, et des bâtiments des Nations Unies, des bâtiments que d’autres pays ont donnés. Hier, un garçon palestinien a montré comment ils se rendaient dans le quartier, installaient un lance-missiles et tiraient.

-Oui, ce sont deux jeunes enfants d’un balcon filmant surpris comment les missiles ont atteint un quartier résidentiel, comme s’il s’agissait de Belgrano ou de Recoleta…

-C’est tout à fait ça. Le Hamas est la pire des idées politiques au monde. Pire. Si nous remontons le temps il y a 40 ans, il y a 60 ans et montrons à un nazi la plate-forme des idées du Hamas qui sont publiées sur les réseaux, le nazi rougirait de l’agression et de la violence de ce mouvement. C’est pourquoi il n’a pas de soutien dans le monde arabe, seuls les islamistes radicaux du monde arabe le soutiennent. Et c’est pourquoi ce n’est pas une guerre de religion entre juifs et musulmans, c’est une guerre entre un mouvement autoritaire islamiste radical obscurantiste primitif, et si l’on veut aller plus métaphoriquement, contre la démocratie, la modernité, les droits, la vie.

-Comment est tombée la déclaration du ministère argentin des Affaires étrangères ?

-Nous avons de très bonnes relations avec l’Argentine, avec le gouvernement argentin, et nous attendons de tous les gouvernements amis la compréhension qu’Israël est dans une situation terrible, qu’aucune autre démocratie n’est à ce stade, que son territoire, que sa population civile est sous la menace d’une organisation terroriste du calibre du Hamas. Nous attendons avec impatience votre soutien et votre compréhension en ces temps difficiles. Voilà ce que je peux dire. Nous sommes en dialogue constant avec le gouvernement argentin, nous avons un bon dialogue avec le gouvernement argentin, notre ambassade est en contact permanent avec le gouvernement argentin, très fluide et très positif.

– Il ne doit pas avoir aimé cela de «la réaction disproportionnée des Israéliens», n’est-ce pas ?

-Ce concept n’existe pas en droit international, il n’y a pas de proportionnalité.
Qu’est-ce que la proportionnalité ? Quand l’ONU envoie des soldats de la paix en Afrique, les envoie-t-elle avec quoi ? Avec les mêmes armes que les groupes qu’elle doit séparer, elle ne les envoie pas avec des armes modernes. Israël a reçu 1 500 missiles dont les cibles étaient aveugles. Pour être proportionnel, je dois envoyer 1 500 missiles sans discernement à Gaza. C’est la proportionnalité. Mais la proportionnalité agit comme une démocratie, c’est-à-dire une armée réglementée, qui travaille avec des protocoles. Notre obligation est également de protéger la population civile.

-Défendez-la…

-De Gaza, défendez-la, protégez-la même. L’armée appelle les endroits que nous voulons bombarder par téléphone pour les évacuer avant le bombardement. Il y a donc des victimes civiles, bien sûr. C’est un crime de guerre et le coupable est le Hamas.

-Qui finance le Hamas ?

-Le Hamas est financé par l’Iran entre autres, mais pas seulement par le Hamas, mais aussi par le Jihad islamique. L’Iran finance ces deux mouvements, mais aussi dans le type d’armes dont ils disposent, il dispense également une formation aux combats clandestins. Hier, Israël a bombardé un tunnel dans lequel 20 membres du Hamas ou du Jihad islamique entraient en Israël. En outre, le Hamas reçoit de l’argent du Qatar. Ces mouvements terroristes ne produisent rien d’autre que la mort, la terreur et le désespoir, ils ont donc besoin de l’argent des autres, et bien ils vivent de la charité des autres. L’argent qu’ils reçoivent sert à payer les salaires et Israël a autorisé le Qatar il y a deux semaines à envoyer de l’argent, des sacs de dollars spécifiquement au Hamas pour qu’il puisse payer les salaires. L’intérêt d’Israël est qu’il n’y ait pas de violence.

🔊 Abonnez vous à la nouvelle Newsletter !

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE



IMPORTANT 

Facebook nous censure depuis quelques semaines. La solution ? Pour voir nos articles sur votre fil d'actualité : 1 - Allez sur "Favoris" à gauche du fil d'actualités. 2 - Gérer vos favoris en choisissant Sabrina Netivot ou notre Page Infos Israel News Sans censure, rejoignez moi sur l'application Telegram : https://t.me/infoisraelnews