Malgré le renforcement du système de sécurité des bases militaires, dans lequel des millions de shekels du Trésor public ont été investis ces dernières années, le vol d’armes et de munitions dans les bases de Tsahal ne s’arrête pas. Selon le général de division Aaron Khaliva, chef des opérations à l’état-major de Tsahal, environ 80 armes à feu ont été volées à l’armée israélienne en 2020 (dont 15 au domicile de soldats), et le mois dernier, il y a eu l’un des plus gros vols de munitions – avec la base « Tseelim » dans le Néguev a été volé 93 mille cartouches de calibre 5,56.

Selon les résultats d’une enquête sur l’un des vols de munitions les plus notoires des FDI, un groupe d’intrus est entré dans le territoire où se trouvait le bunker principal du Centre national d’entraînement militaire du Néguev et a volé plusieurs dizaines de cartons de munitions. Les criminels ont utilisé au moins un gros véhicule qui est entré dans la base.

L’enquête estime que les ravisseurs avaient des complices parmi le personnel de la base ou des soldats. Des outils de cambriolage ont été trouvés près de la scène du crime, que les criminels ont jetés et n’ont pas utilisés, ce qui, selon les enquêteurs, indique qu’ils n’en avaient pas besoin, car les criminels ont été aidés à entrer dans la base.

La police israélienne, ainsi que la police militaire, n’ont jusqu’à présent pas réussi à se mettre sur la piste des criminels et on suppose que la plupart des munitions ont déjà été vendues à des groupes criminels. L’armée n’a encore pris aucune mesure contre les responsables de la sécurité de la base.

Selon Aaron Khaliv, la base est une cible de longue date des criminels bédouins du Néguev, avec des infiltrations et des vols occasionnels.

Publicité 

Au cours de la discussion, Khaliva a déclaré que désormais une société de sécurité spéciale sera créée à la base de Tseelim, qui comprendra des soldats des FDI ou des agents de la police des frontières. «La création d’une société de sécurité a déjà été approuvée par le chef d’état-major adjoint, le général de division Eyal Zamir, et il y a actuellement un dialogue entre le service de planification et la police sur le format. Ce seront des forces professionnelles qui opéreront également sur les terrains d’entraînement.

ABONNEZ VOUS A NOTRE COMPTE YOUTUBE