La ville d’Ashkelon revendique le titre de ville touristique depuis des années, un souvenir de ce qu’elle était vraiment dans le passé quelque part dans les années 60 et 70, lorsque des touristes de tout le pays et du monde venaient dans la ville ensoleillée et la mer. Depuis lors, beaucoup d’eau a coulé sur la bande côtière de la ville, mais très peu de touristes.

Le nombre d’hôtels actifs dans la ville indique l’état du tourisme dans la ville – alors que l’ancien hôtel Gani Dan est fermé depuis plusieurs années, l’hôtel Harlington, devenu l’hôtel Corona, ne s’est pas rétabli depuis, et seul le Leonardo qui est devenu entre-temps l’hôtel “Tamara”, est actif dans le domaine du tourisme et est considéré comme le premier hôtel de la ville – avec 131 chambres.

Hôtel de la tour d’or. De Google Street View

Il existe plusieurs autres hôtels à Ashkelon, des plus petits ou ceux qui sont actifs principalement pour Shabbat et autres (Regina Goren, Gani Shimshon, Golden Tower, Agami), mais même si nous incluons toutes les chambres de ces hôtels, nous atteindrons pas moins de 360 chambres dans toute la ville d’Ashkelon. C’est un nombre qui est très, très loin du nombre de chambres dont les villes touristiques en Israël, comme Tel Aviv avec environ 9 000 chambres, Eilat environ 11 000, Jérusalem environ 11 000, Tibériade environ 4 500, Netanya plus de 2 000 et même la petite Herzliya avec plus de 1 600 chambres.

La responsabilité peut être attribuée à la situation sécuritaire ou à toute autre raison, mais la question est de savoir à quel point il est important pour les dirigeants de la ville de promouvoir cette question. Dans différentes villes du pays, où il est important de promouvoir la question du tourisme, des entreprises municipales ont été créées dont l’intégralité de l’activité est la promotion du tourisme. La ville d’Ashkelon avait un département qui s’en occupait – le département du tourisme et des événements. Plus tard, les pouvoirs ont été transférés à la société économique où une division du tourisme a été créée – directeur et secrétaire uniquement – sous la direction d’Efrat Tzhor. Il y a 3 ans, Tzahor a terminé son poste et depuis lors, il n’y a aucun fonctionnaire dans la municipalité qui s’occupe de ce domaine.

La farce des appels d’offres

Il y a environ un an et demi, la société économique a publié un appel d’offres pour le poste de directeur du département du tourisme, plusieurs candidats ont postulé à cet appel d’offres, mais cet appel d’offres est une farce embarrassante. Environ un an après l’annonce de l’appel d’offres, la société financière a commencé à promouvoir sa fin par le biais du comité d’appel d’offres et il y avait même l’intention de choisir l’un des candidats – David Saadon pour ce poste. Mais ensuite, à son grand embarras, il est devenu clair que tous les candidats n’étaient pas invités à des entretiens, puis une course 24 heures sur 24 a commencé pour atteindre ces candidats et vérifier avec eux s’ils renonçaient à leur candidature. Ce problème est devenu un peu incontrôlable, car cela aurait pu conduire à des requêtes légales pour la disqualification de l’appel d’offres.

Saadon lui-même, dans une conversation avec “Kan Darom”, dit qu’il ne savait pas qu’il y avait un candidat en tête pour le poste et explique pourquoi il s’est présenté pour le poste : “Je pense qu’Ashkelon est une ville avec des défis et qui construit et, à mon avis, tout cela est super intéressant et super stimulant. Dans l’ensemble, une ville avec un grand potentiel pour le tourisme, parmi les 4-5 villes d’Israël où le tourisme peut être développé au plus haut niveau. Ashkelon n’a pas en deçà de toute ville d’Israël en termes d’histoire, en termes de beauté et de sa grande bande côtière et en termes de tourisme urbain et rural parce que nous sommes adjacents à un conseil qui a le tourisme rural auquel le tourisme peut être annexé. C’est un grand défi et je suis désolé que cela n’ait pas aidé.”

