Il y a quelques années, en 2007, j’ai expliqué pourquoi le sionisme n’était pas un colonialisme, comme l’ont prétendu des critiques universitaires d’Israël. Le colonialisme repose essentiellement sur une “métropole”, une métropole qui étend ses mœurs sur une société indigène plus faible. Mais le sionisme n’a pas de métropole et il n’a jamais compté sur la Grande-Bretagne (le candidat le plus évident), la Russie ou un autre pays en tant que mère patrie.

Plus récemment, peut-être comme réfutation de cet argument, le domaine universitaire du “colonialisme des colons” a-t-il pour but d’incorporer des lieux tels que les États-Unis et l’Australie en tant que lieux où les populations autochtones sont remplacées par une société de colonisation envahissante qui, avec le temps, développe une identité et une souveraineté distinctives. Israël est considéré comme un exemple typique du colonialisme des colons – la revue universitaire “Settler Colonial Studies” a consacré un certain nombre de questions uniquement à l’idée d’Israël comme entité coloniale des colons.

Peut-être que le père de tout le domaine du colonialisme est Lorenzo Veracini et il a écrit un article dans “Interventions : Journal international d’études post coloniales” qui défendait l’idée d’Israël comme paradigme du colonialisme des colons.

Il apporte deux contre-arguments et y répond.

Le premier est absurde :

Pour contextualiser cet aperçu, je commencerai par deux déclarations souvent répétées. Elles sont couramment utilisées pour nier que le sionisme puisse être interprété comme un exemple de colonialisme, sans parler du colonialisme colonisateur.

La première affirme que le sionisme ne peut pas être considéré comme un colonialisme de colons, car une telle rubrique masque sa spécificité inhérente. Je ne suis pas convaincu. C’est comme dire que Newton avait tort de penser en termes abstraits et que sa théorie de la gravitation était inappropriée car elle négligeait les caractéristiques spécifiques d’une pomme en particulier.

Plus précisément, l’abstraction n’exclut pas l’observation spécifique. Au contraire, il est nécessairement fondé sur elle. Dans le même temps, évaluer le sionisme et le colonialisme dans le même cadre interprétatif ne revient pas à dire que le sionisme est semblable aux autres colonialismes coloniaux, ou une imitation des itérations précéden-tes de ce mode de domination.

Cette approche concerne principale-ment la relation du sionisme avec le groupe autochtone qu’il rencontre et la façon dont cette relation reproduit les relations établies par d’autres projets coloniaux avec d’autres groupes autochtones. C’est une déclaration de géométrie politique et non un exercice de moralité.

En effet, il ne s’agit même pas d’une similitude entre les mouvements de colonisation mais d’une similitude relationnelle. Il ne s’agit pas de comparer des pommes mais de comparer leur chute. C’est peut-être une bonne pomme, mais le fait demeure que cette pomme est tombée en Palestine. Si j’étais palestinien, je développerais un vif intérêt pour la physique des pommes, mais même si j’étais personnellement attaché au projet de s’établir en Palestine, je toujours être intéressé par ‘appledynamics.

Veracini omet de préciser quelle est exactement la nature spécifique du sionisme qui pourrait le distinguer des “autres” colonisateurs colonisateurs, affirmant que cela n’a pas vraiment d’importance, car il s’agit en définitive d’une discussion sur la relation entre les sionistes et le “collectif autochtone”. ” Mais cette caractérisation est elle-même biaisée, car le sionisme considère les Juifs comme une population autochtone, qui a été déplacée de son territoire au cours des millénaires, en particulier par la destruction du Temple par la conquête musulmane, à l’époque où les Juifs sont devenus une minorité.

Pourtant, il n’y a pas de papiers sur le colonialisme des colons des Arabes des VIIIe et IXe siècles de notre ère.

Son argument suivant prétend se passer de celui mentionné ci-dessus, à propos de l’absence de toute  métropole :

La deuxième déclaration que je voudrais aborder concerne l’absence apparente d’une métropole colonisatrice directe. Le colonialisme doit être pratiqué au profit d’un centre de colonisation, plaide-t-on. S’il manque cette direction, le sionisme l’est, car il s’appuie sur les institutions d’une diaspora plutôt que sur celles d’un centre de colonisation (même s’il s’appuie de manière cruciale sur le soutien des puissances coloniales / impériales et néo-coloniales – les Britanniques pendant le mandat et les États-Unis après), alors ce n’est pas le colonialisme.

D’autres ont contré cette affirmation en soulignant la capacité du sionisme à s’appuyer sur une métropole “intégrée de manière diffuse” ou “transnationale diffuse” (Wolfe 2016, 228, 247) mais pour les besoins de cet essai, je voudrais noter que le colonialisme des colons se distingue fondamentalement du colonialisme en tant que mode de domination précisément en raison de la capacité collective des colons à se soustraire au contrôle d’une métropole envahissante tout en suivant un cours autonome.

