Ohana sur la tragédie de Meron : « Je suis responsable, mais la responsabilité ne signifie pas la culpabilité. »

Le secrétaire à la Sécurité intérieure, Amir Ohana, a publié sur Facebook une longue réponse aux accusations portées contre lui à la suite de la catastrophe du mont Meron. Le ministre a promis de «prendre ses responsabilités» – et a immédiatement expliqué qu’il n’était coupable de rien.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

«Lorsque nous aurons fini d’identifier et d’enterrer les morts, je me présenterai devant les caméras et j’assumerai mes responsabilités», écrit le ministre. Ensuite, il a déclaré qu’il était responsable «de tout ce qui était lié aux corps qui lui étaient subordonnés – de chaque accident de voiture, de chaque personne qui était attaquée et qu’il n’y avait pas de police à proximité, de chaque incendie et de tous ceux qui étaient morts d’intoxication par la fumée, de chaque meurtre, pour chaque prisonnier et policier, pour chaque pompier. « 

De plus, le ministre écrit qu’il a parlé avec les blessés et tout le monde dit la même chose : il y avait du monde sur le site de Toldot Aaron, les gens ont marché le long du couloir jusqu’au site de Toldot Abraham – et là ils ont été « emportés par un flot de gens, comme dans une inondation » et « Le flux n’a pas pu être arrêté ».

Ohana raconte les histoires déchirantes de personnes qu’il a entendues après la catastrophe, et raconte comment cela l’a blessé, comment il a « essayé » d’accélérer les procédures d’identification et « avec la police a fait tout son possible » – où l’intervention du ministre dans le le travail des experts était totalement inutile et inapproprié.

Le ministre assure que la police a fait son travail de bonne foi, que le chef du district de police du nord Shimon Lavi est « l’un des meilleurs officiers de la police israélienne » (ce qui est probablement vrai, puisque Lavi a reconnu pour la première fois sa responsabilité dans la tragédie), la police était parfaitement préparée à une urgence et grâce à cette préparation, les morts et les blessés ont été évacués «à un rythme record». Ohana rapporte que le chef de la police Kobe Shabtai est également un excellent officier et continuera certainement à travailler à son poste.

Publicité 

«Je suis prêt pour n’importe quel test, prêt à répondre à toutes les questions. Je suis responsable, mais la responsabilité ne signifie pas la culpabilité. La fête cette année était la même que chaque année pendant cent ans, avant même la création de l’Etat d’Israël. Pendant la catastrophe, il y avait moins de monde que les années normales, beaucoup moins. La catastrophe s’est produite cette année, mais elle aurait pu se produire une autre année », écrit le ministre.

Le partage de nos articles est autorisé par les autres sites avec les conditions suivantes :

Un seul paragraphe publié et diriger le lecteur vers notre site source.

Nous demandons cela car le manque d'audience d'un site le met en danger et aussi par professionnalisme. En effet, nous sommes en ligne depuis 10 ans et partageons avec grand plaisir nos articles.

Merci de respecter nos conditions.

   

🟦 ANNONCE 🟦