Ne négligez pas le succès d’Israël

Au cours des deux dernières années, Israël a traversé crise après crise et fait preuve d’une résilience admirable. Ceci, malgré les intellectuels qui ont renoncé au pays, refusant de voir la situation dans son ensemble et se concentrant sur le moindre détail qui les dérangeait à tout moment.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Depuis 2019, Israël doit faire face à des crises médicales, économiques, sécuritaires, diplomatiques et politiques.

Jusqu’à récemment, les efforts pour freiner la pandémie de coronavirus étaient gravement entravés par le manque de coopération des ultra-orthodoxes et des Arabes ; Étant un pays orienté vers l’exportation, son économie a souffert alors que les marchés mondiaux continuaient de se contracter ; le récent conflit dans la bande de Gaza a forcé la plupart des Israéliens à se réfugier, alors que l’armée luttait pour empêcher l’Iran de prendre pied en Syrie et dans l’ouest de l’Irak et que les villes mixtes d’Israël ont été témoins d’émeutes d’une semaine perpétrées par les Arabes israéliens.

Quant à la diplomatie, Jérusalem a dû accepter le fait que l’administration Biden est déterminée à revenir à un accord nucléaire avec l’Iran. Et last but not least, le système politique est dans les limbes depuis plusieurs années.

Il serait difficile pour toute démocratie d’entrevoir un avenir radieux dans ces circonstances, et encore moins de trouver une solution à cette série de crises.

Publicité 

Pour couronner le tout, la situation ne semble pas s’améliorer de sitôt : la pandémie de coronavirus est loin d’être terminée ; la crise économique devrait s’aggraver dans les années à venir ; Le conflit à Gaza n’a pas de solution, et le président américain Joe Biden renforce la position de Téhéran dans la région et la rapproche de l’état du seuil nucléaire.

Pour que le nouveau gouvernement crée une évaluation stratégique appropriée, il doit d’abord comprendre que lorsqu’il s’agit de problèmes structurels, une solution temporaire est également une réalisation louable.

Un médicament est utile s’il améliore la qualité de vie d’une personne âgée, même s’il ne la fait pas vivre éternellement ; un traitement qui donne à une femme paralysée la capacité de marcher est une avancée spectaculaire, même s’il ne fait pas d’elle une coureuse olympique.

Les problèmes de sécurité d’Israël, dans une région aussi violente que le Moyen-Orient, sont structurels.

Jusqu’à ce que la paix mondiale soit établie, notre défi est d’éviter la déception de la paix et de l’amour fraternel entre les nations et de veiller à ce qu’Israël reste un pays libre et prospère malgré son environnement menaçant, tout en travaillant dans de petites réalisations, modestes mais constantes, qui d’une certaine manière atténuer l’impact du conflit.

Quant à l’Iran, la République islamique ne cessera d’être une menace existentielle pour Israël et toute la région que si le régime et ses pratiques violentes sont vaincus. Mais Jérusalem n’en a pas le pouvoir et doit donc créer une alliance régionale avec les adversaires de l’Iran pour contrer leur quête d’hégémonie. Ceci, à tout le moins, freinera le développement de ses capacités nucléaires et conventionnelles.

Bien qu’Israël ne parvienne pas à faire changer d’avis Biden sur l’accord nucléaire, il devrait s’entretenir avec l’administration pour renforcer la position défensive de Jérusalem et maintenir sa liberté d’action.

Israël a réussi à sortir de la pandémie avec un succès relatif par rapport aux autres démocraties occidentales – malgré les problèmes survenus avec les communautés arabes et ultra-orthodoxes – avec un taux de mortalité beaucoup plus faible et une reprise économique relativement rapide.

Et en outre, la société israélienne a fait preuve de résistance lors de la récente épidémie du Hamas, Israël n’a pas été entraîné dans une guerre dans le nord et en Judée-Samarie, et la coalition arabo-israélienne dans la région s’est renforcée.

La démocratie israélienne a jusqu’à présent été capable de faire face aux troubles politiques ; nos institutions de santé et financières ont réussi à arrêter la pandémie mieux que quiconque dans le monde ; l’opinion publique a traité avec succès la violence arabe de l’intérieur ; Le front intérieur, les Forces de défense israéliennes et les accords d’Abraham ont également survécu au conflit de Gaza, et les relations d’Israël avec les États-Unis sont restées solides malgré les désaccords sur l’Iran. Et le plus important : la liberté d’expression a été préservée, permettant aux plaignants en série de considérer notre pays comme perdu.

Par Dan Schueftan sur Israël Hayom

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