Que pensent les Juifs de France sur la bataille entre Macron et Le Pen concernant le hijab ?

Les musulmans craignent une victoire de la leader d’extrême droite lors de l’élection présidentielle française de la semaine prochaine. Le Pen veut interdire le port du couvre-chef musulman, choisissant de lui demander : « Qu’est-ce que mes vêtements ont à voir avec la politique ? ». Les Juifs craignent que La Pen vise à interdire l’abattage casher : « Les droits des animaux ? Elle ne s’oppose pas réellement à la chasse.

Clique ICI- Je m'abonne aux nouvelles infos en direct sur Telegram - Clique ICI 

🟦 ANNONCE 🟦

Alors que le hijab est l’affaire des membres d’une religion, certaines des préoccupations des musulmans de La Pen sont également partagées par les juifs. Avant tout, les Juifs sont préoccupés par l’intention de Le Pen, la fille du négationniste nationaliste Jean-Marie Le Pen, d’interdire l’ abattage casher . Le Pen demande que tout abattage ne soit autorisé qu’après l’étourdissement de l’animal, et le justifie par le souci des droits des animaux. Les juifs et les musulmans conservateurs s’y opposent, arguant que leurs méthodes d’abattage sont plus clémentes.

Les opposants à la proposition de Le Pen d’interdire l’abattage casher soulignent que dans d’autres questions de bien-être animal, Le Pen exprime des opinions beaucoup moins compatissantes, un fait qu’ils croient que l’objectif du dirigeant d’extrême droite n’est pas de protéger les animaux mais de harceler les minorités religieuses. Par exemple, ils soulignent que Le Pen ne s’oppose pas aux corridas ou à la chasse, ce qui est une tradition profondément ancrée dans la périphérie française, où le candidat à la présidentielle tente de recueillir des voix. Juifs et musulmans craignent que l’interdiction de l’abattage casher ne soit qu’une première étape d’une série de mesures visant à les rendre indésirables en France.

Publicité 

Il convient de noter que des interdictions d’abattage casher ont déjà été imposées en Slovénie, au Danemark, en Suède, en Suisse, en Islande et en Norvège, et que des requêtes à leur encontre sont actuellement entendues par la Cour européenne des droits de l’homme. Le Pen soutient que l’abattage casher a une alternative relativement simple – importer de la viande casher d’autres pays, mais ses détracteurs soulignent que cette proposition contredit l’idée de « la France d’abord » qu’elle cherche à promouvoir, une idée selon laquelle l’État devrait importer moins de produits et augmenter sa propre fabrication.

Sarah Guttman, une juive résidant à Paris, dit que si elle gagne et interdit l’abatage casher, elle et son mari Benjamin pourraient être contraints de quitter la France pour continuer leur mode de vie traditionnel. « L’atteinte à notre façon de manger est une atteinte à notre vie privée, et c’est un acte très grave », dit-elle. Elle partage être en colère contre Macron, mais rien de comparable.

Macron et Le Pen, quant à eux, poursuivent leurs efforts pour mobiliser la région en leur faveur avant les élections. Au cours du week-end, des milliers de manifestants anti-extrême droite sont descendus dans les rues de Paris pour réclamer le refus de la victoire aux élections de dimanche prochain, et des pancartes agitées lors d’une manifestation dans le centre de la capitale française disaient : « Contre l’extrême droite. Pour la justice et l’égalité, pas Le Pen à l’Elysée. »

Dominic Sopu, président de l’organisation antiraciste SOS Racisme, a déclaré lors de l’événement : « Si l’extrême droite arrive au pouvoir, il y aura un grand effondrement du camp démocrate, du camp antiraciste, du camp progressiste. Les gens doivent comprendre que malgré leur colère contre Emanuel Macron et sa politique, il est impossible de comparer un candidat libéral conservateur à un candidat d’extrême droite. »

Macron, pour sa part, a organisé hier un rassemblement à Marseille, où il a tenté de persuader les électeurs de gauche de voter pour lui. Dans cette ville, au premier tour, l’extrême gauche Jean-Luc Mélenchon l’a emporté, terminant troisième de la course nationale avec 22 % des suffrages, soit un peu moins que La Pen. Sans la mobilisation des électeurs de gauche, menés par les électeurs de Melanchon, dont beaucoup insistent pour ne pas lui donner leur vote, Macron pourrait s’emmêler et perdre la tête au profit de La Pen. La preuve en a été donnée hier même lors d’un meeting contre Le Pen à Paris, où il était écrit sur l’une des pancartes : « Pas La Pen, pas Macron ».

Lors d’un rassemblement à Marseille, Macron a déclaré aux électeurs : « L’extrême droite est un danger pour notre pays. Ne vous contentez pas de crier contre eux – battez-les ! » Il a profité du rallye pour faire une série de promesses concernant le changement climatique et l’environnement, notamment en promettant que la France deviendrait le premier grand pays à cesser complètement d’utiliser le pétrole, le charbon et le gaz comme sources d’énergie.

Après que plusieurs sondages la semaine dernière aient indiqué qu’au second tour, Macron ne gagnait qu’un avantage de 2% à 6% sur Le Pen, un sondage de l’Institut IPSOS publié hier a révélé qu’il le menait déjà avec une marge de 11%. Des commentateurs en France estiment que le fait que ces derniers jours les opposants à Le Pen aient commencé à focaliser l’attention sur des aspects de sa plateforme perçus comme extrêmes, plutôt que sur ses promesses de réduction du coût de la vie, renforce Macron. Cependant, d’autres sondages prédisent toujours une bataille plus serrée.

Le Pen, on s’en souviendra, a travaillé dur ces dernières années pour changer son image dans le public français, et bien que beaucoup l’identifient encore, elle et son parti, avec des opinions antisémites et racistes, un sondage du mois dernier a révélé que moins de la moitié des Français les gens la voient maintenant comme une figure « effrayante ». Le Pen a concentré sa campagne sur la baisse du pouvoir d’achat de la classe moyenne et des bas revenus, mais ses opposants, menés par Macron, soutiennent que sa plate-forme est truffée de mensonges, que son plan économique est inapplicable – et qu’en pratique il a pas changé ses croyances extrémistes.
France Elections Marin Le Pen Rencontre avec les électeurs du nord de la France

Au cours du week-end, Le Pen a affirmé que les manifestations contre elle étaient un acte antidémocratique : « L’establishment est concerné », a-t-elle déclaré. « Le fait que les gens protestent contre les résultats des élections est un acte très antidémocratique. J’appelle tous ces gens à sortir et à voter. C’est aussi simple que cela. » Lors d’un rassemblement à Avignon, également une ville où Melanchon a gagné, elle a appelé les électeurs locaux à vaincre les « élitistes et les oligarques ». Elle a fait valoir que Macron n’était pas une personne annonçant une nouvelle ère, mais « le dernier avatar d’un système qui avait cessé de fonctionner ».

[signiff]

🟦 ANNONCE 🟦