À ce stade, une nouvelle idée a surgi – annuler l’appel d’offres précédent et organiser un nouvel appel d’offres pour le poste. Et une fois de plus, l’appel d’offres a été publié et les candidats devaient arriver au milieu d’une journée de travail pour déposer les documents d’appel d’offres dans la boîte d’appel d’offres aux bureaux de la société économique dans la marina d’Ashkelon. Les candidats l’ont fait et se sont adressés à l’appel d’offres, mais ces derniers jours, ils ont reçu un message de la société économique indiquant qu’il avait été décidé d’annuler cet appel d’offres.

Officieusement, des responsables de la municipalité affirment que ce qui se cache derrière l’annulation de l’appel d’offres n’est rien de moins qu’un “manque de budget”. C’est exact.

Et que dire des candidats ? Ils se sont organisés, ils se sont préparés au détriment de leur temps personnel, et là encore ils ont été déçus : « J’ai préparé des feuilles de travail et des prises de position parce que je crois qu’Ashkelon doit être unique dans le domaine du tourisme et ne pas se fier uniquement à son histoire. Il faut se différencier des autres villes touristiques. C’est dommage car nombre de personnes ont concouru.”

Pourquoi une ville a-t-elle besoin de tourisme ?

« Pourquoi une ville a-t-elle besoin de tourisme ? » explique un responsable qui a dirigé pendant des années le département du tourisme dans l’une des plus grandes villes d’Israël, « pour deux choses. Première chose : vous marquez votre ville et cela a de nombreuses significations, tant du point de vue des résidents et ceux qui viennent de l’extérieur. Parce que quand tu fais du Tourisme et que tu veux qu’ils viennent de l’extérieur, alors tu fais des choses à un très haut niveau. Pas des choses ordinaires, mais des choses spéciales, parce qu’ils ont des ordinaires dans leur ville et ils ne viendra pas à vous pour cela. Et ceux qui en bénéficient en cours de route sont les résidents qui obtiennent de meilleurs produits.

“Deuxième chose : c’est l’économie. Au bout du compte, le tourisme est l’une des industries qui emploie le plus de travailleurs. Chaque hôtel emploie énormément de travailleurs, il y a des femmes de ménage, des femmes de chambre, des vigiles, de la nourriture, de la réception, une piscine . Le monde entier. Ces hôtels paient également la taxe foncière, et c’est pourquoi une autorité locale veut et a besoin de tourisme. Les touristes qui viennent à l’hôtel, puis vont dans les restaurants et le commerce, ces entreprises font des bénéfices, plus d’entreprises sont ouvertes, et il y a plus d’impôt foncier et plus d’emplois, et c’est une roue qui se déplace d’elle-même. Mais il y a un problème ;  les hôtels, dépendent beaucoup du secteur privé, et pour que le secteur privé croie en vous, vous devez travailler ici pour créer la confiance dans ce qui va se passer dans la ville.”

Que doit faire, par exemple, une autorité pour générer cette confiance avec les entrepreneurs qui envisagent d’ouvrir un hôtel dans la ville ?

“Par exemple, vous créez un schéma directeur pour le tourisme, vous créez des projets touristiques, vous publiez un livre touristique sur la ville comme un guide touristique et publiez un livre sur un domaine auquel la ville s’identifie et c’est ainsi que vous marquez la ville et puis les promoteurs disent ‘cette ville pense tourisme’ et le Ministère du Tourisme dit ‘cette ville pense tourisme’. Vous organisez une conférence d’hôtels et vous assimilez le fait que la ville pense tourisme. C’est un processus.’

Hôtel Leonardo à Ashkelon

Le seul Hotel digne : Hôtel Tamara (ancien Leonardo) à Ashkelon

C’est un processus qui commence par la ville elle-même, qui doit présenter des projets et des contenus qui attirent les touristes, et ce n’est qu’ensuite que les hôtels arrivent.

“C’est vrai, à moins que vous ne les ayez attirés dans un autre segment économique et combinés hôtels et résidences ensemble. Mais quelqu’un devrait ne voir que le tourisme. Parce que le directeur du département de l’éducation ne voit que l’éducation, le salaire, pour lui ce n’est pas intéressant. Le trésorier n’est pas intéressé par les projets mais qu’il y aura plus d’argent à la municipalité. Chacun a son propre rôle et c’est comme ça qu’un système fonctionne et le rôle du maire et du PDG est de trouver l’équilibre. Mais s’il y a personne qui ne s’intéresse qu’au tourisme, alors il n’y aura personne pour pousser le tourisme. Parce qu’il y aura toujours quelqu’un qui fera des compromis sur le tourisme.

