Pologne : des livres antisémites vendus dans l’église de Varsovie

De nombreux titres antisémites ont été vendus lors d’une cérémonie de béatification, le premier pas vers la sainteté, de deux personnalités catholiques vénérées dans l’église principale de Varsovie la semaine dernière, a rapporté Algemeiner.

Soyez le premier informé - Rejoignez notre page Facebook.

Outre des personnalités catholiques de premier plan, la cérémonie s’est déroulée en présence du président polonais Andrzej Duda, du Premier ministre Mateusz Morawiecki et du chef du parti Droit et justice au pouvoir, Jaroslaw Kaczynski.

Wojciech Karpieszuk, un journaliste qui a assisté à la cérémonie, a écrit un article pour Gazeta Wyborcza décrivant son malaise à voir les livres et le fait que personne d’autre autour de lui ne semblait être dérangé par eux.

🟦 ANNONCE 🟦

« Pendant ces 40 minutes, je n’ai pas vu une seule réaction d’indignation. Rien », a-t-il écrit. « De nombreux ecclésiastiques, et même un évêque parmi eux, ont traversé les tribunes avec indifférence. »

Karpieszuk a écrit qu’il avait vu des titres similaires lors de rassemblements ultranationalistes, mais qu’ « il n’avait jamais pensé qu’une telle chose pouvait être vendue lors d’une messe de béatification à laquelle assistaient les plus hautes autorités de l’État ».

Publicité 

Dans un tweet, Karpieszuk a posté une photo des livres vendus lors de la cérémonie, écrivant « ce ne sont que quelques titres sur le stand à côté du temple de la Divine Providence. Des foules de croyants et du clergé. Personne ne réagit ».

Alors que ces titres antisémites étaient vendus lors d’une cérémonie de béatification, le pape François tenait une réunion avec des chrétiens et des juifs à Budapest et s’est prononcé contre l’antisémitisme, le qualifiant de « fusible qu’il ne faut pas laisser brûler » en Europe.

Tout cela dans un contexte de tensions croissantes entre la Pologne, Israël et le monde juif pour leurs mesures répétées de négationnisme ou de banalisation de la Shoah.

Le mois dernier, le ministre israélien des Affaires étrangères Yair Lapid a qualifié la loi qui fixe des limites à la capacité des Juifs de récupérer les biens saisis par les occupants allemands nazis et détenus par les dirigeants communistes d’après-guerre d’« antisémite et immoral ».

Lapid a déclaré que le chef de l’ambassade d’Israël à Varsovie avait été appelé immédiatement.

« L’impact négatif sur nos liens a commencé en 2018 lorsque la Pologne a décidé de commencer à adopter des lois visant à nuire au peuple juif et à la mémoire » de la Shoah, a-t-il tweeté.

« Nous n’avons pas peur des menaces antisémites et nous n’avons pas l’intention de fermer les yeux sur le comportement honteux du gouvernement polonais non démocratique », a-t-il déclaré.

Israël et les États-Unis formulent une réponse commune à la législation polonaise qui restreint sévèrement la capacité des survivants de la Shoah et de leurs familles à obtenir la restitution des biens confisqués.

Lapid et le secrétaire d’Etat Antony Blinken ont eu des « discussions intenses » sur la manière de répondre à la nouvelle loi, qui « frise le déni » de la Shoah, a déclaré le ministère des Affaires étrangères.

« Nous ne laisserons pas cela se passer en douceur », a déclaré Lapid. « Les Polonais ne peuvent pas continuer à endommager la mémoire de ceux qui ont péri. »

Lapid a déclaré que « l’Etat d’Israël ne s’engagera pas sur une virgule en mémoire » de la Shoah. « Je continuerai de m’opposer à toute tentative de réécrire l’histoire et de promouvoir des compromis et des concessions au détriment du génocide du peuple juif et des droits des victimes.

« La Pologne sait ce qu’il faut faire : annuler la loi », a-t-il déclaré.

Blinken a déclaré que les États-Unis étaient « profondément préoccupés » par la loi, quelques heures après son adoption, et a appelé à une loi globale pour résoudre les réclamations relatives aux biens confisqués, afin de rendre une certaine justice aux victimes.

« Une telle loi profiterait à de nombreux citoyens polonais, ainsi qu’aux personnes qui ont été forcées de quitter la Pologne pendant et après la Seconde Guerre mondiale, et qui sont ensuite devenues des citoyens naturalisés d’autres pays », a-t-il poursuivi. « Jusqu’à ce qu’une telle loi soit promulguée, la voie de l’indemnisation ne devrait pas être fermée à de nouvelles réclamations ou à des décisions pendantes devant les tribunaux administratifs. »

À la fin des années 1940 et au début des années 1950, les autorités communistes polonaises ont mis en place un vaste programme de saisie de biens à travers le pays, qui comprenait de grandes quantités de biens qui appartenaient auparavant à la population juive de la Pologne d’avant la guerre d’environ trois millions de personnes, 90 % dont ont été tuées par les nazis.

Une grande partie de cette confiscation de biens a été effectuée conformément aux lois promulguées par le régime communiste, mais certaines ont été effectuées en dehors du cadre de ces lois, laissant la possibilité aux propriétaires d’origine, ou à leurs héritiers, de revendiquer la propriété par l’intermédiaire de l’autorité polonaise tribunaux.

La nouvelle loi empêcherait un tribunal d’invalider une confiscation si 10 ans se sont écoulés depuis la confiscation.

En outre, la nouvelle loi rendrait impossible même d’engager une procédure légale pour revendiquer la propriété si 30 ans se sont écoulés depuis la confiscation de la propriété.

Enfin, si une procédure judiciaire a déjà été engagée pour revendiquer un bien spécifique, mais a commencé plus de 30 ans après sa saisie et que la procédure judiciaire n’est pas terminée avant l’entrée en vigueur de la nouvelle loi, alors cette réclamation serait automatiquement rejetée.

 

🟦 ANNONCE 🟦