Les colons triomphants sont toujours émancipés d’une métropole colonisatrice ; ils déclarent leur indépendance. L’absence d’une métropole nationale colonisatrice ou la présence d’une métropole transnationale est un trait commun des phénomènes coloniaux, y compris le sionisme, qui n’est pas un trait distinctif.

Ces défenseurs du sionisme prétendent en réalité que le sionisme n’est pas un mouvement colonial, mais bien un groupe colonisateur. Ils peuvent être sur quelque chose, mais veulent-ils être sur de  leur indépendance. L’absence d’une métropole nationale colonisatrice ou la présence d’une métropole transnationale est un trait commun des phénomènes coloniaux, y compris le sionisme, qui n’est pas un trait distinctif.

La réponse à cela est que la nature même du sionisme n’est pas d’être un mouvement colonisateur mais un mouvement de libération nationale – pour les Juifs.

En considérant les juifs comme des colonialistes – qu’ils soient traditionnels ou coloniaux -, le fondement même du sionisme et du nationalisme juif est écarté à priori. Etant donné que les Juifs sont restés connectés à leur terre, autant sur le plan émotionnel que physique, comme beaucoup sont rentrés au cours des mille dernières années, l’atténuation du désir juif de retourner à Sion est au plus charitable un immense angle mort et au pire un antisémitisme.

Un certain nombre d’autres arguments contre le sionisme en tant que colonisateur ont été avancés. Wikipedia en énumère quelques-uns.

Le plus convaincant est peut-être celui-ci :

S. Ilan Troen, dans ” De-judaïsation de la patrie : la politique universitaire pour réécrire l’histoire de la Palestine ”, affirme que le sionisme était le rapatriement d’une population autochtone longtemps déplacée dans sa patrie historique, et que “les sionistes ne se considéraient pas comme des étrangers ou conquérants, pendant des siècles, ils étaient étrangers à la diaspora “.

Troen ajoute qu’il existe plusieurs différences entre le colonialisme européen et le mouvement sioniste, notamment le fait qu’ “il n’y a pas de nouvelle Vilna, de New Bialystock, de New Varsovie, de Nouvelle-Angleterre, de New York, etc.” en Israël. Il a écrit que “les mandats avaient pour but de favoriser la formation de nouveaux États jusqu’à l’indépendance et que cet instrument devait être appliqué aux Juifs, comme c’était le cas pour les peuples arabes de Syrie et d’Irak.

Les Juifs étaient non seulement un peuple ayant droit à un État, mais ce régime était naturellement situé dans une partie du monde dans laquelle il était originaire, résidait depuis l’ancien monde et constituait toujours une présence vitale dans de nombreuses régions de la région, notamment : La Palestine ” et cette” preuve peut-être la plus manifeste ou la plus visible – pour ceux qui voudraient bien reconnaître – se trouvaient dans la renaissance de l’hébreu en une langue vivante ; le marquage du paysage avec une identité juive ; et le développement d’une culture autochtone ayant des racines dans le passé ancien “.

Il conclut que ” le fait de désigner des sionistes comme des colonisateurs sert à les présenter comme des occupants d’un pays auquel, par définition, ils n’appartiennent pas “.

Exactement. Et au-delà de son excellente argumentation selon laquelle il n’y aurait pas de “Nouveau Nialystock” en Israël – les commu-nautés construites par les Juifs étaient, dans l’ensemble, à la place des noms mêmes qu’ils avaient à l’époque biblique, noms qui avaient souvent été remplacés par des mots arabes équivalents par des colonisateurs arabes.

Veracini a un point. Les Juifs qui sont retournés en Israël se sont souvent vus comme étant supérieurs à la population arabe de Palestine et, dans ce sens étroit, il y a peut-être quelque chose à apprendre des cas de colonisation aux États-Unis ou au Canada.

Une des réponses est que les premiers sionistes ont toujours imaginé une société dans laquelle la supériorité indéniable des Juifs dans les domaines de la technologie, de la politique et de l’industrie affecterait de manière positive les Arabes locaux, une marée montante qui soulèverait tout le monde. On aurait du mal à trouver les premiers écrits sionistes qui encourageaient le nettoyage ethnique des Arabes du type pratiqué aux États-Unis par les Amérindiens.

Les garçons juifs ne jouent pas une version israélo-arabe de “Cowboys and Indians”. Le plus grand exode des Arabes est né d’une guerre destinée à anéantir les Juifs. En 1948, il n’y a jamais eu l’intention de chasser la plupart des Arabes – bien que dans une minorité des cas, la plupart sont partis à cause de la panique et des mensonges que les Arabes gagneraient pour leur permettre de revenir.

En tout état de cause, positionner Israël en tant qu’État colonialiste colonisateur est en effet une position morale – une position qui prétend que les Juifs n’appartiennent pas à leurs terres ancestrales. Et c’est une position bigote à prendre, peu importe l’intention.



Le compte Facebook de Sabrina, rédactrice en Chef des sites Infos Israel News et Alyaexpress-News fermé sans aucune justification !

Son nouveau compte



❗ REJOIGNEZ NOUS SUR TELEGRAM MAINTENANT ❗



   

Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/