Comment faites-vous venir les touristes ?

“Vous devez mettre de l’argent, vous faites des relations publiques, et vous y présentez le récit que vous souhaitez commercialiser et celui qui organise des festivals et des événements . Mais je ne suis pas intéressé par le festival et l’événement et le fait que le public apprécie le festival, parce que je vois du tourisme, je regarde l’image de marque, parce que j’amène des journalistes nationaux et ils écrivent des articles et il y a des relations publiques et c’est ce qui est important pour moi en tant que responsable du tourisme. Par exemple, j’avais des zones pour les hôtels, mais les entrepreneurs ne sont venus qu’après le branding, nous avons créé une table ronde pour le tourisme, une fois par trimestre, chaque entrepreneur vient, le commissaire au tourisme et le médiateur assurez-vous qu’ils ne marchent pas dessus, il est difficile d’obtenir des permis de toute façon. Nous travaillons avec le ministère du Tourisme et veillons à ce qu’ils obtiennent les approbations.”

Ainsi dans la municipalité d’Ashkelon, il n’y a pas d’employé municipal, certainement pas un chef de service avec des budgets et des pouvoirs, qui s’occupe et ne se confie qu’au sujet du tourisme. Oui, il existe divers facteurs qui touchent la route sur divers sujets dans le domaine du tourisme. Par exemple, il n’existe aujourd’hui aucun site touristique pour la ville d’Ashkelon où un touriste qui passe du temps dans la ville peut trouver une concentration d’itinéraires, de points de repère, d’attractions, de sites intéressants dans la ville, etc. Sans oublier les pages uniques pour le tourisme à Ashkelon sur les réseaux sociaux tels que Facebook et Instagram. Seulement maintenant, ces jours-ci, la municipalité travaille sur un site Web qui traitera du tourisme dans la ville.

Un musée embarrassant

Que diriez-vous d’un musée qui racontera l’histoire de la ville ? Il y a le musée Khan, connu sous le nom de musée d’histoire d’Ashkelon, dans le quartier de Migdal. Mais vraiment c’est un endroit très embarrassant, avec des expositions non pertinentes et celles qui manquent d’explication à côté d’eux et surtout sans changements majeurs dans les 40 années qui se sont écoulées depuis sa création. Il y a exactement dix ans, en février 2013, un article a été publié dans “Kan Darom” à propos de ce musée obsolète, et même alors, la municipalité a déclaré que dans les 3 mois, les travaux commenceraient à transformer le musée en un centre d’accueil organisé pour un coût de 10 millions de NIS Ceci, bien sûr, ne s’est pas produit jusqu’à présent.

Musée Khan Ashkelon. Photographie: Pavel

Alors, où pouvez-vous trouver des informations centralisées sur Ashkelon ? Heureusement pour la ville, l’Ashkelon Academic College a créé une sorte de musée dans son hall d’entrée qui se concentre sur l’histoire de la ville d’Ashkelon. Et ceci, bien sûr, est une initiative privée du collège.

Pour voir dans quelle mesure le secteur du tourisme est prioritaire du point de vue de la municipalité, nous avons vérifié les communiqués de presse émis par la municipalité après l’approbation du dernier budget municipal annuel, où l’on se vante de l’attribution des budgets dans les différents domaines tels que l’éducation, le bien-être, la culture et plus encore. Nous n’y avons trouvé aucune référence au domaine du tourisme. Nous avons également vérifié les années précédentes et découvert que c’était le cas au cours des trois dernières années.

Vous pouvez consulter la brochure émise par la municipalité après l’approbation du budget : https://online.fliphtml5.com/lianu/xaap/#p=1

Cette semaine, l’un des plus grands salons du tourisme s’est tenu appelé IMTM, des centaines de stands y ont été présentés à la foire et de nombreuses villes du monde entier et du pays ont bien sûr envoyé des représentants. Il y avait des gens de Beer Sheva, Haïfa, Ashdod et même d’Arad, des villes de Lituanie, de Grèce, de Chypre, d’Azerbaïdjan, de Turquie et plus encore. Celui qui y a cherché Ashkelon ne l’a pas trouvé.

