Les non juifs avec des racines juives de communautés «émergentes» auront un visa leur permettant de rester plus longtemps en Israel

Un comité du gouvernement israélien proposera de faciliter l’inter-activité des non-juifs qui ont une ascendance juive ou des membres de communautés des visites en Israël afin d’étudier les pratiques du judaïsme et son histoire.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Le panel du ministère des Affaires de la Diaspora recommandera également l’établissement de centres culturels à l’étranger pour permettre aux membres de ces communautés d’en apprendre davantage sur le judaïsme et Israël et créer une nouvelle catégorie de visa pour que ces personnes restent dans le pays plus longtemps que prévu selon Haaretz .

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

Haaretz a déclaré avoir obtenu les recommandations avant la publication prévue du rapport dans les prochaines semaines.

Les non-juifs peuvent maintenant visiter le pays avec un visa de touriste de trois mois, mais la nouvelle catégorie permettrait à ceux qui ont des racines juives ou qui appartiennent à des «communautés émergentes» de rester plus longtemps afin qu’ils puissent apprendre le judaïsme et Israël.

La catégorie s’appliquerait aux personnes qui ont une ascendance juive mais ne sont pas admissibles à la loi du retour, ce qui permet à quiconque peut prouver qu’ils ont un grand-parent juif pour devenir citoyen israélien. Le rapport note que des milliers de personnes en Pologne sont des descendants de Juifs qui ont été forcés de cacher leur identité pendant la Shoah. De même, de nombreux individus d’Espagne et de Portugal tracent leurs racines aux Juifs forcés de se convertir pendant les Inquisitions.

Les communautés «émergeantes» ou «judaïstantes» comprennent des groupes, souvent dans des endroits éloignés, qui pratiquent certains aspects du judaïsme.

De nombreux membres de ces communautés émergentes se voient comme des Juifs, bien qu’ils ne soient souvent pas reconnus comme tels par les communautés juives du monde entier. Certains, y compris les communautés de Madagascar , du Nicaragua et de l’ Ouganda, ont complété les conversions au judaïsme, bien que beaucoup d’entre eux s’efforcent d’obtenir la reconnaissance nécessaire pour immigrer en Israël.

Le gouvernement israélien n’a pas formé une politique uniforme pour aborder ces communautés, a déclaré le rapport, selon Haaretz. Il a noté que les juifs éthiopiens et les Indiens Bnei Menashe – qui prétendent être descendus d’une des tribus perdues d’Israël – ont pu immigrer en Israël en quelque sorte, bien que le Rabbinat en chef israélien exige qu’ils passent des conversions au judaïsme à leur arrivée .

Le ministère des Affaires de la Diaspora a mis en place le comité il y a deux ans. Il est dirigé par l’historien israélien Ofir Haivry, vice-président du groupe de réflexion basé à Jérusalem, Herzl Institute et fondateur du Shalem Centre, devenu le collège des arts libéraux Shalem.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   
🟦 ANNONCE 🟦