Plateau du Golan et souveraineté : La carte de l’agence syrienne prouve que la Syrie a reconnu Banias comme territoire israélien avant 1967

Après la reconnaissance par le président américain Donald Trump de la souveraineté israélienne sur le plateau du Golan, des chercheurs du College Tel-Hai College ont découvert qu’avant la guerre des Six jours de 1967, même la Syrie avait reconnu le plateau de Banias, site d’une source située au pied du mont Hermon qui alimente l’un des principaux affluents du Jourdain comme appartenant à Israël.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Les chercheurs ont découvert une carte dessinée par l’agence syrienne de planification et de construction en 1965, deux ans avant la guerre des Six jours, qui place Banias du côté israélien de la frontière. « Même avant la création d’Israël, Banias faisait partie du mandat britannique en Palestine, affleurant la frontière du mandat français en Syrie », explique Shalom Tarmachi, responsable de la collection de cartes du College Tel-Hai.

La carte syrienne de 1965 montre le plateau de Banias en rouge « En 1939, le Fonds national juif a acheté des terres dans la région de Khan a-Duar à Banias, de sorte que la région appartenait à Israël, légalement et politiquement. L’accord de cessez-le-feu de 1949 qui a mis fin à la guerre d’indépendance a décidé que la région démilitarisé, dans l’hypothèse où son statut serait régi par un futur traité de paix, mais jusqu’en 1967, les communautés de la vallée de la Hula subissaient de violents tirs syriens de la part de Banias et faisaient partie de la tentative de la Syrie de détourner les sources du Jourdain « , a déclaré Tarmachi.

🟦 ANNONCE 🟦

Tarmachi a déclaré qu’avant que les archives cartographiques du collège ne commencent à fonctionner avec un système avancé permettant de superposer plusieurs cartes et de les ajuster à la même échelle, il était « très difficile » d’identifier à qui les Syriens assignaient le territoire dans leur territoire.

Cette carte indique « très clairement que les Syriens ne considéraient pas la région démilitarisée comme leur appartenant, même s’ils l’utilisaient pour des activités militaires ». Les cartes israéliennes, a-t-il expliqué, montrent des postes de chars syriens, des champs de mines et des tentatives de détournement des sources du Jourdain, mais c’est en réalité la carte syrienne qui montre que le plateau de Banias se trouve du côté israélien de la frontière.

Publicité 

 

🟦 ANNONCE 🟦