La municipalité rejette bien sûr ces revendications, sans évoquer la farce des appels d’offres et l’absence d’un responsable de ce domaine “qui ne voit que du tourisme”. Et ils se réfèrent, par exemple, au succès phénoménal du parc national d’Ashkelon, malgré le fait que ce fut un énorme succès de l’Autorité de la nature et des parcs, qui a fait de ce parc national le parc le plus visité d’Israël, avec des centaines de milliers de visiteurs. Et c’est là aussi l’échec de la municipalité, en ce qu’elle n’a pas su créer une attractivité qui pousserait les centaines de milliers de visiteurs à quitter le parc national et à visiter la ville elle-même.

La municipalité fait également référence aux événements culturels et aux festivals qui attirent en effet des milliers de personnes de la ville et au-delà, mais ce n’est pas le tourisme, mais la vie culturelle de la ville. Et comme mentionné précédemment, s’il s’agit de festivals et d’événements, il y a un besoin pour ceux qui marquent la ville dans un certain domaine et ce n’est qu’alors qu’ils contribuent au tourisme. Parce qu’un résident de Kiryat Gat ou Netivot qui vient à Ashkelon pour la représentation de Moshe Peretz et rentre chez lui à la fin, il est difficile de le définir comme un touriste.

La réponse de la municipalité : “La municipalité travaille pour mettre Ashkelon sur la carte du tourisme”

Et voici la réponse de la municipalité d’Ashkelon : “L’année dernière, des milliers de personnes de tout le pays ont visité la ville d’Ashkelon grâce à une série d’actions prises par la municipalité dans le but de placer Ashkelon sur la carte nationale du tourisme. En plus d’organiser des événements et des festivals de première classe en Israël qui ont attiré de grandes foules, une révolution a été réalisée dans la préservation des sites historiques grâce à laquelle la ville a gagné Le parc national d’Ashkelon a été promu au titre de ville touristique des antiquités d’Israël, qui a pris la première place sur la liste des jardins les plus visités du pays deux années de suite, et la promenade d’Ashkelon a été achevée le long des plages spectaculaires de la ville auxquelles des centaines de milliers de téléspectateurs ont été exposés lors d’une vaste campagne télévisée nationale. En même temps, la municipalité construit actuellement deux immenses parcs, Eco – Sports et le Wine City Park qui seront une attraction pour le tourisme national et étranger aux côtés d’autres projets tels que la place, le musée Khan, le parc de la victoire, l’auberge Ana et plus. La municipalité continuera à travailler pour promouvoir des projets supplémentaires, y compris des projets hôteliers, qui façonneront demain Ashkelon”



❗ REJOIGNEZ NOUS SUR TELEGRAM MAINTENANT ❗

ARTICLES 🔴 ANALYSES 🔴 VIDEOS 🔴AUCUNE CENSURE 🔴 EN DIRECT 🔴 PAS DE SPAM 🔴PAS DE PUB🔴 CHAT POUR TOUT LE MONDE 🔴 CHOMER SHABATH POUR LA PROTECTION DE NOS SOLDATS

   
Nos autres sites sur Alyaexpress-News
  • Infos Israel News - Toute l'info en direct d'Israel
Lien  : https://infos-israel.news/
  • RAK BE ISRAEL - Les infos liées à toutes les bonnes nouvelles en Israel
Lien  : https://rakbeisrael.buzz/
  • CQVC - Recherche et analyses contre les fakes news !
Lien : https://cqvc.online/
  • Alyaexpress-News - Les infos de tous nos sites réunis :
Lien  : https://alyaexpress-news.com/
  • Ougasheli - La pâtisserie et la cuisine juive
Lien  : https://ougasheli.com/
  • Israel Chrono : Vente produits de la mer morte, produits judaïques, cadeaux Bar et Bat Mitsva .....et plein de nouveaux produits chaque jour à des prix imbattables !
Lien : https://israelchrono.com/